Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Détérioration de panneaux publicitaires : Fâcheux incidents en temps de pluie

Sous cette même rubrique le mercredi 27 mai dernier, on a fait cas des dégâts qui surviennent suite à la chute d’arbres et de piquets par temps pluvieux et venteux avec des conséquences parfois dommageables à certains usagers de la route. Actuellement c’est un truisme de dire que les panneaux publicitaires qui sont dressés à travers Ouagadougou constituent de véritables dangers. Les vents forts, de plus en plus, ont raison de ces installations en cette période de saison pluvieuse.

 

Après les dégâts subis par des panneaux géants suite à une pluie sur l’avenue Gal Charles-de-Gaulle, précisément en face de la Radio nationale et devant le supermarché «La Surface», malgré les précautions recommandées avant leur implantation, certaines agences continuent d’en faire à leur tête. Résultat, les tableaux publicitaires font toujours les frais des intempéries avec à la clé des dommages physiques sur des biens privés. C’est ce qui est arrivé à un automobiliste à Pissy vendredi dernier, jour du ramadan, alors qu’il roulait tranquillement sur l’asphalte sous la pluie. Si personnellement il n’a pas été touché, ce ne fut cependant pas le cas pour son véhicule. Encore une fois, la preuve est faite que les panneaux en ville, s’ils ne sont pas confectionnés et installés dans les règles de l’art, peuvent être sources de désagréments. On ne le dira donc jamais assez, la municipalité, qui est censée délivrer les autorisations aux agences propriétaires des espaces publicitaires, doit se montrer intransigeante. Une sortie de terrain devrait permettre de contrôler la qualité des matériaux utilisés afin d’écarter ainsi les équipements défaillants. Pour la quiétude des citoyens, aucun arrangement ne saurait être toléré. Que chacun se le tienne pour dit.

 

Route Ouaga-Fada: Chute possible d’un poteau électrique haute tension

Hivernage rime avec insécurité dans bien des domaines au Burkina. Inondations, éboulements… sont le lot d’ennuis vécus par beaucoup de Burkinabè en cette période critique. Ici c’est un corps sans vie que les eaux de pluie ont charrié dans un fourré. Là c’est une autre personne qui est victime d’électrocution… et la série noire ne fait que s’allonger. D’électrocution, parlons-en avec les fils électriques de la SONABEL qui pendent dangereusement par endroits à travers la capitale. Présentement à droite de l’entame de la route Ouaga-Fada, un poteau électrique de haute tension risque de s’écrouler. Si cela survenait, les effets pourraient être catastrophiques. La haute tension est potentiellement dangereuse et sa gestion, surtout en ville, s’avère risquée. Le service de la nationale d’électricité qui en a la charge doit impérativement se magner pour trouver une solution avant qu’un drame ne s’y produise.    

 

Reforestations au Burkina: Empêcher les reboisements folkloriques

Pays sahélien par excellence, le Burkina reste une contrée où les questions de reforestation préoccupent au plus haut point l’autorité responsable de la gestion de l’environnement. Des politiques en la matière sont continuellement élaborées pour y faire face. Annuellement, des campagnes de reboisement sont lancées sur tout le territoire national à cet effet. Au fil des années elles ont fini par être politisées, réduisant à néant les nobles objectifs de départ. Les espaces reboisés un peu partout dans le pays couvrent chaque fois de grandes superficies, mais, passé le temps des cérémonies de reboisement festives à grand renfort de coup médiatique, plus rien. Par manque d’entretien les arbres finissent par disparaître du fait des aléas climatiques ou tout simplement broutés par les animaux en divagation ; et c’est l’éternel recommencement. Depuis les premiers repeuplements à la faveur des trois luttes, que d’arbres plantés ! Le constat sur le terrain est pourtant décevant et laisse interrogateur. Il est alors temps que les services de l’environnement travaillent à mettre fin aux reboisements folkloriques par des conseils et un accompagnement rigoureux des acteurs. Planter des arbres c’est bien, les entretenir c’est encore mieux. Le choix des sites et des essences à planter est capital pour un reboisement réussi. Il n’y a pas mieux que les spécialistes des Eaux et Forêts pour aider les populations à faire œuvre utile. Plus donc de complaisance devant des politiciens en manque de popularité. Les processus réglementaires doivent absolument être respectés.

 

Feedback

Rue Ousmane-Sibiri-Ouédraogo: Le parasol encombrant a été démonté

 

Dans la livraison des Figas de mercredi passé, en sous-rubrique Vu !!!, il était question d’un parasol qui cachait le feu tricolore au niveau du côté est de la Grande Mosquée. Après la parution de l’article dénonciateur, les choses sont rentrées dans l’ordre : Ledit parasol a été démonté. Bravo aux auteurs de cette prompte réaction qui rendent ainsi un énorme service aux usagers qui empruntent la rue Ousmane-Sibiri-Ouédraogo.

 

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut