Logo
Imprimer cette page

La fabrique de la littérature

La fabrique  de la littérature

Comment se fabrique la littérature ? Projecteur se propose d’amener ses lecteurs dans l’atelier des écrivains burkinabè pour percer les secrets de la création littéraire. A travers des interviews, des auteurs nous apprendront beaucoup de choses sur eux, sur leurs manies, leurs techniques et sur leurs livres.

 

Le lecteur éprouve toujours un petit regret après avoir refermé un livre, car il aurait bien aimé poser une ou deux questions à l’auteur sur les secrets de fabrication de son chef-d’œuvre. Malheureusement, cet auteur est souvent introuvable.

De lui, il n’y a que le nom sur la couverture ou la photo sur la quatrième de couverture. Il flotte toujours un halo de mystère autour du livre que le lecteur aimerait bien qu’on dissipe pour lui. Il aimerait bien comprendre ce qui pousse un homme à dilapider son temps, son énergie et parfois sa santé dans l’écriture d’un livre dont il n’est ni sûr du succès ni même de l’aboutissement. Pourquoi crée-t-on ?

Nécessité irrépressible de se délester d’une œuvre que l’on porte comme un poids sur l’âme ou activité ludique d’un adulte qui n’a pas réussi à se débarrasser de sa part d’enfance ?

Il y a par ailleurs tout un fétichisme qui accompagne l’acte d’écrire. Chaque écrivain a ses manies qui sont un ensemble de conditions et des choses dont il a besoin pour écrire. Collette écrivait toujours sur du papier bleu. Certains sont matinaux et d’autres des veilleurs.

Serait-ce au petit matin, quand l’aube se déprend des ténèbres et que la lumière lentement chasse l’obscurité ? Paul Verlaine écrivait dans la pénombre et le silence. D’autres sont des oiseaux de nuit, ils ne se mettent à leur table de travail que dans le mitan de la nuit. Honoré de Balzac travaillait tard la nuit (de 1h du matin à 8h) en ingurgitant des litres de café pour tenir le sommeil à distance.

Sont-ils assis devant un bureau comme Michel Tournier, debout devant l’écritoire comme Edouard Glissant ou allongé dans le moelleux du lit ? Pianotent-ils le clavier d’un ordinateur ou écrivent-il sur de petits carnets ? Utilisent-ils un crayon à mine, un feutre, un stylo d’une marque particulière. Hemingway, lui écrivait debout, à l’aube, avec un crayon de papier.

Une autre question est celle de savoir dans quel lieu et à quel moment ces écrivains travaillent. Il y en a qui recherche la solitude et fuit le monde en se retranchant dans une tour d’ivoire, d’autre fabrique l’œuvre au milieu de la cohue, assis dans un bistrot. Montaigne se retranchait dans une tour et il ne voulait point être dérangé. Sony Labou Tansi écrivait n’importe où et à tout moment.

Qu’est-ce qui déclenche l’envie d’accoucher d’un nouveau livre ? Est-ce un fait réel ou juste une illumination surgie de nulle part ? On sait que le Rouge et le Noir a été inspiré à Stendhal par un fait divers.

L’auteur élabore-t-il un plan de l’œuvre qu’il suit fidèlement ou se laisse-t-il porter par l’écriture et le hasard ? En d’autres termes, laisse-t-il la logique gouverner l’œuvre ou cède-il le pouvoir à l’imagination et au hasard ? Robert Pinget ne faisait jamais de plan, il se laissait porté par les aléas de la création.

Enfin, on aimerait bien savoir quels sont les auteurs qui ont influencé les écrivains que nous lisons et leur ont transmis le virus de l’écriture. Et connaître les ouvrages vers lesquels ils reviennent souvent pour se ressourcer, pour s’inspirer.

Cela a son importance, car un écrivain est toujours la somme de ses expériences mais aussi de ses lectures. La plupart des écrivains sont d’abord des lecteurs boulimiques. Et ils ont besoin de lire certains ouvrages pour se motiver. Stendhal lisait le Code pénal avant de se mettre au travail mais il y en a qui ont des lectures moins austères.

C’est autour de ses questions que Projecteur s’entretiendra avec des écrivains burkinabè (romanciers, poètes, dramaturges) qui comptent dans le champ de la littérature nationale.

Saïdou Alcény Barry

Commentaires   

0 #1 Angele Bassole 12-07-2014 20:20
Merci en notre nom a tous de mettre ton projecteur sur notre travail.
Bonne continuation!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.