Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Santé Patrice Talon : Si seulement il pouvait contaminer les autres

Cela est suffisamment rare, voire inédit, pour ne pas être souligné. De retour du Bénin après 3 semaines d’absence, pour des raisons tenues secrètes au point de créer la polémique et toutes sortes de conjectures, le président Patrice Talon a choisi de lever un coin du voile.

 

C’est à l’issue du conseil des ministres que Pascal-Irénée Koupaki, ministre d’Etat et secrétaire général de la présidence, a lu devant les journalistes un communiqué dont voici l’intégralité : « Il lui importe d’informer ses compatriotes des détails de son état de santé tout en respectant une certaine pudeur propre à notre culture et à nos usages. Le président de la République a subi une intervention chirurgicale au niveau de la prostate. Une lésion a été découverte à un stade précoce, c’est cette lésion qui a nécessité une chirurgie mini invasive permettant à ce stade une guérison sans recours ni à la chimiothérapie ni à la radiothérapie. A l’issue de l’opération, une complication digestive est apparue et a requis une deuxième intervention qui s’est également bien déroulée. Le chef de l’Etat tient à assurer au peuple béninois qu’il est totalement rétabli, qu’il exerce pleinement ses prérogatives constitutionnelles et qu’il poursuit inlassablement la noble mission qui lui a été confiée. »

Voilà qui en principe met fin aux interrogations soulevées par son absence. Des questions qui avaient amené le gouvernement à démentir les rumeurs alarmistes sur l’état de santé du président.

C’est dire qu’il y avait tout de même un fond de vérité dans ces « on dit » même si le locataire du palais de la Marina n’était pas à l’article de la mort. Alors si les autorités béninoises ont choisi de communiquer sur un sujet aussi sensible, c’est sans doute parce que l’état de santé de leur chef n’est pas aussi grave que cela. Encore que rien ne permette d’affirmer qu’elles ont tout dit…

Mais qu’à cela ne tienne, ça n’enlève rien à leur mérite dans cet exercice de transparence médicale auquel bon nombre de dirigeants refusent de se prêter. Pour preuve, il n’y a qu’à traverser la frontière pour se rendre au Nigeria voisin où malgré la très longue absence de Muhamadu Buhari et son incapacité à exercer pleinement ses fonctions depuis son retour , l’omerta règne. Et son entourage persiste à faire croire aux Nigérians que, contre toute évidence, le locataire d’Aso Rock respire une forme olympique. Comme lui, ils sont nombreux « ces malades qui nous gouvernent » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Pierre Accoce et du Dr Pierre Rentchnick. Mais voilà que personne n’en pipe mot et les rares médias qui s’aventurent sur ce terrain glissant s’en souviennent encore. Et si le phénomène est plus prégnant sous nos tropiques, il n’y a pas que là que la santé du patron relève du secret. Qui ne se souvient pas de François Mitterand et du Dr Gubler qui ont caché la méchante prostate dont souffrait Tonton bien avant la victoire de 81?

C’est l’éternel combat entre vie publique et sphère privée, car si la santé relève assurément de la vie privée, voire intime, peut-on vraiment se prévaloir d’un tel argument quand on préside aux destinées d’une nation ?

C’est donc tout à l’honneur de Patrice Talon d’avoir choisi de publier son bulletin de santé, même si l’on doute que, dans leur grande majorité, ses pairs lui emboîtent le pas ou se laissent contaminer par son exemple.

 

H. Marie Ouédraogo

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut