Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Les crapauds coassent…

Le Mondial est fini, vive le Mondial. Le meilleur que je vous souhaite, c’est de voir le prochain Mondial. Et le Mondial d’après. Et l’autre Mondial d’après. Et tous les Mondial à venir. C’est mon ami Ted qui aime à dire qu’il y aura bien un Mondial qui va nous manquer. Quand il parle ainsi, je me dépêche de toucher du bois et je lui fais savoir que c’est nous qui allons manquer au Mondial, ce n’est pas le Mondial qui va nous manquer. Mais j’en conviens avec lui, quatre ans ce n’est pas gagné d’avance.

 

Ce Mondial, tout compte fait, même si c’est l’Allemagne qui a remporté la coupe, c’est le Brésil qui en a été la superstar. 7 buts à 1… 3 buts à zéro, ce qui fait 10 buts encaissés en 2 matches. Une catastrophe nationale qui a remué la terre entière. Mais je n’ai pas eu la moindre larme pour le Brésil.

La prochaine fois, ils mettront les Noirs qu’il faut à la place qu’il faut au moment qu’il faut. Et puis, en matière de score catastrophique et infamant, il y a eu pire. En 1998, au stade du 4-Août, aux quarts de finale de la CAN, les Etalons du Faso menaient les Léopards de la RDC par 4 buts à 1.

Alors qu’il restait 5 minutes pour la fin du match, l’équipe du Congo égalisa en mettant 3 buts en 5 minutes plaçant ainsi les 2 équipes à égalité, soit 4 buts contre 4 buts. Il en résulta une prolongation à l’issue de laquelle le score était toujours de 4 buts contre 4 buts. On procéda aux tirs au but.

Les Léopards mirent 4 buts et les Etalons 1. Ainsi furent éliminés les Etalons de cette compétition en 1998. L’entraîneur de l’époque, un Gaulois du nom de Troussier, mi-technicien de foot, mi-sorcier, n’y comprenant rien, avait conclu à la sorcellerie Bantou.

Depuis ce match, je ne me suis pas encore réconcilié avec les Etalons. Pas de panique donc. Notre honneur est sauf. Nous détenons toujours la palme du ridicule et les télévisions du reste du monde en avaient fait leurs choux gras. Ce fut bizarre ? Non, ce ne fut pas bizarre, ce fut de la bizarrerie.

Qui m’a touché ? Quelqu’un m’a touché. Comme pour me rappeler que je dois parler de bizarrerie aujourd’hui. Je n’ai pas oublié rassurez-vous. Bizarrerie promise, bizarrerie due. Mais à dire vrai, j’hésite un peu. Nous sommes en démocratie je sais, je suis lu par des démocrates, je sais.

Malgré tout, je suis en train de me demander si la bizarrerie dont il sera question ne fait pas partie des élucus qui fâchent. Mais tant pis, le gnontoro sera tiré et bu. De toute façon, si j’écris et que ça chauffe, je n’aurai qu’à dire : «c’est moi qui ai écrit, mais je n’ai plus écrit». Ça peut aller ?

Toégui, heyy ! Heyy ! Tu es recto ou tu es verso ?

C’est la saison des pluies. Comme chaque année, ceux qui voient le verre à moitié vide vont se mettre à nous remplir de frayeur en nous rappelant à tout bout de champ le 1er septembre 2009. Mais il ne faut plus penser à ce jour maudit, voyons.

Avec les pluies, moi dans ma rue, les crapauds ont recommencé à coasser. Chaque nuit ça coasse, ça coasse, ça coasse. Y a pas à dire, les crapauds sont des coasseurs. Chose curieuse, ils reconnaissent ma voix. Quand ils coassent et que je crie : «Taisez-vous» ! Aussitôt ils se taisent.

Et même si après je crie : «Re-coassez !», ils se taisent toujours. Autrefois, tout Ouaga dansait au rythme du Koassa Koassa, une danse inventée par Aurlus Mabélé. Non, plutôt par Kanda Bongo Man.

Je voudrais bien savoir, où est-ce qu’ils se cachent les crapauds, en saison sèche ? Lorsqu’il ne pleut plus, on ne les entend pas. Ils émigrent à Zorgho ? Surtout pas. Zorgho est bien le seul endroit où ils sont interdits de coasser.

Parlant de Zorgho, je pense à la «Mossiterie». J’en ai appris un brin sur l’addiction des «Mochichis» pour la «Nabacoxie». Un des principes dans le «Mosstenga» est de ne jamais refuser un Bonnet Rouge.

Ainsi, si on te propose d’être le «Naaba» des bouses de vache, il ne faut point refuser. Si tu refuses, on nommera quelqu’un d’autre Naaba des bouses de vache et il te fera transporter des bouses de vache sur la tête.

J’ai appris également une conception particulière du pouvoir, le «Naam» chez les «Mochichis» : le «Naam» n’est bon que lorsqu’on peut en abuser. Un «Naam» dont on ne peut pas abuser est un petit «Naam».

Silence ! Nous y sommes. «Le peuple burkinabè proscrit toute idée de pouvoir personnel».Titre XVI – Article 168 de la Constitution.

Voilà. C’est court, net et précis. En une seule phrase. J’aimerais maintenant qu’on m’explique. D’abord, il s’agit de proscrire une idée, rien qu’une idée. Une idée c’est une conception abstraite qui n’est pas encore concrétisée. Elle est toujours en gestation dans la tête. Un peuple, tout un peuple va-t-il gâcher ses énergies pour combattre une idée qui est élaborée seulement dans l’esprit ?

Et si moi, Toégui, je vous fais cette révélation : chaque nuit, j’ai à l’idée de marcher sur Kosyam, de prendre le fauteuil de Blaise, de mettre en place une armée comprenant exclusivement des soldats samos, de privatiser la BCEAO, de nommer mon cousin ministre de l’Economie et des Finances, de nommer mon neveu comme «Personne Responsable» de tous les marchés publics, de confisquer et de mettre à mon nom toutes les sociétés minières du pays, de construire un harem en pays samo et d’y héberger toutes les «pagb-naaba» du «Mosstenga»…

La nuit, voici l’idée qui me vient à l’esprit. Vous allez faire quoi ? Et j’ai aussi en tête d’envoyer tous les «Bonnets Rouges» piocher dans les bananeraies du Sourou. La nuit, j’ai cette idée. Vous faites quoi ?

L’autre problème que me pose l’article 168, c’est la notion de POUVOIR PERSONNEL proscrit par le peuple Burkinabè. Qu’est-ce qu’on entend par pouvoir personnel et comment s’exerce un pouvoir personnel dans une République qui, comme dirait Lapalisse, n’est ni une monarchie, ni un émirat, ni un duché, ni une principauté ?

Encore qu’il y a des principautés comme Monaco et des duchés comme le Luxembourg qui ne pratiquent pas de pouvoir personnel et qui sont plus démocratiques que toutes les Républiques du Gondwana.

Ici au Faso, nous sommes dans une République avec les trois pouvoirs : le Président du Faso et son gouvernement, l’Assemblée nationale et ses députés, le Judiciaire et ses juges. Ces différents pouvoirs se neutralisent mutuellement chacun ayant pour mission d’affaiblir l’autre.

A la lecture de la Constitution, on décèle des dispositions qui empêchent le Président du Faso d’exercer un pouvoir personnel si tant est que les autres pouvoirs jouent leur partition.

Tout d’abord, il y a le mode d’élection du Président. Le Président ne «s’autoproclame» pas Président. Il est élu par l’ensemble des citoyens, le suffrage universel, face à d’autres prétendants. Son mandat est limité dans le temps : 5 ans. Si aux yeux des électeurs il avait exercé un pouvoir personnel durant son mandat finissant, il ne sera pas réélu s’il prétend à un autre bail.

Le Président ne peut pas imposer n’importe quelle loi au pays. Les lois doivent avoir l’aval des députés qui ont la latitude de les rejeter s’ils estiment qu’elles sont de nature à instituer un pouvoir personnel.

Par le vote du budget les députés, représentants du peuple, ont un droit de regard sur les ressources et les dépenses de l’Etat. Les mêmes députés peuvent à tout moment demander des comptes au Président par ses ministres interposés.

Le Président n’est pas seul à prendre des lois. Les députés, représentants du peuple, peuvent en faire autant de même que le peuple lui-même par voie de pétition.

Pouvoir personnel ? Par le biais de la Haute Cour de Justice, une institution comprenant des députés du peuple, le Président peut être mis en accusation en cas d’atteinte à la Constitution ou de détournement de deniers publics. Il est donc passible de prison.

La question que je me pose, c’est comment avec tous ces garde-fous un Président du Faso peut exercer un pouvoir personnel.

Barack Obama le sait-il ? Ici au Faso, nous avons toutes les institutions pour faire une bonne République. Si elles sont fortes ces institutions ? It’s not that the question? Oui, elles le sont… à condition que chacune fasse son job comme on dit en Amérique.

Chut ! J’entends… Les crapauds coassent. Je vais m’arrêter pour aller écouter les crapauds coasser.

Mais la page 6 devra faire pardon. Je ne peux pas m’arrêter sans parler de ce que j’ai lu. Le communiqué, sur une page entière, de la CENI informant les acteurs politiques que bientôt des missions seront effectuées dans les 32 Ambassades et les 9 Consulats Généraux que compte notre pays, en vue des préparatifs de l’élection de 2015. Pas possible !! Ils ne plaisantaient donc pas ? Ils tiennent vraiment à leur chose ? C’est incroyable !

Lorsqu’on en parlait tout au début du vote des Burkinabè de l’étranger, je ne voyais que la Côte d’Ivoire. Mais vous avez vu la liste des pays ?. la Turquie… Cuba… le Brésil… la Russie… l’Ethiopie… l’Inde… Taïwan… le Japon… Est-ce que Hermann en demandait tant ?

Il paraît qu’au Japon ils sont 32 Burkinabè. 32 ! Question : en 2015, y aura-t-il un bureau de vote dans tout village du pays comptant au moins 32 habitants ?

Bon ! Je la ferme. Je ne parle pas de la page 6, je parle de ma gueule.

Mais savez-vous ce qui vous reste à faire ? Allez donc voir Hermann. Demandez lui d’aller chez monsieur «Qui de droit» pour lui dire ceci : «Faut faire pardon… Affaire du vote des Burkinabè de l’étranger là, c’est moi qui avais demandé, mais je n’ai plus demandé».

Charles Guibo

Commentaires   

0 #5 anta 21-07-2014 18:57
Tu as eu la chance qu'on est plus en 1988 au temps de l'ancêtre du front républicain.On allait t'envoyer les éléments pour t'extirper les "idées" que tu as eues sur Kosyam, juste pour en avoir fait la publicité dans WWWlobs.
Citer
0 #4 Titi 16-07-2014 02:37
Toegui cette fois ci tu braies comme le baudet de Mba tiiga. Donc tu courazes Ablasse de garder le naam. Toi aussi si vous êtes 32 tingbii dans votre village multiplier par 27 ans? Y en a marre de ton blasse. Oust
Citer
-1 #3 Shahid 15-07-2014 17:00
Alzheimer? En CAN 98, il s'agissait du match de classement Toégui et il n'y a pas eu de prolongation!
Citer
0 #2 Méline 15-07-2014 12:36
TRès contente de relire Toegui. Depuis l'amenagement du site Internet, j'attendais cette rubrique.

J'aime bien vous lire, Mr le journaliste.
Citer
+2 #1 Arche vardanne 15-07-2014 08:56
En 1998 lors de la Can le match dont vous parlez c'est pas les quarts de final mes le match de classement
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut