Remaniement ministériel : Et le cas Albert Ouédraogo ? PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 26 Février 2012 19:34

L’événement, ces derniers jours dans  notre pays, c’est sans nul doute l’éviction du gouvernement du ministre de La Justice, de la Promotion des droits humains et garde des Sceaux, Jérôme Traoré (lire aussi page 5). Et comme c’est souvent le cas dans les remaniements ad hominem, Blaise Compaoré et Luc Adolphe Tiao, les deux têtes de l’Exécutif, en ont profité pour opérer des réglages, si ce n’est régler d’autres affaires.

Ainsi du cas d’Albert Ouédraogo, qui quitte le ministère des Enseignements secondaire et supérieur pour celui, de création récente, des Droits humains et de la Promotion civique. Ce qui est synonyme, au regard de l’ordre protocolaire, d’une certaine  dégradation même si le nouveau portefeuille est d’une certaine importance dans ce Faso où l’incivisme tend à devenir le sport favori de bien de Burkinabè.

Pour autant, le Pr Albert ne s’en trouvera pas dépaysé vu son activisme passé dans le milieu des organisations de la société civile. Voilà donc un tocsin à la portée du président du Tocsin pour mieux donner l’alerte sur la situation des droits de l’homme. On espère qu’il ne s’en privera pas et surtout saura en faire bon usage.

Selon des sources bien introduites, il y avait également un problème Albert. A en croire effectivement certains analystes, il paie par cette rétrogradation les nombreux impairs, avérés ou supposés, qu’on met sur son passif du temps où il était à la tête du grand ministère des Enseignements secondaire et supérieur. Quand on n’évoque pas les humiliations publiques subies par certains de ses collaborateurs et partenaires de son ministère, comme les syndicats,  on avance volontiers les nominations et certains limogeages qui ont mis mal à l’aise ses propres homologues du gouvernement : entre autres cas les plus criards,   «l’affaire Boly», du nom de l’époux de sa collègue de l’Education nationale.

En effet, celui-ci a été sauté de son poste de président de l’Université polytechnique de Bobo dans des circonstances qui ont non seulement bouleversé la collègue en question, mais aussi interloqué l’opinion.

A tort ou à raison, on reprochait aussi à l’ex-ministre des Enseignements secondaire et supérieur certaines lenteurs dans les négociations avec les partenaires, comme la Banque mondiale ; choses qui pouvaient faire capoter certains projets ultrasensibles.

Ce n’est certainement pas le potentiel qui lui faisait défaut, mais plutôt les capacités managériales pour conduire un département comme celui-là où il faut savoir ménager les nombreuses structures et les partenaires nationaux et internationaux. Nomination pour nomination, c’est peut-être au poste où on l’a ramené aujourd’hui qu’il fallait le promouvoir d’abord pour qu’il fourbisse ses armes.

 

Alain Saint Robespierre

Mise à jour le Dimanche, 26 Février 2012 19:38
 
Commentaires (20)
1 Dimanche, 26 Février 2012 22:13
Ibrahim d'allah-Diogo
Je me demande une chose: Faut-il accommoder Albert Ouédraogo au sein du Gouvernent car ce réajustement, il ne faut pas se leurrer relève et révèle purement et simplement de l'accommodation. Pour moi, il n'a pas sa place dans cette équipe. En voulant donner un signale fort (limogeage du ministre de la justice) Luc Adolphe Tiao a envoyé au autre signal dans la mauvaise direction. Albert, si vraiement c'est le soit disant hommme de principe dont parle tout monde, devrait corrigé le tire et rendre sa démission. A mes yeux c'est juste un autre incompétent à la Seydou Bouda ( 3 ministères en trois remaniement), que l'on tient sur des bequilles
2 Dimanche, 26 Février 2012 23:08
INVARIABLE
En tout cas ce qui se passait dans ce ministère était un vrai "bordel". Il était temps que ça s'arrête. Espérons que le mathématicien OUAT MOUSS saura poser les bonnes équations pour trouver les bonnes solutions.

Beaucoup de courage à lui car ce ministère qui est le creuset du savoir est tout sauf une cour de récréation.
3 Dimanche, 26 Février 2012 23:25
odaambiga
Ce monsieur ne peut rien. Il ne faut pas faire la confusion entre un ministère et una association où parfois la gestion est tout sauf du management. Il faut l'expulser du gouvernement. Albert pa toin yé!!!(Albert ne peut pas)
4 Lundi, 27 Février 2012 08:39
anta
Quelqu'un avait déjà prévu son échec,car au lendemains de sa nomination au MESS, sa première visite était pour le Mogho Naaba alors que les syndicats peinaient à le rencontrer. Si quelqu'un veut voir Albert ou obtenir qu'on ne le saute pas de son poste, c'est mieux de passer par un Naaba, c'est un conseil d'amie.
5 Lundi, 27 Février 2012 08:50
PACO
Belle description du personnage. L'homme n'a pas changé car déjà à l'UO, en tant que doyen de la faculté des lettres, le mépris des syndicats était perceptible et cela bloquait souvent les négociations. Sûrement qu'il se retrouve dans son élément mais le dédain des autres pourrait le suivre.
6 Lundi, 27 Février 2012 09:02
Guiro sérein
Affaire Guiro : Le juge d’instruction cambriolé :
Burkina24 a appris que le juge d’instruction commis sur l’affaire Guiro a été cambriolé. Des dossiers sur l’affaire auraient été emportés. Après le cambriolage de l’avocat, ce second acte jette des soupçons sur la peur de certaines personnes d’être « dérangées » par l’arrestation de l’ex-DG des douanes. Mais pourquoi aucun journal n’est revenu là-dessus ?
7 Lundi, 27 Février 2012 11:13
Sénèque Le Jeune
Je suis tout à fait d'accord avec l'analyse d'Alain. En effet, Albert est certainement compétent dans son domaine des lettres modernes mais comme ministre d'un département ministériel aussi important et complexe que le MESS il n'en avait pas les qualités requises. Ceci est d'autant plus vrai qu'il faisait montre d'un dilettantisme navrant dans la gestion administrative quotidienne du département. En plus, quelle bonne idée il avait en se permettant de dégommer des responsables de son département sans prendre le soin de les prévenir ne serait-ce que quelques heures à l'avance? Par exemple, au-delà du président de l'UPB il avait failli provoquer un accident cardiaque chez l'ex-DG du CENOU qui avait lui appris son limogeage à la télévision. La conséquence est que chaque mercredi tous les petits directeurs de son ministère avaient les nerfs au vif et ils ne travaillaient plus.
8 Lundi, 27 Février 2012 12:08
Encore, encore
Je ne sais même pas pourquoi ce Monsieur est venu à ce gouvernement quand on se rappelle ses sorties médiatiques contre le système politique Compaore. C'est bien fait pour lui.Je me demande s'il pourra même gérer ce ministère.Il est hautain et dédaigneux
9 Lundi, 27 Février 2012 12:14
Koro Yamyélé
Toi Albert as toujours critiqué.
On t'a mis au poste de ministre de l'enseignement la,qu'est ce que tu as pu faire?
Sache que tu n'es pas le plus intelligent de ce pays.
10 Lundi, 27 Février 2012 16:18
papadwéogo
bonsoir kôrô yamyélé
je pense qu'on peut dire la vérité sans être vulgaire. nous gagnerons tous si tu pouvais corriger ton style.
avec mes respects
11 Lundi, 27 Février 2012 16:39
pifffffff
le hic est qu'il n'a meme pas honte. à sa place,je rendais mon tablier car là,il est mis au placard parceque son ministère créé de toutes pièces est bidon,un gadget comme ces ministères sans porte feuille comme ce fut le cas avec les ram ou hermann et consorts. pitié,la dignité a fichu le camp dans ce pays
12 Lundi, 27 Février 2012 20:44
doudouno le cobra
Albert tu me fait pitié toi le grand intellectuel.Tu n'a même pas pu gerer un ministère.Je parie que même à la promotion des droits humains tu vas échouer par ce que tu es comme la plupart de l'intelligencia burkinabe hautain egocentrique nombriliste,peu enclin au management des hommes.
13 Lundi, 27 Février 2012 21:01
amadou
drole les intandants et economes du sahel ont été chamboulés sans qu'ils soient contacter. que se passe-t-il? un des leur, a mis fin à sa vie ce 27-02-2012 alors que la passation de service était prevu pour demain et lors de la lecture funèbre, nous avons appris que le defunt devait feter ses 35 ans le 28-02-2012.
14 Mercredi, 29 Février 2012 13:52
Arthu
Vraiment dommage. Car ce ministre là ne meritait plus d'être reconduit. Il n'a aucun discernement et il echouera de nouveau sûrement. Quelle bêtise que de proceder à un mouvement des intendants et economes en pleine année scolaire.Quel sort reserve-t-il aux enfants scolarisés de ces chefs de familles? Et pourquoi ne commencait -il pas par les chefs d'établissement qui sont ordonnateurs et qui ont eux 7 à 12 ans dans leurs postes pour la majorité? Vraiment aucune notion de droits humains ce Monsieur Albert. Dommage il echouera encore. Vous verrez.
15 Mercredi, 29 Février 2012 14:08
RES PUBLICA
Soyons vigilant! Blaise une fois de plus confirme ce que Laurent BADO a affirmé:"Faites ce que vous voulez mais laissez-moi mon trône tranquille". C'est bien d'avoir limogé Jerome mais pourquoi nous ramener une vieille pièce déclassée à l'occasion de la crise?Toujours les mêmes têtes!et il a renvoyé tous les anciens ministres limogés, pour représenter le Faso à l'étranger.DES MINISTRES LIMOGES SONT DES EXCELLENCE DE SON SYSTEME! C'est honteux!!!!! C'est dire donc qu'il limoge pour nous berner, pas pour que ça avance.Dans tous les cas, que Blaise nous donne de voir une autre tête, nous qui sommes des années 83 à 2012!
16 Mercredi, 29 Février 2012 15:02
baron
Albert , polique c'est pas petit boucan, repart gerer les koosweogo là!!!
C'est là que tu es bon!!!
17 Jeudi, 01 Mars 2012 00:26
benx
Je crois que le Ministre ALBERT a compris qu'il est très facile de critiquer que de construire.souhaitons le tout de même bon vent au Droit Humain
18 Jeudi, 01 Mars 2012 04:36
Bénéré
Pour qui ce Ministre se prenait pour "dire qu'il n'a pas demandé à être nommé"? Lui qui ménaçait de démissionner si on ne le laissait pas faire, pourquoi ne le fait-il pas? Mr Albert, vous n'êtes pas plus inteligent que les autres. Vous avez besoin de formation en ressources humaines. Respecter ses collaborateurs, leurs permet de donner le meilleurs d'eux même.redessender sur terre, c'est important pour vous et aussi pour les autres.
19 Jeudi, 01 Mars 2012 05:46
kOUDBI
Affaire de Soumission,
Mr Blaise Compaoré, il faut ouvrir les yeux sinon les histoires de Marchés similaires vont envoyer une autre crise au Faso. Ceux qui ont exécutés les ECHANGEURS au Faso vous ont fournient quelles reférences similaire pour que vous leurs donniez ces marchés? Quel ECHANGEUR nous avions au Faso avant ceux-là? Quelle reférence similaire on vous a présenté pour les Travaux de construction de la route de Bobo, pour tous les travaux que vous lui attribuez à tout bout de champ? Sur la ROUTE DE BOBO, NOUS SAVONS TOUS QUE L'ENTREPRISE KARA EST UNE ENTREPRISE QUI VEND SES REFERENCES TECHNIQUE ET NE PARTICIPE JAMAIS A L'EXECUTION.
20 Vendredi, 02 Mars 2012 15:41
tu t'emprend a mo
c'est tjr bon de critiqué mais critisué pour kil est changement.qui pense mieu faire se trouve capale de mieu faire?ki d'entre vs gere b1 dabort sa famille??laissé ..............tranquille é allé cherché a manger.ts sa c' est la fain.

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Commentaire:

Images de l'actu

  • bobo 1.jpg
  • bobo 3.jpg
  • bobo 4.jpg
  • bobo 5.jpg
  • bobo 6.jpg
  • bobo 8.jpg
  • bobo 10.jpg
  • bobo 11.jpg
  • bobo 12.jpg
  • bobo 13.jpg