Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Affaire des bérets rouges au Mali : Bientôt la vérité, ‘’sans hésitation ni murmure’’

La boucle est bouclée, peut-on dire de cette «affaire des bérets rouges» dont l’instruction vient de s’achever. La balle est désormais dans le camp du parquet. Tous les regards sont maintenant tournés vers cette instance judiciaire qui doit fixer la date d’un procès aux assises. Mais en attendant, l’on semble être plus situé sur le macabre scénario, selon en tout cas les témoignages recueillis au cours de cette instruction. Radio France international (RFI) en a fait une tartine dans une de ses dernières éditions, où l’on apprend que deux témoins-clés auraient permis de reconstituer le film des événements dont voici les principaux points 

: le 30 septembre 2013 est organisée une tentative de coup d’Etat contre une junte elle-même putschiste. Mais l’opération échoue. Des dizaines de militaires parachutistes, communément appelés « bérets rouges », sont arrêtés. Certains seront torturés. Le creux de leurs oreilles servira de cendriers à des geôliers. Puis un jour, un camion se gare dans une cour. 21 des militaires «bérets rouges» sont embarqués. Ils ont les mains attachées aux pieds. Ils sont conduits à Diago, un village situé à une vingtaine de kilomètres de Bamako. Avant d’être jetés dans une fosse commune et fusillés. Des experts américains ont fait des prélèvements dans la fosse découverte et confirmé qu’il s’agissait bel et bien des corps des militaires disparus.

Malgré ces témoignages, qui font froid dans le dos, les personnes interpellées dans le cadre de cette affaire sont présumées innocentes jusqu’à preuve du contraire. C’est le principe sacro-saint du droit. Seuls les jurés pourront confirmer ou infirmer les charges retenues contre les uns et les autres. Ce dont on est néanmoins sûr, c’est que le procès est beaucoup attendu, chacun voulant en savoir davantage sur ce qui s’est réellement passé et situer les responsabilités. Mais si parmi les prévenus il y a un qui attire plus l’attention, c’est bien sûr l’ex-chef de la junte, le général Amadou Haya Sanogo, déjà aux arrêts de rigueur depuis le 27 novembre dernier. Il était accusé de «complicité d'enlèvement de personnes» dans cette affaire. Et selon une source proche du juge d'instruction, les faits ont été requalifiés en «complicité d'assassinat». En tant qu’homme fort de l’époque, a-t-il donné l’ordre d’exécuter ceux qui étaient accusés d’avoir voulu fomenter un contrecoup d’Etat ? Quelqu’un d’autre en a-t-il donné l’ordre ? C’est là la grande question à laquelle répondront ceux qui défileront à la barre pendant ce procès.

L’on présume que les langues ne tarderont pas à se délier pendant ces assises, puisque le principal prévenu, naguère redouté autant par les civils que les militaires, n’est plus l’homme fort qu’il était. C’est presque donc certain que ces accusés vont cracher le morceau, « sans hésitation ni murmure », comme on le dit au sein de la grande muette lorsqu’il s’agit d’exécuter un ordre. En attendant, s’il y a quelqu’un qui sort auréolé de cette affaire, c’est le juge d’instruction, Yaya Karambé, qui a mené la procédure avec professionnalisme et courage. Ce n’est pas pour rien qu’on l’avait mis sous protection de la MINUSMA, la mission militaire onusienne au Mali. Et l’invitation officielle à lui adressée par Barack Obama à faire un séjour aux Etats-Unis n’est que méritée.

Issa K. Barry

Dernière modification lelundi, 01 septembre 2014 12:15

Commentaires   

0 #4 ACHILLE DE TAPSOBA 20-08-2014 12:04
Bravo au juge Yaya KARAMBE. Il fait la fierté de justice malienne et de l'Afrique. Aux juges corrompus Burkinabés, ils ont intérêt à suivre l'exemple de KARAMBE. Ces juges aux fortunes mal acquises roulent carrosse et enterrent les dossiers des ayants droits qui ne demandent que justice. Félicitations à ce brave juge Yaya exemple à suivre
Citer
0 #3 Noyesman 20-08-2014 07:32
Big up au juge d'instruction Yaya Karambe qui fait honneur à la justice malienne. Hélas, avec des hommes forts au pouvoir, on ne peut qu'arriver à des enquêtes sur des assassinats.
Citer
-1 #2 Borgh 20-08-2014 00:09
Ainsi finissent les HF (Hommes Forts) de Baraque au Bahama! Quel culot, cet Américain mais quelle vision? Vivement que les HF se préparent à rendre comptent sous toutes les latitudes. Bon courage aux ex HF.
Citer
0 #1 ABDOUL de New York 19-08-2014 22:55
Voila un juge qui a su honorer la justice de son pays . Un juge pas acquis ni certainement les pressions, les intimidations n'ont eu raison de sa temerite et de son courage. Des juges acquis de chez nous au Burkina ils sont nombreux des juges acquis qui classent des affaires sans suite alors que des elements en leur possession leur permettaient d'aller au bout de leur enquete. Le juge KARAMBE est un digne et fait honneur a la magistrature. Certains de nos juges devront s'y inspirer.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut