Menu
FLASH INFOS

Politiques

Impossible identification des restes de Thomas Sankara : « Le dossier ne sera pas enterré pour autant » (Me Bénéwendé Sankara)

Pour l’heure, il est impossible de prouver scientifiquement que les restes des corps exhumés en mai 2015 au cimetière de Dag-Noën (Ouagadougou) sont ceux de Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortune assassinés le 15 octobre 1987 lors du coup d’Etat qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir. Aucun profil génétique n’a pu être mis en évidence suite à l’expertise et à la contre-expertise de recherche d’ADN menées sur les restes des corps par deux laboratoires de référence, celui de la police de Marseille en France et celui de l’université de Santiago en Espagne. L’information a été donnée aux familles des victimes, aux avocats et aux inculpés le 19 juin 2017 par le juge d’instruction. Dans cet entretien qu’il nous a accordé hier mardi 20 juin, Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille du père de la Révolution burkinabè bien qu’attristé par cette nouvelle, a affirmé que le dossier judiciaire ne sera pas pour autant enterré puisque «il est constant que Thomas Sankara a été assassiné» et que le juge peut requalifier les infractions reprochés aux accusés dans cette affaire.

En savoir plus...

Commune de Moussodougou : Des manifestants exigent le départ du maire

Une frange de la population de Moussodougou dans la Comoé a manifesté, le 16 juin 2017, son ras-le-bol à travers une marche qui l’a conduite à la préfecture ; cela, face aux comportements de leur maire, Dominique Sourabié, pharmacien, membre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir. Militants d’un mouvement citoyen dénommé « Y EN A MARRE », les frondeurs exigent le départ de ce dernier et de son SG.

En savoir plus...
 compare conveyancing quotes . sunwayswimwear.com . findanote.com . Paris Dinner Cruise . Modalert