Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Ebola : Si le grand Nigeria est atteint…

 On pensait que le virus Ebola avait été confiné dans son foyer originel d’Afrique occidentale. Mais depuis quelques jours on se rend compte que l’épidémie s’intensifie et se propage.

 

 

Jusque-là, la fièvre hémorragique virale était limitée à un triangle de la mort constitué par la Guinée-Conakry, le Liberia et la Sierra-Leone. Il faut désormais craindre que cette «peste rouge» n’étende son rayon mortifère :  en effet,  un premier cas de fièvre hémorragique a été enregistré au Nigeria : le patient zéro nigérian décédé vendredi dernier est un Libérien de 40 ans arrivé à Lagos via Lomé. Le « Geant de l’Afrique » touché, c’est l’ensemble de l’ouest du continent qui retient son souffle d’autant plus que cette fourmilière humaine de  177 millions d’habitants dont 20 à Lagos se  prête à une explosion de l’épidémie.

 

D’ores et déjà les autorités sanitaires ont pris des mesures, mais seront-elles suffisantes dans un Etat dont le gigantisme de la population associé à la pauvreté, comme on en rencontre partout en Afrique, impose la promiscuité et tous les problèmes d’hygiène et d’assainissement qui vont avec.

 

Plus l’épidémie s’installe dans la durée, plus cela peut entraîner des effets d’ordre économique notamment.

 

Déjà la compagnie aérienne  sous-régionale Asky a suspendu ses vols en direction de la Sierra-Leone, et des organisations doivent s’y réunir bientôt pour prendre des mesures urgentes.

 

Quand on ajoute à tout cela des facteurs humains comme l’inobservation des règles d’hygiène, les regroupements familiaux lors de grands événements (décès, baptêmes, mariages), la crainte d’une propagation fulgurante de l’épidémie se justifie aisément.

 

Aussi faut-il s’inquiéter des dysfonctionnements relevés dans le plan de riposte sous-régional. En effet, au cours de la rencontre d’Accra qui a réuni début juillet 2014 plusieurs autorités sanitaires de onze pays africains, des mesures concrètes de prévention ont été recommandées.

 

Mais dans la pratique, toutes ces prescriptions n’ont pourtant  pas été suivies à la lettre. Dans ce cas, faut-il s’étonner du nombre de décès, qui est aujourd’hui de plus 760 en Guinée, en Sierra-Leone et au Liberia ?

 

 

 

Adama Ouédraogo

Damiss

Dernière modification levendredi, 01 août 2014 10:31

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut