Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Reprise procès Karim Wade : C’est parti pour un marathon judiciaire

Le procès pour enrichissement illicite de Karim Wade a repris hier lundi 18 août au palais de justice de Dakar après une première manche très enlevée qui a porté essentiellement sur la forme : en effet, à l’ouverture du procès le 31 juillet dernier, il y avait d’une part les avocats du fils de l’ancien président, qui remettaient en cause la compétence de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour juger leur client, justiciable selon eux devant la Haute Cour de justice ; d’autre part, la partie civile, tous anciens ministres de la République, récusait les avocats de Wade fils. Il s’agissait de savoir si un avocat ayant occupé un portefeuille ministériel pouvait plaider contre l’Etat avant un délai de trois ans après son départ du gouvernement.

 

Ce débat intellectualiste n’était pas à la portée du citoyen lambda, plus préoccupé de savoir si Karim est coupable ou non des faits qui lui sont reprochés. Fini donc la bataille sur la forme puisque à la reprise hier, la CREI s’est déclarée compétente pour entendre Karim Wade. Place maintenant au procès dans le fond, aux choses sérieuses comme qui dirait, au terme de quoi on devrait être situé sur le sort judiciaire et même politique de Wade fils.

Pour sûr on est parti pour un marathon judiciaire, car une telle affaire, qui a mobilisé le banc et l’arrière-banc de la justice et du barreau ne se vide pas comme une banale histoire de détournement commis par un fonctionnaire subalterne pour honorer une ordonnance médicale urgente ou achever son mur.

Autant dire qu’on va assister à une véritable guerre de titans : d’un côté il y a la défense, constituée de sommités du barreau et qui entend sauver le soldat Karim de ce qu’elle considère comme un acharnement politique ; de l’autre, la partie civile, déterminée à faire rendre gorge à ‘’l’indélicat’’ ex-ministre de l’Energie, des Transports aériens et des Infrastructures ou ‘’ministre du ciel et de la Terre’’ comme le surnommaient en son temps ses nombreux détracteurs.

Sans présumer de l’issue de ce procès, une chose est sûre : la tâche des défenseurs de l’Etat s’annonce très rude puisque sauf exception, la preuve de la charge incombe en principe à l’accusation. Et ça, ce n’est pas une mince affaire surtout que d’une part en France, la justice a classé le dossier sans suite pour insuffisance de preuve et d’autre part l’Etat sénégalais lui-même a dû revoir à la baisse le montant du détournement présumé : d’un milliard d’euros, oui vous avez bien lu, l’accusation porte aujourd’hui sur 178 millions d’euros qui seraient planqués dans des comptes à Monaco et à Singapour. C’est dire que le sujet est complexe et la culpabilité du fils de Gorgui difficile à établir. Dans tous les cas, aussi longtemps que durera cette affaire, la vérité finira par « se savoir ». Et avec elle, l’avenir politique de celui qui se considère comme un détenu politique.

 

Adama Ouédraogo

Damiss

Dernière modification lelundi, 01 septembre 2014 12:18

Commentaires   

0 #3 neilson 20-08-2014 16:21
Bof, vous allez voir; père avocat et ancien président, vous aurez tous les ténors des barreaux de plusieurs pays euporéens et africains se ruer pour défendre le fils Wade! A moins d'amener la chose sur le plan politique (ce qui ne serait pas correct), il va être difficile de prouver l'origine cette fortune accumulée par le fils, quand le père prétend après des mois être propriétaire de tous les biens!
Citer
0 #2 article 37 19-08-2014 16:10
François, Assami, Blaise, Achile, Adama, Arsène, ..... doivent suivre de très près cette actualité. Ministre du ciel et de la terre est devenu détenu de la grande prison de Dakar. maintenant que la peur a changé de camp, plusieurs d'entre eux doivent avoir des insomnies. De toutes les façons, plus on tend vers 2015, plus l'étau se resserre. Nous ne voulons plus de terrorisme d'état, plus d'assassinat de journaliste, plus de belle mère nationale, plus de petit président, plus des amis de ..., des tantis de ...
Citer
+1 #1 le rusé 19-08-2014 02:06
C'est de ces genres de procès qu'ont peur Blaise et son entourage. Pourtant il faudra qu'ils s'apprêtent à justifier en 2015 l'origine de leurs immeubles, de leur entreprises prête-nom, de certaines exonérations fiscales et douanières, bref! de leur patrimoine astronomique pendant qu'ils n'ont rien hérité de leur parent. Comme on connait leur salaire et leur gains légaux, on fera le rapprochement entre ces derniers et la fortune et on avisera. La justice ne sera plus leur instrument en ce moment et justice sera rendu au peuple et des biens seront retirés pour le trésor.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut