Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Sophie Heidi Kam, première femme dramaturge du Faso

Projecteur a rendu visite à Sophie Heidi Kam, la première femme dramaturge du Burkina Faso. Ecrivaine prolifique, elle est poétesse, nouvelliste, romancière et dramaturge. Elle a été distinguée huit fois, excusez du peu, au GPNAL (Grand prix national des arts et des lettres) de la Semaine nationale de la culture (SNC). C’est une grande dame des lettres qui nous a reçu pour parler de sa passion.

Y a-t-il un endroit et un moment propice pour écrire ?

 

En général, j’écris beaucoup dans la concession familiale, dans l’espace du salon de ma garçonnière. Parfois, je squatte une salle du bureau de mon oncle entrepreneur à Gounghin (quartier de Ouagadougou), à la descente des employés aux environs de 16 h et ce, jusqu’à 22 ou 23 h. Cela me permet de profiter du calme nécessaire pour une bonne concentration. Mes moments privilégiés sont la nuit. La nuit me fascine. Il m’arrive cependant d’écrire dans la journée à la maison ou de prendre des notes dans des lieux publics.

 

Sur quel support écrivez-vous ?

 

La plupart de mes textes naissent d’abord et surtout sur les pages d’un cahier d’écolier. Quelquefois, sur des feuilles volantes quand le besoin de prendre des notes me surprend loin de chez moi ou sur mon carnet d’adresses. Parfois, c’est sur mon téléphone portable. Une fois dans mon univers de travail, je retravaille ces notes, j’évalue le style à travers lequel je pourrais donner forme à la décharge émotionnelle qui m’a submergée et qui a été à la base de ces prises de notes. C’est alors que je commence à pianoter sur le clavier, en essayant de trouver les mots justes pour exprimer ce que je ressens. Par moments, il m’est encore nécessaire de revenir à mes notes, d’essayer des passages du texte avant de poursuivre sur l’ordi. Donc un aller-retour permanent entre les deux. J’ai l’impression que je ne pourrai jamais me passer du contact physique avec la plume et le papier. Un corps-à-corps, un passage charnel dont j’ai besoin avant de gravir l’étape du clavier, qui n’en est pas moins, avec son lot de bonheur et de plaisir d’une autre dimension certes, mais tout aussi intense.

De quels ouvrages avez-vous besoin pour écrire ?

 

J’utilise le dictionnaire Larousse, les 38 Dictionnaires et Recueils de Correspondance ; je fais aussi des recherches sur Internet et j’échange beaucoup avec des personnes ressources en fonction de ce que j’ai envie d’écrire. Par exemple, en poésie et dans d’autres genres littéraires en général, le poète Boureima Jacques Guégané est une mine d’or que je n’hésite pas à consulter. Récemment, j’ai dû échanger avec un garde pénitentiaire pour m’imprégner de l’univers carcéral des femmes détenues à la MACO en vue d’écrire une pièce sur ce milieu.

 

Comment naît un livre? Quelle est l’étincelle qui déclenche le besoin d’écrire ?

 

De nombreux faits peuvent déclencher en moi le besoin d’écrire : l’actualité nationale, africaine ou hors du continent ; des faits-divers, la lecture d’un livre qui me touche profondément et qui me parle peuvent éveiller des voix en moi qui ont besoin de s’exprimer ; des senteurs de parfums ou d’épices qui me rappellent des moments vécus et dont les souvenirs rappliquent soudainement.

Ma petite sœur (Laetitia, notre benjamine) est aussi une grande allumeuse de l’étincelle déclencheuse d’un texte ou du profil d’un personnage que j’utiliserai dans une pièce ou un roman ; nos causeries nocturnes autour d’idées parfois farfelues ou fantasques l’amènent souvent à m’encourager à écrire sur tel ou tel sujet, allant même à me proposer des titres comme Qu’il en soit ainsi (1er prix du GPNAL, SNC 2012) ou encore Du caviar pour un lapin (3e prix GPNAL, SNC 2014)

 

Racontez-nous la naissance de votre dernier livre.

 

• Du caviar pour un lapin, même s’il n’est pas publié peut être considéré comme mon dernier livre. Il est encore en réécriture. L’homosexualité étant une réalité dans notre société, j’ai voulu explorer la question en campant un personnage féminin et son histoire d’amour avec un homme, lui aussi amoureux d’un homme. Le personnage féminin, Gloria, est une comédienne et danseuse qui a abandonné la scène pour cet homme dont elle ignorait le penchant sexuel.

 

Combien de temps avez-vous besoin pour finir, pour achever un livre ?

• Ecrire un livre peut prendre des mois voire des années. Tout dépend : quand c’est une commande, on est soumis à un délai et là, cela est lié au temps du commanditaire. Pour les œuvres d’inspiration personnelle, lorsqu’il n’y a pas de contrainte liée au temps, ça peut prendre des semaines, des mois ou même des années. Et ce, en fonction des enjeux. Lorsque l’on écrit par nécessité ou juste parce que l’on a envie de s’exprimer, on se donne le temps qu’il faut. Parfois aussi, l’on a besoin de s’exprimer quand il s’agit d’une question de survie, avant de passer à autre chose. Dans ces conditions, il me presse de m’exprimer à travers l’œuvre à naître, pour passer à autre chose. Que celle-ci soit publiée ou non, cela n’a aucune importance. 

Sur une île, si vous devriez emporter trois livres…

 

• L’œuvre (roman) d’Emile Zola, L’An des criquets(Poésie) de Boureima Jacques Guegané et Les Fleurs du mal (poésie) de Charles Baudelaire. Si vous me permettez, j’emporterai aussi la poésie de Saint-John Perse et celle de Senghor, peu importe le titre du recueil.

Alceny Barry

Encadré 

Oeuvres publiées

 

SourceURL:file://localhost/Users/Imac/Desktop/00/Questionnaire%20Heidi.doc

Œuvres publiées

 

 

Nos jours d’hier (théâtre), Éditions Céprodif, Ouagadougou, septembre 2013.

Pas d’ici, pas d’ailleurs, Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines, Éditions Voix d’encre, Région Rhône-Alpes, 2012.

Le suspect (roman pour enfants, adaptation du troisième épisode de L’As du lycée, série télévisée de Missa Hébié), Éditions JETHRO SA, Ouagadougou, 2012.

L’anniversaire (roman pour enfants, adaptation du quatrième épisode de L’As du lycée, série télévisée de Missa Hébié), Éditions JETHRO SA, Ouagadougou, 2012.

Podium Doppelheft, Afrika (collectif consacré à la littérature d’Afrique francophone), Vienne (Autriche), novembre 2011, n°161/162.

Le devoir de classe (roman pour enfants, adaptation du deuxième épisode de L’As du lycée, série télévisée de Missa Hébié), Éditions Découvertes du Burkina, Ouagadougou, 2011.

La rentrée des classes (roman pour enfants, adaptation du premier épisode de L’As du lycée, série télévisée de Missa Hébié), Éditions Découvertes du Burkina, Ouagadougou, 2010.

Pour un asile (poésie), Éditions Découvertes du Burkina, Ouagadougou, octobre 2009.

Quêtes (poésie, réédition) Éditions Céprodif, Ouagadougou, octobre 2009.

Sanglots et symphonies (poésie, réédition) Éditions Céprodif, Ouagadougou, octobre 2009.

Offrande (poésie), Éditions Découvertes du Burkina, Ouagadougou, mars 2009. (Stock épuisé.)

Et le soleil sourira à la mer(théâtre), Éditions Découvertes du Burkina, Ouagadougou, 2008. (Stock épuisé.)

Senghor Cent ans, la BD burkinabè rend hommage au Poète-président. (Album, collectif), Centre culturel français Georges Méliès, Ouagadougou/Ateliers de Sya, Bobo-Dioulasso, 2006.

Paroles partagées, Poésie des 1000 continents, Anthologie composée et présentée par la Maison africaine de la poésie internationale (MAPI), Dakar (Sénégal), Les Éditions Feu de brousse, Dakar, 2005.

« Quêtes… » (poésie), inPoésie du Burkina Faso, Vol. I, Presses universitaires de Ouagadougou, 2005.

« Sanglots et Symphonies » (poésie), in Poésie du Burkina Faso, Vol. I, Presses universitaires de Ouagadougou, 2005.

« Poésie du Burkina Faso », Grands traits caractéristiques, (article présentant la poésie de 13 poètes burkinabè), in la revue Estuaire, Ottawa, Canada, avril 2003, n°114.

Saison d’amour et de Colère, poèmes et nouvelles du Sahel (collectif), Nouvelles Éditions africaines du Sénégal, Dakar, 1998.

Commentaires   

0 #4 le tosch 28-07-2014 10:34
courage ma sœur ta cherie ami te dit bon vent :lol: :lol:
Citer
0 #3 le tosch 28-07-2014 10:30
courage ta cherie ami te soutien bon vent a toi
Citer
0 #2 Jankelevitch 20-07-2014 16:36
Tous mes encouragements, petite soeur. Je vous suggere d' envoyer vos oeuvres aux editions francaises. Ca va mieux vous faire connaitre. Quant aux livres que vous allez emporter sur l' ile, laissez- lui le choix au moins. Si elle n'a pas cite des auteurs comme Monique que moi non plus je n' emporterais nulle part... Respectez son choix.
J' aurais aime aussi qu' on nous presente Heidi Kam, son itineraire et tout. C'est important quand meme, et ca fait plus professionnel, mr. Le journaliste.
Citer
0 #1 écolière 18-07-2014 20:40
Eh..Sophie! Tu n'oses même pas emporter un livre de noëlie, de monique ou toute autre femme émergente.Bravo et courage! On veut de belles têtes féminines pour sponsoriser. On se verra après les yama-yama du pays! Ça inspire aussi!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut