Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Fespaco 2015 : L'ambiance à 72 heures

Au siège du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) le mercredi 25 février 2015, l'affluence, autrefois des grands jours, se fait beaucoup attendre. Les réunions du comité d'organisation se succèdent afin de parer aux difficultés constatées çà et là. L'ambiance est plutôt studieuse même si quelques curieux font le déplacement du siège pour s'informer sur le contenu du déroulement du festival.

 

En attendant l'ouverture officielle de la grande biennale du 7e art africain le samedi 28 février 2015 au Palais des sports de Ouaga 2000, le comité d'organisation est à pied d'œuvre pour donner un cachet particulier à la 24e édition. Une édition qui a eu du mal à se dessiner du fait des menaces du virus Ebola mais autant de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a occasionné un retard et aussi un changement à la direction du département en charge de la Culture et à celle du festival.

Le redimensionnement du budget du Fespaco est bien perceptible: quelques stands d'exposition dressés dans la cour du festival qui seront renforcés par 15 autres stands de restauration. Pour acquérir un tel sésame durant toute la durée du festival, il faudra débourser 500 000 FCFA. Et à ce jour, le coordinateur des partenariats et des expositions, Hamadou Sondé, confie que tous les stands ont été attribués. Pas question aussi de se rabattre sur la rue marchande du côté de la Place de la nation ou de la maison du Peuple. En effet, la rue marchande qui donnait une ambiance électrique à chaque festival a été tout simplement annulée pour cause de la maladie d'Ebola.

Revenons au siège du Fespaco pour signaler le trouble venu du fait du retrait du film "Timbuktu" d'Adderrahmane Sissako de la sélection officielle, un des meilleurs longs métrages très attendus à cette édition. Certains organisateurs, téléphone à l'oreille, ne cessent de dire à leurs interlocuteurs qu'ils ont appris aussi la nouvelle dans les coulisses, mais malheureusement ils ne peuvent pas se prononcer sur les contours dudit retrait de cette œuvre majeure et d'actualité de la compétition officielle. D'autres, par contre, se contentent de dire et de redire qu'un communiqué officiel du festival viendra confirmer ou infirmer la nouvelle. Ce qui est certain, les débats allaient bon train car il n'est pas dans les habitudes du Fespaco qu'un film de cette importance soit retiré à la dernière minute.

Autre fait important, c'est l'arrivée du matériel numérique haut de gamme qui a été installé il y a quelques jours de cela au Ciné Burkina qui accueillera la séance inaugurale de la 24e édition. Il ressort que ces appareils ont fait l'objet d'une location car les moyens ne permettaient pas d'acquérir définitivement un tel matériel. En plus donc du Ciné Burkina, l'Institut français disposerait déjà d'un tel équipement. Il n’y a donc pas de souci en termes de qualité technique, même si le cas de la salle du Palais de la Jeunesse et de la Culture Jean-Pierre Guingané et celui de la salle Koamba-Lankoandé du CENASA présenteraient des insuffisances au niveau de la qualité sonore.

En ce qui concerne l'ouverture officielle de la biennale, les artistes burkinabè retenus sont Victor Démé, plus connu à l'Occident que dans son propre pays, et Alif Naaba, le prince aux pieds nus de Konkistenga. Ils partageront la scène avec le Sénégalais Ismaël Lo et la Malienne Fatimata Diawara. Quant aux nuits musicales qui se tiennent tous les soirs au siège, ce sont 14 artistes-musiciens modernes, 7 chansonniers traditionnels et 7 humoristes qui ont été retenus, sur plus de 300 candidatures. Le président de la commission Animations culturelles, Achille L. Yaméogo, a fait remarquer que le nombre d'artistes a baissé car il ne dispose, cette fois-ci, que d'un seul plateau, celui de la rue marchande ayant évidemment disparu avec l'annulation des sites concernés.

 

Cyr Payim Ouédraogo

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut