Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Le Sy Chériff nouveau est arrivé…

Les lampions se sont éteints sur le 11 décembre. Tout le monde a été convié à la fête à Dédougou. Tout le monde sauf moi Toégui. Chaque année, c’est la même chose. Mais, un de ces 11 décembre, je pourrais me fâcher. Vous ne savez pas s’ils ont convié Missié Goama ? Je vous jure que si jamais ils ont invité ce gros nez et pas moi, ils vont m’entendre. Et l’autre Goama ? Celui qui a un parti «Un pied dedans, un pied dehors », ils ne l’ont pas invité au moins ? N’gaow ! Il paraît qu’au comité d’organisation ils ont estimé qu’on ne pouvait pas m’inviter à Dédougou parce que je suis trop porté sur les pagb-naabas. C’est pas croyable ! Oui, je suis porté sur les pagb-naabas…

 

Oui les pagb-naabas c’est mon péché mignon… Mais est-ce qu’il y a des pagb-naabas à Dédougou ? Non, les pagb-naabas avec des loms-loms devant et des loms-loms derrière sont uniquement dans le Mosstenga. Dédougou c’est la Boucle du Mouhoun qui comprend le Sourou-Nayala. Je n’y ai que des sœurs.

Et puis, non content de ne m’avoir pas invité, ils ne m’ont pas décoré non plus. Voilà que j’ai envie de parler à présent comme le tonton d’un de mes amis. Revenu sain et sauf de la guerre d’Indochine il avait coutume de dire aux visiteurs qui venaient lui souhaiter la bienvenue :

- J’ai été faire la guerre. La guerre est finie je rends grâce à Dieu. Je n’ai tué personne, personne ne m’a tué.

Moi personne ne m’a décoré, je n’ai décoré personne.

Sans avoir effectué le déplacement à Dédougou, j’ai tout vu de ce premier défilé post-insurrectionnel. Grâce aux gros plans de la TNB j’ai revu et de plus près les visages de nos nouvelles autorités. Nos nouveaux mogho puissants. J’ai dit mogho puissants ? Que ce soit nous qui leur conférons le titre de mogho puissant mais plaise à Dieu qu’ils ne s’autoproclament pas mogho puissant en 12 mois.

De par la magie du petit écran, j’ai vu Sy Chériff. Le nouveau Sy Chériff. Le Sy Chériff nouveau.

De Sy Chériff, les Samos diraient en langue San qu’il a l’oreille dure. Comme Emile Paré. Avoir l’oreille dure ça mène à tout, même au perchoir. Perchoir insurrectionnel dites-vous ? Tout est perchoir. Dans tous les cas, Sy Chériff doit une fière chandelle à Emile Paré. C’est bien beau de trôner sur un fauteuil insurrectionnel mais il a fallu un garçon à l’oreille dure comme Emile pour déclarer ce siège vacant après en avoir chassé le titulaire.

Notre président de l’Assemblée nationale relookée aime le blanc. Vous ne trouvez pas que depuis son intronisation Sy Chériff a quelque chose de Wade fils, Karim Wade le teint en moins ? Je n’ai pas dit Hissène Habré encore moins Yahya Jammeh. Un petit air de ressemblance quand même ! Mais il n’est pas besoin de regarder Sy Chériff de près pour savoir qu’il n’a pas de milliards à Dubaï. Cela dit, de vous à moi, si je rencontrais le Président Sy tout seul dans ma rue après minuit, je me demande si je ne prendrais pas mes jambes à mon cou. Dans les contes de mon enfance, les fantômes étaient de blanc vêtus.

La magie du direct de la TNB… encore et encore. Ma calebasse de gnontoro à la main, je me sentais plus à l’aise chez moi à la maison que dans les tribunes d’honneur à Dédougou. Moi, je bois un coup de gnontoro quand je veux, je me gratouille le bakary quand je veux, je vais au pipi quand je veux. Alors que parmi les gouverneurs et gouverneures assis dans les tribunes, j’en voyais qui étaient visiblement tenaillés par l’envie de se lever et d’aller au petit coin. Mais gare ! Les colonels veillent.

Tiens, qui est-ce que je vois à l’écran ? Maître Sankara Bénéwendé ! Comment ça !? Depuis quand Maître Bénéwendé assiste aux manifestations de la République !? Il n’y a pas de doute, nous sommes vraiment dans l’insurrection populaire. J’ai même aperçu d’autres malcauseurs dans les tribunes. La malcause aurait-elle changé de camp ?

Chaque fois qu’un des ministres Zida remplit l’écran de ma télé je cherche à deviner s’il est «l’homme qu’il faut à la place qu’il faut» comme disent les Anglais. Dans ce jeu en solo, il y a un ministre sur lequel je n’ai aucune appréhension : c’est le Docteur Amédée Prosper Djiguemdé. Il n’y a pas de doute monsieur Djiguemdé fera un bon ministre de la Santé. Je le dis pour plusieurs raisons. Tout d’abord monsieur Djiguemdé ne s’est pas improvisé ministre. Il s’est fait la main en tant que Secrétaire Général durant des années dans son ministère d’origine. En deuxième lieu, il n’a pas choisi par exemple d’être ministre de l’Agriculture, un département auquel il ne comprend rien.

Mais ce qui m’a convaincu que le Docteur Djiguemdé sera un ministre hors pair c’est en ayant observé les différentes cérémonies d’installation des nouveaux ministres officiées par monsieur Alain Ouattara, Secrétaire Général du Gouvernement. Monsieur Ouattara avait coutume de clôturer chaque séance d’installation par une énergique poignée de main et… et… et par des bisous bisous. En pleine épidémie de fièvre à virus Ebola !!! Vous vous rendez compte ?! Deux bisous sur la joue droite, deux bisous sur la joue gauche. Mais à son installation, le ministre Djiguemdé n’a pas sacrifié au rituel habituel. Il a penché la tête en arrière et s’est protégé les joues des deux mains pour échapper aux bisous bisous.

J’ai failli adresser un carton rouge au Secrétaire Général du Gouvernement. J’ai même établi le carton. Mais au moment de l’expédier j’ai entendu mon petit doigt me dire : «Fais gaffe Toégui… C’est un colonel… un colonel… un colonel».

Vite fait, j’ai remisé mon carton rouge. Qu’auriez-vous fait à ma place ? A un moment donné, j’ai été tenté d’envoyer le carton rouge à Mme Joséphine Ouédraogo, la Garde des Sceaux. Pourquoi ? Pour rien. J’ai pas peur d’elle c’est tout. J’aurais pu l’envoyer aussi à Mme Amina Bila. J’ai pas peur d’elle non plus. Qu’est-ce que vous croyez, je suis un homme, moi ! Même sous l’ancien régime, je n’avais peur de personne. Demandez à Mme Nestorine Sangaré, elle sait de quel bois je me chauffe.

Je voudrais vous demander si le 11 décembre vous avez vu cette image si inattendue que j’ai cru un moment que j’avais la berlue. Ou si ce n’était pas un truquage opéré par la TNB. J’ai vu à la télé, de mes yeux vu, une cinquantaine de Bonnets Rouges à la tribune officielle à Dédougou. Ils étaient en uniforme pagne Faso Fani. C’est quoi ce cirque ? Tout cela à cause de l’insurrection populaire qui vient à peine de commencer ?

Et puis, étant donné qu’il n’y a pas de Bonnets Rouges dans la Boucle du Mouhoun, ils ne peuvent être venus que du Mosstenga. S’ils viennent du Mosstenga, c’est des Bonnets Rouges de qui ? Des Bonnets Rouges de Bilbalogho ou des Bonnets Rouges de Larlé ? Je n’ose pas croire que ce sont des Bonnets Rouges reconvertis qui ont viré à droite ou à gauche comme l’aurait fait un caïman dans un fleuve.

Le Pr Abdoulaye Soma a été nommé conseiller technique du Premier ministre. Pour une grosse tête comme le Professeur Soma, c’est bien mais c’est pas arrivé. Ministre, c’est le minimum qu’il faut au Pr Soma.

Ils sont beaucoup de mes surdoués que le couple Kafando-Zida a omis d’appeler dans son gouvernement. Hormis Abdoulaye Soma, il y a aussi Rassablaga Ouédraogo. Vous vous souvenez de lui ? C’est le Président de l’Institut Free Afrik. C’est lui qui avait procédé au comptage de notre patrimoine restant aussitôt après les 30 et 31 octobre. Ce garçon m’a épaté. De fait, j’admire beaucoup les surdoués. Sûrement, le complexe du Bantaaré. Le dernier surdoué que j’ai découvert il y a moins d’une semaine est un consultant, expert de la Banque Mondiale et de la BAD. Mais lui, franchement il m’a fait peur quand je l’ai entendu. Morceaux choisis :

  • Le Burkina Faso est plus libéral que les Etats-Unis mais l’option libérale du Burkina a échoué ;
  • A écouter les partis politiques du Burkina, ils parlent tous de changement mais aucun parti politique du Burkina n’est capable d’effectuer le changement ;
  • Alternance – Alternance… ce n’est pas d’alternance que notre pays a besoin mais de rupture.

En langage clair, l’expert a dit que le hoba hoba que nous faisons à longueur de journée a un nom : le populisme.

Je vous jure que ses propos m’ont fait frémir.

Retour à Sy Chériff. Mais je vous préviens, ne mettez pas le doigt entre Sy Chériff et moi. Je suis son tonton, il est mon petit. Lisez et taisez-vous, vous qui voulez tout savoir.

Sy Chériff est-il toujours président de la SEP ? J’ai entendu le patron d’EBOMAF à Dédougou. Il a promis de prendre en charge 50 journalistes pour la prochaine CAN. J’attends de voir. Voyage cadeau, lit cadeau, couvert cadeau. J’attends de voir. Peut-être qu’en raison de leur perception personnelle de l’intégrité, les 50 journalistes retenus vont décliner l’offre parce qu’ils sont opposés à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un achat de conscience. J’attends de voir.

S’il n’y a pas 50 journalistes objecteurs de conscience, il y en aura peut-être 40. S’il n’y a pas 40, il y en aura peut-être 30. S’il n’y a pas 30, il y en aura peut être 20. S’il n’y a pas 20, il y en aura peut être 10. S’il n’y a pas 10, il y en aura peut être 1.

ANTA, tu vois que tu n’es pas seule à lire les livres saints.

 

Charles Guibo

Commentaires   

0 #5 zot 17-12-2014 04:44
En tout cas Toegui je peux deja te rassurer que au moins une personne ne sera dans ce groupe de Ebomaf pour la CAN et cette personne c'est Rasmata SORE de l'Evenement pas parcequ'elle n'aime pas le football mais parcequ'elle ne veux pas etre redevable.Par contre du veras des journalistes vendre meme leur ame pour etre de ce voyage "cadeau" de EBOMAF
Citer
0 #4 jonassan 16-12-2014 15:48
Anta, réjouis-toi; Missié Goama a parlé de toi aujourd'hui. Quand les gens parlent au hasard des héros de la révolution d'Octobre en citant pas les anonymes comme les Kôrô Yamyellé est-ce que c'est sérieux çà? Ils ignorent la presse et les internautes alors-même que les vrais pionniers de la lutte c'est bien LA PRESSE et LES RESEAUX SOCIAUX. Souvenez-vous du jour où l'armée de Assimi et de Blaise ont compris d'où provenaient les flèches empoisonnées qui allaient les emporter? Il a fallu des muscles et des nuits sans sommeil pour en venir à bout de ces ouvriers de la dernière heure. Bref, on continue la lutte, PRESSE ET RESEAUX SOCIAUX car nous avons été les premiers à comprendre que Blaise parti, la lutte ne fait que commencer.
Citer
0 #3 Raogo 16-12-2014 13:56
Grand père Charles Guibo ! et si au final y'a un (1) on fait comment ? Toi aussi faut pas on va laisser cette argent cado ! :lol:
Citer
0 #2 anta 16-12-2014 11:26
Je reconnais une chose Toégui: si tu étais à Sodome ou à Gomorrhe le 30 octobre(car ce fut un 30 octobre que ces villes furent anéanties)d'une certaine année, tu en réchapperais avec Lot et sa famille parce que au moins tu es resté naturel:tu préfères les lom-lom devant et les lom-lom derrière. Par contre, tu reconnais qu'il n'y a pas de lom-lom chez les Samochichi puisque les lom-lom sont l'apanage des seules Pagb-naaba qui n'existent que chez les mossé. Je comprends pourquoi tu veux qu'on t'enterre à mossitenga:c'es t pour pouvoir profiter des lom-lom d'outre-tombe. Pour effrayer Toégui, chère Madame Toégui et avoir tout ce que vous voulez, menacez-le de votre spatule ou jurez de l'enterrer à Tougan ou Toma(ça s'écrit Toma ou Thomas?).Ne meurs pas tout de suite quand même Toégui.
Citer
0 #1 Cellou 16-12-2014 10:59
Toujours aussi caustique Toégui,bravo pour les élucubrations! Juste dire que le SG du GVT n'a jamais été Colonel.Il est Administrateur Civil,ancien haut-commissair e Boromo.Il a été Secretaire-géné ral à Kaya également.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut