Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Dépôt clandestin de carburant à Nionko II : Un mort et un blessé grave dans une explosion

Mardi noir hier à Nionko II (secteur n°41), un quartier situé à la sortie nord-est de Ouagadougou, précisément sur la route de Kaya. Vers 10 heures ce jour-là, un drame dont on peine toujours à indiquer les circonstances exactes s’est produit dans une maisonnette servant de dépôt illégal de carburant. Une explosion de plusieurs barils et de bidons en plastique contenant du liquide inflammable a eu lieu à cet endroit, causant sur le champ la mort d’un jeune garçon d’une dizaine d’années et blessant grièvement un autre immédiatement transporté à l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

 

Selon des informations glanées sur les lieux, le local serait un magasin loué à une tierce personne qui le gardait toujours fermé, mais devant lequel les deux garçonnets depuis un certain temps montaient la garde. Les voisins dont un couturier ne se doutaient de rien, jusqu’à ce que tout récemment une odeur suspecte d’essence éveille leurs soupçons. Ils avaient alors décidé de toucher un mot au propriétaire de la maison pour conduite à tenir. Ils en étaient là quand le drame malheureusement est survenu sans qu’ils ne sachent comment. Le réduit incriminé naturellement a été littéralement pulvérisé et l’atelier de couture qui lui est contigu a été touché avec des dégâts importants. Les soldats du feu alertés ont vite accourus mais n’ont rien pu sauver. Les flammes ont tout dévoré. La victime serait un neveu du responsable du dépôt, qui serait venu de province passer quelques semaines chez lui à la faveur des vacances scolaires. Sur le terrain autour de 12 heures 30, la gendarmerie avait placé une barrière de sécurité dans l’attente du procureur du Faso. Le corps sans vie du pauvre garçon, recouvert d’un pagne rouge, gisait toujours au sol sous les regards des nombreux badauds.

On ne le dira jamais assez, la manipulation de substances inflammables comme l’essence est très dangereuse. Le faire sans un minimum de précautions, c’est exposer de nombreuses vies. Nonobstant cela, les points de vente d’essence dite frelatée continuent de pousser à Ouagadougou et en province comme des champignons après la pluie. L’autorité et les populations entretiennent, hélas, un silence coupable. La répression avait entre-temps été tentée, mais n’a duré que le temps d’un feu de paille. Cet énième drame, encore une fois, met les autorités compétentes devant leurs responsabilités, surtout que le bruit court sur l’existence de plusieurs dépôts illégaux à travers toute la commune. Il urge donc de sévir contre les marchands de la mort et sans ménagement aucun.

 

SOS !!!

Nouvelle voie bitumée de Saaba: Les habitants soucieux de l’utilité publique des lampadaires

 

Initiative salutaire que celle des autorités municipales de bitumer et éclairer certaines rues et avenues de Ouagadougou. Dans nombre de secteurs de la ville en effet, cette politique d’amélioration du bien-être des populations est bien accueillie par celles-ci, qui ne tarissent pas d’éloges à l’endroit des responsables de la commune ; malheureusement, les travaux entrepris dans certains arrondissements de la capitale ne sont pas toujours conduits à terme. Ici, ce sont les caniveaux qui ne sont pas achevés, et là, les feux tricolores et les lampadaires admirablement fixés depuis plus d’une année aux points stratégiques qui attendent d’être enfin fonctionnels. La situation est telle qu’on se demande bien à quoi ils servent finalement.

A Saaba, périphérie Est de Ouaga, la nouvelle voie bitumée qui part de la station-service OTAM en passant par le lycée Wend-Puiré, le constat est simplement décevant : sur cette bretelle qui connaît déjà une détérioration par endroits avant même la réception officielle de l’ouvrage, des néons sont décrochés et pendent comme des branches d’arbres après le passage d’un ouragan. Des usagers, la nuit venue, heurtent parfois accidentellement de plein fouet les pylônes à cause sans doute de l’imprudence, mais aussi et surtout de l’obscurité ambiante.

A Saaba comme à d’autres points de la ville, ces différents équipements doivent véritablement servir à quelque chose d’utile. Avis donc aux services techniques municipaux compétents. Faites que ces lampadaires et feux de signalisation fonctionnent au moins une fois ! Les populations bénéficiaires vous en seront très reconnaissantes.

 

 

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut