Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Axe Ouaga-Dori : Un camion chavire et ferme le passage aux usagers

Imprudence, surcharge ou défaillance mécanique ? C’est la question qui était sur toutes les lèvres le samedi 5 juillet 2014 sur l’axe Ouaga-Dori où un camion lourdement chargé s’est étalé de tout son long, se vidant de son contenu sur toute la voie (voir photo). Inutile de dire qu’aucun autre véhicule ne pouvait plus passer, la route ayant obstruée par le mastodonte et les sacs de céréales qu’il transportait. Ces désagréments ont fait monter la tension de beaucoup d’usagers qui en voulaient visiblement au chauffeur du fameux camion.

On ne le dira pas assez, sur la route il y a de véritables dangers. Il appartient donc à chacun d’adopter un comportement responsable. Alors prudence ! Tout le monde y gagnerait.

Fait divers

Transports en commun

Il crache par dessus la vitre du car et s’en prend au conducteur qui le désapprouve

Dans les Figas du mercredi 2 juillet dernier, en alerte, nous attirions l’attention de tous sur les crachats sur les passants dans la rue. Un dédain affiché pour l’hygiène publique, disions-nous. Nous ne croyions pas si bien dire, puisque l’histoire suivante apporte de l’eau à notre moulin.

Dimanche 13 juillet 2014. Très tôt le matin, dans un car de transport en commun, un quidam assis à côté de la fenêtre l’ouvre tout grandement et crache sur le macadam. Le convoyeur lui fait alors remarquer que son comportement n’est pas correct et qu’il dérange en plus les voisins. Il n’en fallait pas plus pour que notre monsieur se mette à traiter son «conseiller» de tous les noms d’oiseaux, prétendant qu’il a payé et qu’il a tous les droits dans le car. Allant plus loin, il affirma que si celui qui lui a fait la remarque lui ouvrait même son c…, il n’hésiterait pas à y cracher. Manque de décence, quand tu nous tiens !

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec des individus pareils, la lutte contre l’incivisme est loin d’être gagnée. A chacun donc de prendre ses dispositions pour ne pas avoir affaire à de tels goujats qui ne comprennent rien à rien. Des gens qui gèrent mal leurs expectorations et avancent des arguments fallacieux.

Alerte !!!

Activités agricoles en ville

Ces champs repaires de bandits

Il est lointainle temps où les forces de l’ordre faisaient irruption dans les concessions à Ouagadougou et rasaient littéralement les champs improvisés de mil ou de maïs. L’une des raisons invoquées, alors était qu’ils favorisaient la prolifération des moustiques, vecteurs du paludisme qui faisait rage. De nos jours, si semer sur sa parcelle dès les premières pluies de l’année n’est plus une pratique très courante, on remarque cependant qu’elle laisse place à une autre non moins nuisible. Il s’agit de l’aménagement d’espaces de cultures céréalières en ville, à des endroits où cela n’est pas sans danger. En plus de faire les beaux jours de la malaria, ces champs en plein air dans une ville de plus en plus criminogène comme Ouagadougou constituent de véritables nids de bandits la nuit venue. On a encore en mémoire cette dame agressée, tuée et jetée dans ce genre de glèbe, un matin au côté nord du cimetière de Gounghin.

C’est donc dire la dangerosité de la pratique qui commande qu’on fasse bien quelque chose. Loin de nous, l’intention d’inciter la force publique à renouer avec les anciennes méthodes. La sensibilisation par exemple peut simplement être une solution. Il faut commencer maintenant.

Avenue Pr Joseph Ki-Zerbo

Feu tricolore défaillant et caché par des branchages

Les usagers qui empruntent l’avenue Pr Joseph Ki-Zerbo l’auront remarqué, certains ayant manqué même de peu de provoquer un accident. Le feu tricolore situé au niveau de la DGCOP présente une défaillance (photo). Le rouge ne fonctionne pas et le risque est grand pour ceux qui ne sont pas au courant de cela ou ne font pas attention de faire un accident. Outre cette anomalie, les branches des arbres de l’aménagement paysager à proximité croissent à vue d’œil et cachent partiellement le feu. Les usagers seront très reconnaissants aux services compétents de réparer l’équipement et d’émonder les branchages des végétaux en question qui ont bien sûr leur utilité. Cela est d’autant plus nécessaire que le croisement des avenues Pr Joseph Ki-Zerbo et Président Sangoulé Lamizana est très fréquenté. Le disfonctionnement des feux tricolores, on le sait, perturbe sérieusement la circulation, une raison suffisante pour veiller davantage à leur bonne maintenance.

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut