Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL

Mali : Discorde autour d’une conférence… d’entente nationale

Ça devait être la conférence d’entente nationale, c’est parti pour être la rencontre de la discorde. Si jamais elle a lieu à bonne date.

 

A la clôture, comme ce fut déjà le cas à la signature à Bamako le 20 juin 2015 de l’Accord d’Alger conclu quelques semaines plus tôt, les participants, main dans la main, auraient sans doute chanté à l’unisson « Pour l’Afrique et pour toi », l’hymne nationale en écrasant au passage une larme pour se donner au moins l’illusion de la cohésion retrouvée.

Hélas, alors que la fameuse CEN doit s’ouvrir ce lundi 27 mars pour se terminer le 2 avril prochain, des désistements successifs en fin de semaine faisaient planer le doute sur sa tenue. 

Aussi bien l’opposition politique que les ex-rebelles et mêmes les groupes armés progouvernementaux toutes tendances confondues avaient décidé de boycotter ce qui s’annonçait comme de grandes retrouvailles fraternelles pour boire, de nouveau, le « mougou dji… » (1) de la paix.

Ceux qui entendent pratiquer la politique de la chaise vide dénoncent pêle-mêle le changement des dates initialement retenues (ce que le pouvoir dément), le non-retour des réfugiés ou encore le fait qu’ils n’auraient pas été associés à la rédaction des TDR (termes de références) de ces états généraux de la nation ; bref, une mauvaise préparation qui n’augurerait rien de bon.

Les opposants à Ibrahim Boubakar Keita voulaient, il est vrai, ce qu’ils appellent une « concertation nationale inclusive » sans qu’on sache vraiment, au-delà des mots, la véritable différence avec le format actuel.

Simple prétexte pour ne pas s’asseoir autour de la même table ou raison valable, le fait en tout cas est que ces désertions par contingents entiers pourraient hypothéquer ce grand jamboree qui sème la division alors qu’il était censé unir des concitoyens et raccommoder un tissu sociopolitique profondément déchiré et dont le Mali peine à colmater les nombreuses brèches depuis cinq bonnes années. Depuis que les narco-djihadistes ont fait main basse sur le septentrion malien, aidés par la déliquescence de l’Etat et le coup d’Etat suicidaire d’Amadou Haya Sanogo.

 Depuis aussi, la marche vers la paix est une insaisissable ligne d’horizon qui semble se dérober au fur et à mesure qu’on s’en approche, et cela malgré l’accord d’Alger qui a montré ses limites objectives à l’épreuve du terrain et de la duplicité de certains acteurs. Vous vous souvenez du reste qu’il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises avant que tous daignent apposer leur précieuse signature au bas de l’arrangement politique algérois.

Tout comme il a fallu s’y reprendre ces dernières semaines pour l’installation des autorités intérimaires au nord face au refus de leaders d’opinion et d’agitateurs qu’il vaut toujours mieux avoir avec que contre soi. La Conférence de l’entente nationale, prévue par l’accord d’Alger, n’échappe donc pas à cette logique de la marche poussive vers la paix.

Face au « tous contre IBK », le plus sage en fait aurait été  de reculer pour mieux sauter. Car sauf à s’embarquer dans un entre-soi contre-productif qui ne règlera rien, on ne voit pas trop comment cette rencontre peut se tenir en l’absence de ceux qui constituent justement le problème, que leurs récriminations soient légitimes ou pas.

 C’est de ce fait un long week-end de tractations qui vient de se terminer sur les bords du Djoliba pour sauver ce qui peut encore l’être. Et le moins que l’on puisse dire est que les efforts n’auront pas été totalement vains puisqu’ils auront au moins permis de vaincre les réticences de quelques-uns, notamment le Mouvement arabe de l’Azawad qui a finalement décidé de prendre part à cette conférence d’entente de… la discorde. En attendant d’autres frondeurs in extremis ?

 

La Rédaction

 

(1) Boisson traditionnelle, sucrée, à base de farine de mil délayée, l’équivalent du « zoom koom » chez les Mossis.

Dernière modification lelundi, 27 mars 2017 08:56

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut