Logo
Imprimer cette page

IBK dans les pays du G5 Sahel : Tournée des casernes avant New York

IBK dans les pays du G5 Sahel : Tournée des casernes avant New York

Ils devraient donc être tous là. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président malien Ibrahim Boubacar Keita qui, après avoir reçu son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a pris son bâton de commandement pour effectuer une mini tournée dans les trois autres pays du G5 Sahel. Après le Tchad et le Niger, le locataire du palais de Koulouba a ainsi bouclé la boucle hier à Kosyam qui n’était pas, à dire vrai, l’escale la plus difficile.

 

Il faut dire que l’objectif clairement affiché de ce voyage éclair était de convaincre ses pairs de participer, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies qui débute la semaine prochaine, à une rencontre projetée quant à elle lundi, au sujet de leurs préoccupations communes. On ne sait pas de quels arguments de poids IBK a su user, mais il semble être parvenu à vaincre les réticences du Tchadien Idriss Deby Itno et du Nigérien Mahamadou Issoufou, qui rechignaient à effectuer le déplacement à la Grosse Pomme.

Il faut dire que les contours de cette discussion parallèle sont encore flous, de même que ses potentiels participants ; car si la présence du Français Emmanuel Macron semble acquise, moins certaine est celle des Américaines, qui pèsent pourtant lourd, comme chacun le sait, dans la balance onusienne. Autant dire que les retombées concrètes sont loin d’être évidentes, cela d’autant plus que si la Maison de Verre de Manhattan a officiellement donné son blanc-seing en juin dernier à la force du G5 Sahel, l’organisation internationale n’a pour le moment versé et encore moins promis le moindre dollar destiné à la matérialisation de cette armée censée casser du terroriste dans la bande sahélo-saharienne. Las, le G5 Sahel peine toujours à réunir les 430 millions d’euros nécessaires à son opérationnalisation.

Alors l’assemblée générale de Nations unies apparaît comme une tribune de choix pour les 5 pays et leurs partenaires qui pourront saisir cette occasion unique de parler d’une même voix pour plaider leur cause et espérer ainsi amener les bailleurs de fonds à délier les cordons de la bourse.

N’était-ce d’ailleurs pas pour montrer leur bonne volonté et leur détermination dans la perspective de la réunion de New York que le samedi 9 septembre dernier IBK a inauguré à Sévaré, à quelque 600 km de Bamako, le quartier général de la force conjointe théoriquement forte de 5 000 hommes ? Un gage de sa volonté politique de mutualiser les moyens pour venir à bout de la pieuvre terroriste. Mais que peuvent bien valoir cette détermination et l’envie manifeste d’en découdre sans le moindre CFA à l’horizon ? Ne dit-on pas en effet que l’argent est et demeure le nerf de la guerre ?

 

H. Marie Ouédraogo

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.