Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Une femme enceinte électrocutée en salle

Cher Wambi,

Autres temps, autres mœurs ; la légendaire hospitalité burkinabè, chantée aux quatres coins de la planète, est aujourd’hui mise à rude épreuve, au regard de ces prédateurs d’un genre nouveau venus de nulle part et qui sèment la détresse dans nos foyers et autres services. Je revois, comme si c’était hier encore, l’oncle Gombila offrir le gîte et le couvert gracieusement à des voyageurs surpris par la tombée de la nuit, ou tout simplement ayant perdu leurs repères. En tout cas, c’était cela, le Burkina où l’on cédait sa natte à l'étranger pour dormir à même le sol. De nos jours, hélas, conjoncture oblige, il faut s’imposer un temps de réflexion avant de voler au secours d'un quelconque quidam.

En savoir plus...

Fronde des cotonculteurs à Boromo

Cher Wambi,

 

J'avais juré par tous les dieux de ne plus épiloguer sur la saison pluvieuse, tant de nos espoirs sont déçus, mais pourquoi se taire quand elle peine à s'installer, servant aux braves paysans un désert aux limites inconnues ? Pas une seule région de notre cher Burkina n'en est épargnée; pas même les Hauts-Bassins, le Sud-Ouest  ou le Centre-Sud qui, jadis, avaient les faveurs des premières pluies et prenaient une longueur d'avance sur les autres ;  si fait que, dans certaines contrées, telles Réo, Léo ou encore Gaoua à ce que l'on me dit, les jeunes, désespérément oisifs, restent quotidiennement scotchés aux kiosques à liqueurs, regardant jalousement les nuages stériles défier le temps.

En savoir plus...