Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Crise en RCA : Le rapt, nouveau mode opératoire ?

On avait presque fini par oublier la crise centrafricaine qui dure depuis la chute du président François Bozizé, chassé du pouvoir par la rébellion de Michel Djotodia en mars 2013.

Une actualité chassant une autre, les méfaits de Boko Haram et l’attentat contre le journal satirique français Charlie Hebdo et sa une postattentat qui a donné lieu à des manifestations violentes dans des pays musulmans comme au Niger voisin ont occulté la situation en Centrafrique, donnant l’impression que le pays est à l’abandon et que la communauté internationale s’en désintéresse quelque peu.

 

Pourtant ces derniers temps, pour mieux accompagner l’ex-Oubangui-Chari, le délai de la Transition a été prolongé de cinq mois au grand dam de la France qui tenait mordicus à l’organisation de l’élection présidentielle le plus rapidement possible. A cet effet, l’Hexagone comptait alléger son dispositif sécuritaire comme pour montrer qu’elle y était encore pour un petit bout de temps. Comment d’ailleurs pouvait-on tenir un scrutin électoral dans un pays désarticulé et ravagé par une guerre larvée ?

Cela dit, les choses commençaient à aller dans le bon sens, mais voici qu’en l’espace de deux jours on a assisté à trois rapts d’humanitaires. Les identités des ravisseurs ne sont pas encore connues, mais certaines sources attribuent ces enlèvements aux miliciens antibalaka mécontents de l’arrestation d’un de leurs chefs par le contingent camerounais de la mission des Nations unies au Centrafrique (Minusca).

Hier en début de soirée, un otage, une employée de la mission onusienne, a été libérée mais deux personnes restent toujours détenues. On a le sentiment qu’après la guerre entre fractions musulmanes et milices chrétiennes, qui dialoguaient à la hache, le rapt semble devenu le nouveau modus operandi dans ce pays, le replongeant ainsi davantage dans l’insécurité.

 

 

Adama Ouédraogo Damiss

 

Dernière modification lemercredi, 21 janvier 2015 08:23

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut