Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Démission après défaite d’Aminata Touré : Si on pouvait limoger Macky Sall lui-même…

Au Sénégal, la Première ministre a donc été démise de ses fonctions. Son départ a été annoncé vendredi alors qu’il était attendu depuis dimanche 29 juin 2014, soit moins d’une semaine après sa défaite personnelle non seulement dans sa circonscription à Dakar, mais aussi dans son propre bureau de vote comme Karim Wade au point G sous son père : en effet, à Grand-Yoff, commune de Dakar, la  liste conduite par Aminata Touré a été battue par une coalition dissidente emmenée par le maire sortant de Dakar, Khalifa Sall, aux élections municipales et départementales du 29 juin.

Et dire qu’elle a décliné la perspective de conquérir Gossas, où elle a passé sa jeunesse et où une victoire était, dit-on, à sa portée pour viser Grand-Yoff, cette importante commune de Dakar.

Si ce n’est pas avoir renoncé à la tortue dans l’espoir de rattraper une pintade boîteuse, ça y ressemble, car à l’arrivée de la course, Khalifa Sall a été plébiscité par les populations de Grand-Yoff et de 14 autres communes sur les 19 que compte Dakar.

Toutefois, la coalition au pouvoir, «Benno Bokk Yaakaar (BBY)» ou «Ensemble pour le même espoir», traduit du Wolof, aurait gagné dans plus de 70% des circonscriptions électorales du pays (475 sur 602, avec un taux de participation d’autour de 40%) ; ce qui est une victoire, mais en demi-teinte pour la majorité présidentielle ; la coalition BBY, qui est allée à ces élections divisée dans de nombreuses circonscriptions, a été défaite notamment à Thies, Ziguinchor et Touba.

Mais même si la mouvance présidentielle présente son bilan comme un succès, en se prévalant d’être passée de 19 collectivités locales contrôlées en 2009 à plus de 400 sur 600 en 2014, les analystes estiment que les Sénégalais, circonspects face au bilan du successeur d’Abdoulaye Wade, lui ont adressé un coup de semonce.

Le journaliste Momar Seyni Ndiaye du site d’informations Sen Plus ne dit pas autre chose quand il soutient que si le président Sall «avait fait de ces élections un test grandeur nature de sa popularité, il peut constater que les grandes villes à forts réservoirs électoraux lui ont tourné le dos.»

On le sait, le président Macky Sall avait fait de l’obligation de résultats électoraux la condition sine qua non pour rester membre du gouvernement, et si on se demandait si Macky Sall faisait simplement du chantage pour inciter les ministres à aller au charbon ou s’il passerait à l’acte, on est fixé depuis le limogeage de sa Première ministre.

Comme Dame Mimi Touré, l’ex-chef du gouvernement, une bonne dizaine de ministres en vue et de hauts responsables de l’APR (Alliance pour la République, le parti au pouvoir) se sont cassés les dents à ces élections. Il y a donc en perspective, un nettoyage des écuries d’Augias. Est-ce là le prétexte tout trouvé pour se débarrasser d’une Première ministre qui, malgré sa réputation de «madame anticorruption», ne parvnait toujours pas à satisfaire la demande social ?

Maintenant que le chef du gouvernement et certains ministres ont été contraints à boire le calice de la défaite jusqu’à la lie, maintenant que de hauts responsables de l’Etat vont devoir en faire de même, alors quid de Macky Sall ? La question mérite d’être posée, car en dernier ressort, ces résultats peu reluisants de l’APR ne traduisent ni plus ni moins qu’une sanction de la politique du chef de l’Etat.

Certes, d’aucuns diront que le locataire de l’avenue Léopold Sédar Senghor tient son mandat du peuple. Vrai. Mais c’est dans une certaine mesure le même peuple qui l’a désavoué à travers ses proches collaborateurs au cours de ces élections municipales et départementales.

Alors, on fait comment maintenant ? Elu pour cinq ans, Macky Sall n’est pas obligé de démissionner, mais il a intérêt à tirer toutes les leçons de ces scrutins locaux à enjeu national en vue de la prochaine présidentielle.

Ahl-Assane Rouamba

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut