Logo
Imprimer cette page

Une lettre pour Laye : Le général Pingrenoma encerclé

Une lettre pour Laye : Le général Pingrenoma encerclé

Cher Wambi,

Contrairement au général de gendarmerie, Djibrill Bassolé, qui a momentanément quitté la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) pour une résidence surveillée à Ouaga 2000, l’autre galactique de la prison militaire, Gilbert Diendéré, lui, reste dans les liens de la détention préventive dans le cadre du putsch manqué de septembre 2015.

En effet, alors que son avocat, Me Bartelé Mathieu Somé, avait demandé sa libération d’office vu que le mandat de dépôt est arrivé à expiration le 6 octobre dernier, le tribunal militaire a opposé, jeudi 19 octobre, un niet catégorique au motif qu’une libération du cerveau présumé du coup d’Etat entraînerait une atteinte à l’ordre public.

 

Mais la défense de « Golf », ainsi qu’on surnomme l’ancien chef d’état-major particulier de la présidence, n’en démord pas sur sa détermination à obtenir le précieux sésame pour son client. Elle a alors fait appel de la décision du procureur devant la Cour de cassation où le dossier a atterri dans le bureau de la Chambre criminelle.

Selon une source bien introduite, le conseil du général faisait des pieds et des mains afin que l’affaire soit entendue aujourd’hui vendredi 10 novembre. A-t-il été entendu ? Je ne saurais te le dire pour l’instant, car j’ai appris que durant toute cette semaine qui s’achève, les audiences au niveau de la Cour de cassation ont été suspendues en raison de la tenue d’un séminaire.

 

Cher cousin, toujours sur le dossier du putsch manqué, laisse-moi te rappeler cette grenade à fragmentation que le général Diendéré a jetée dans le carré de la haute hiérarchie militaire en demandant la mise en accusation d’une bonne brochette d’officiers, lesquels ont participé aux réunions des 16 et 17 septembre 2017.

Pour Me Somé, son client a bénéficié du soutien de l’armée, à commencer par son chef au moment des événements, le général Pingrenoma Zagré.

La requête du « sécurocrate » de Blaise Compaoré va-t-elle prospérer ? En tout cas le moins qu’on puisse dire, c’est que l’étau semble se resserrer autour de certains hauts gradés dont la plupart ont été nommés ambassadeurs ou attachés de défense à des ambassades du Burkina Faso à l’étranger. C’est le cas notamment de l’ancien chef d’état-major des armées, Pingrenoma Zagré, aujourd’hui ambassadeur de notre pays au Ghana, à qui un des avocats de Djibrill Bassolé, le Sénégalais Me Yérim Thiam, souhaite poser des questions.

 

Cher Wambi, la semaine dernière je te faisais part de la lettre de dénonciation du juge Moussa Stéphane Sory, actuellement en poste en Centrafrique mais dont le nom figure sur la liste des magistrats épinglés par la Commission d’enquête du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Puis de me demander si la toge sale des juges allait se laver bruyamment en public. Je ne croyais pas si bien dire.

En effet, dans deux lettres adressées à la présidente du CSM, et dont le ton en dit long sur le malaise qui règne actuellement dans le milieu judiciaire, les juges Ibrahima Nana et Palakwindé Ted Rodrigue Bilgho rejettent les conclusions de l’équipe d’enquêteurs qui a instruit aux « antipodes de la loyauté et de l’impartialité », tout en faisant des révélations sur certains membres de la Commission d’enquête.

Cher cousin, au regard de la longueur des deux brûlots, je ne pourrai donc pas les joindre à ma lettre. N’empêche, tu pourras les lire in extenso dans ce numéro de ton oncle Nakibeuogo aux pages 25 et 26.

 

Léandre Bassolé est le nouveau président du Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). Il a été élu hier matin à l’unanimité par ses pairs conseillers de cette structure. Cette élection a été présidée par Lebda Naaba Baongho et Laurent Monné, respectivement doyen et benjamin des conseillers du HCRUN. Dans une brève allocution, le nouveau président a remercié le vice-président Younoussa Sanfo qui a assuré l’intérim durant deux mois, depuis que le président Benoît Kambou a démissionné du HCRUN. Il a également exhorté le collège de conseillers à travailler main dans la main afin que le HCRUN puisse assumer sa noble et exaltante mission de réconciliation et d’union des filles et fils du Burkina Faso.

Cher Wambi, Léandre Bassolé avait été désigné le 27 septembre dernier conseiller du HCRUN au titre de la présidence du Faso en remplacement de Benoît Kambou, démissionnaire. Il avait prêté serment le 03 novembre 2017 devant le Conseil constitutionnel.

Il faut à présent espérer que cette élection de Léandre Bassolé mettra fin aux problèmes que le HCRUN a récemment connus et que cette fois, les conseillers se consacreront tout entiers à la lourde tâche d’apaiser les cœurs et de permettre aux Burkinabè de fumer, entre eux, le calumet de la paix, de la réconciliation et de l’unité.

 

Cher Wambi, je m’en voudrais de boucler ce chapitre sur le HCRUN sans te rappeler qui est Léandre Bassolé. Sache qu’il a été le Représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) au Burundi de 1994 à 1996, dans le cadre de la Mission internationale d'observation au Burundi (MIOB). Il a notamment occupé les fonctions de représentant permanent du Burkina Faso aux Nations unies (1983-1986) ; de chef du département politique de la Mission des Nations unies en Ethiopie et en Erythrée (MINUEE) ; et, plus récemment, de directeur du Bureau du Représentant spécial des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest (ONUWA). C’est dire que c’est un diplomate chevronné qui est désormais à la tête du HCRUN.

 

C’est bien vrai, cher Wambi : je te confirme le rappel à Dieu de Koudraogo Gabriel Kaboré, dit Nabiiga, le 2 novembre, jour ô combien symbolique, puisque pour ceux de sa religion, c’est la fête des morts. Il était âgé de 90 ans au moins et a été inhumé le lundi 6 novembre dernier au cimetière de Gounghin. Ancien président du Syndicat autonome des commerçants de Ouagadougou, ancien membre consulaire de la Chambre de commerce, principal client de Faso Fani, il laisse derrière lui 7 enfants, 20 petits-enfants et 21 arrière-petits-enfants.

Tu voudras bien rapporter la nouvelle à ton oncle Wuraogo.

 

A présent, cher Wambi, je t’invite à feuilleter avec moi le carnet secret de Tipoko l’Intrigante.

 

-Vendredi 3 novembre dernier, les passagers de Turkish Airlines à destination de Ouagadougou ont été témoins de l’arrestation d’un voyageur à sa descente d’avion. Selon un témoin de la scène, l’individu en question, qui a embarqué depuis Ankara, serait un Burkinabè qui a séjourné à Mossoul, localité irakienne récemment libérée des mains du groupe djihadiste l’Etat islamique. A la police aéroportuaire qui lui a demandé ce qu’il est allé faire dans cette ville, l’individu en question n’a daigné fournir la moindre réponse.

 

-Face au péril terroriste, le Burkina Faso se serait-il tourné vers l’équipement russe ? En tout cas selon « La Lettre du Continent » du 8 novembre dernier, Roch Marc Christian Kaboré vient de passer la commande de plusieurs hélicoptères et d’autres équipements militaires à la société Rosoboronexport, Une firme du groupe russe Rostec.

Toujours selon l’hebdomadaire français, trois géants du BTP burkinabè pourraient soumissionner au marché de construction du tronçon national de l’autoroute Ouaga-Yamoussoukro. Il s’agit des sociétés ATP de Mahamadi Sawadogo, dit Kadhafi, EBOMAF de Mahamoudou Bonkoungou et COGEB de Moctar Mando.

 

-A l’occasion du match Burkina # Cap-Vert, comptant pour la 6e et dernière journée des éliminatoires de la coupe du monde, les Etalons tiennent à rendre un hommage à leur ancien portier Abdoulaye Soulama. Décédé le 27 octobre dernier à Bobo, Soulama a été inhumé dans sa ville natale, Banfora, le 29 du même mois. N’ayant pu se rendre aux obsèques, ses coéquipiers veulent lui faire une ultime marque de reconnaissance. C’est la raison pour laquelle lors de la rencontre du 14 novembre, ils pourraient arborer des tee-shirts à l’effigie de l’illustre disparu ou même dérouler une banderole avec un message de compassion. A cet effet, la Fédération burkinabè de football a adressé une demande d’autorisation à la FIFA. En tout cas, l’équipementier du Onze national a déjà ressorti une photo de Soulama et s’apprêterait à la graver sur des sous-vêtements avec le message «repose en paix».

Demain samedi 12 octobre 2017 à partir de 8h aura lieu le lancement officiel des 40 ans des Options fondamentales de l’Eglise Famille de Dieu sous l’égide du cardinal Philippe Ouédraogo, le curé et l’équipe pastorale de la paroisse Notre-Dame des Apôtres.

Au programme :

  • 8h : rencontre de Son Eminence avec toute la communauté chrétienne moréphone au sanctuaire de la miséricorde divine de Tengandogo ;
  • 15h 30 : rencontre de toute la communauté paroissiale francophone, les responsables des CCB, mouvements et associations avec Son Eminence le cardinal Philippe Ouédraogo dans l’église paroissiale de la Patte-d’Oie ;
  • 19h : Rencontre avec toute la jeunesse paroissiale ;
  • 20h 30 : soirée récréative et culturelle.

Le Plateau omnisports de Pissy vibrera du vendredi 10 au dimanche 12 novembre 2017 au rythme de la 13e édition des journées culturelles de l’Association ‘‘Rogêm tôkré’’ pour le développement, créée par des ressortissants de la province du Sanmatenga résidant à Pissy, dans l’actuel arrondissement 6 de Ouagadougou. Dénommée « Les 72 heures au Sanmatenga », cette manifestation culturelle est placée sous la présidence d’El Hadj Baba Sidiki Kontogomdé et le parrainage de Brice Ouessene Ouédraogo, maire de la commune de Pibaoré. Elle sera marquée, entre autres, par des expositions-ventes de produits et mets locaux du Sanmatenga, dont les objets en cuir, le kidamï et les brochettes au koura koura, ainsi que des danses traditionnelles. En rappel, l’Association ‘‘Rogêm tôkré’’, présidée par Hassane Sawadogo (actuel gouverneur du Nord), a pour objectifs de contribuer au raffermissement des relations intercommunautaires et au développement de la province d’origine de ses membres.

 

Tipoko l'Intrigante n'apprend rien d'elle-même, elle n'invente jamais rien. Tipoko l'Intrigante est un non-être. Elle n'est ni bonne en elle-même, ni mauvaise en elle-même. Elle fonctionne par intuition, car "l'intuition c'est la faculté qu'a une femme d'être sûre d'une chose sans en avoir la certitude..."

 

Ainsi va la vie.

Au revoir.

 

Ton cousin

Passek Taalé

Commentaires   

0 #1 Sidzabda 10-11-2017 13:30
Depuis quand avez-vous vu quelque qui est englué vouloir se noyer seul? l'attitude de DIENDERE est bien logique. donc il faut le comprendre
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.