Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Dossier Djibril Bassolé : Abandon de toutes les charges…sauf la trahison

Le juge d’instruction militaire a décidé de l’abandon de la plupart des charges contre Djibril Bassolé. Incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) sur la base des écoutes téléphoniques qu’il aurait eues avec Guillaume Soro au temps fort de la crise née du coup d’Etat du général Gilbert Diendéré, sa défense a toujours demandé à cor et à cri qu’il bénéficie d’une liberté provisoire. Retour sur un dossier qui n’a visiblement pas épuisé sa dose de suspense.

 

A la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), du fond du local aménagé où il croupit depuis septembre 2015, Djibril Bassolé doit boire du petit lait après cette ordonnance qui a décidé de l’abandon de certaines charges retenues contre lui. Les chefs d’inculpation à son encontre étaient les suivants : attentat contre la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs, fourniture de moyens financiers, meurtre, dégradation volontaire de biens, coups et blessures volontaires, trahison. La seule accusation que le juge transmet à la chambre de contrôle est la trahison.

Selon l’article 88 du code pénal, « est coupable de trahison et puni de l’emprisonnement à vie tout Burkinabè qui : - porte les armes contre l’Etat ; entretient des intelligences avec une puissance étrangère en vue de l’engager à entreprendre des hostilités contre le Burkina Faso ou lui en fournit les moyens soit en facilitant la pénétration de forces étrangères sur le territoire burkinabè, soit en ébranlant la fidélité des armes, soit de toute autre manière ; - livre à une puissance étrangère ou à ses agents, soit des troupes, soit des territoires, villes, ouvrages, postes, magasins, arsenaux, bâtiments, matériels, munitions, navires, appareils de navigation aérienne ou de locomotion ferroviaire appartenant au Burkina Faso ou affectés à sa défense ; - en vue de nuire à la défense nationale, détruit ou détériore un navire, un appareil de navigation aérienne ou de locomotion ferroviaire, un matériel, une fourniture, une construction ou une installation quelconque, ou qui, dans le même but, y apporte soit avant, soit après leur achèvement, des malfaçons de nature à les endommager, à les empêcher de fonctionner normalement ou à provoquer un accident ».

Cet abandon de charges est naturellement tout bénef pour celui dont l’inculpation repose sur de présumées écoutes téléphoniques avec le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, et qui tendraient à créditer des connexions avec des forces étrangères pour soutenir le coup d’Etat et financer la résistance militaire du RSP.

En rappel, en juillet dernier, le groupe de travail de l’ONU s’était penché sur le cas de Djibril Bassolé lors de sa 78e session. Conclusions des experts de l’ONU : sa détention est arbitraire. Par conséquent le groupe de travail a demandé au gouvernement burkinabè de le libérer immédiatement et de lui accorder le droit d’obtenir réparation. Cette récente mesure en sa faveur va-t-elle cette fois-ci contribuer à l’élargir ou, pour le moins, pousser à lui accorder la liberté provisoire qui lui a été refusée par deux fois ? Quelle sera la suite qui sera donnée à cette décision ? Autant de questions qui trouveront réponses certainement dans les jours ou mois prochains.

D’ores et déjà, d’un interlocuteur proche du dossier, nous avons appris que la Chambre de contrôle en a été saisie et qu’une audience se tiendrait très prochainement. Elle a pour mission de vérifier si tout ce qui a été décidé par le juge d’instruction est en accord avec la loi. Si c’est le cas, l’on ira au jugement. S’il se trouve que la décision ne satisfaisait pas la défense et les inculpés, ces derniers pourraient se pourvoir en cassation, même si cette option n’empêche pas le jugement de se tenir. Une demande de liberté est aussi envisageable, même si la Chambre de contrôle peut en prendre la décision d’office. En attendant ces prochaines batailles judiciaires, notre interlocuteur paraît optimiste : « C’est possible qu’entre-temps, Djibril Bassolé obtienne la liberté provisoire. Avant même cette mesure, rien ne s’opposait à sa libération. Ceux qui avancent des raisons qui doivent le maintenir dans les liens de la détention sont de mauvaise foi. Le plus petit des soldats qui a été libéré et qui a pourtant eu un rôle actif dans le mouvement du RSP n’a pas fui. Il y en a même qui ont été réaffectés aux frontières. Pourquoi c’est Djibril Bassolé qui fuirait ? Pour aller où et faire quoi ? »

 

Issa K. Barry

Commentaires   

0 #9 Lina 11-08-2017 00:32
Transition, transition la plupart etaient des tubes digestifs et avaient l esprit de vengeance. La preuve, certains ont fui comme Blaise. C est triste et dommage pour le peuple burkinabe.
Citer
0 #8 BIENZI 08-08-2017 15:17
Si vrai est vrai que la détention, c'est l'exception et que la liberté provisoire est la règle, des exemples montrent que des gens sous liberté provisoire ont déjà pris la clé des champs.Notre justice est poreuse et fermée en même temps. Elle surprend toujours. Qui vivra verra.
Citer
0 #7 intègre 08-08-2017 08:33
Ce qui est énervant est que tout les politiciens sont pareilles. On ne sait même plus qui faire confiance surtout que le GRAND Me Sankara mange avec ses ennemis. Pendant les campagnes c'est les beaux discours. Après les élections c'est les vrais visages. Mais sachez qu'il y a une ligne à ne pas franchir. celle de vouloir libérer Dienderé
Citer
0 #6 Kmalo 07-08-2017 18:22
Bon ca commence a bien faire apres le politique cest au tour du militaire a lallure ou vont les choses il ne restera plus aucun prevenu dans cette affaire de coup detat.cela montre une fois de plus le manque de professionalism e de la justice burkinabe.depui s quand o. Enferme quelqun pendant pour ensuite venir dire qu'il na rien fait.la defense a uune fois de plus triompher de l'accusation comme cest le cas dans les gros dossiers du burkina.commenc ons a nous inquiter pour le sort du deuxieme general .
Citer
-1 #5 JesuisBassoléPian 07-08-2017 16:53
Je me souviens encore le jour où j'ai failli être lynché par mes propres collègues lorsque nous discutions du sujet que j'ai dit que tôt ou tard on sera obligé de libérer Djibril Bassolé. Aujourd'hui j'ai raison. Il sera forcément libéré. Il n'y a rien contre lui. Cette histoire de trahison sera balayée dès le premier jour du procès, car Diendiéré a tout avoué et a tout endossé
Citer
0 #4 Zapata 07-08-2017 16:10
« Est coupable de trahison et puni de l’emprisonnemen t à vie tout Burkinabè qui : - porte les armes contre l’Etat ; entretient des intelligences avec une puissance étrangère en vue de l’engager à entreprendre des hostilités contre le Burkina Faso ou lui en fournit les moyens soit en facilitant la pénétration de forces étrangères sur le territoire burkinabè, soit en ébranlant la fidélité des armes, soit de toute autre manière ; - livre à une puissance étrangère ou à ses agents, soit des troupes, soit des territoires, villes, ouvrages, postes, magasins, arsenaux, bâtiments, matériels, munitions, navires, appareils de navigation aérienne ou de locomotion ferroviaire appartenant au Burkina Faso ou affectés à sa défense ; - en vue de nuire à la défense nationale, détruit ou détériore un navire, un appareil de navigation aérienne ou de locomotion ferroviaire, un matériel, une fourniture, une construction ou une installation quelconque, ou qui, dans le même but, y apporte soit avant, soit après leur achèvement, des malfaçons de nature à les endommager, à les empêcher de fonctionner normalement ou à provoquer un accident ». Tout ça c'est le code pénal. Mais je croyais que c'était une affaire militaire. Aidez-moi les as du droit. ça peut être pénal et militaire?
Citer
-1 #3 Doudou 07-08-2017 16:05
En réalité il n'y avait rien contre le général si je comprends bien. Déjà quand les charges contre Guillaume Soro ont été levés, on savait tous qu'on ne pouvait rien reproché à Djibi. Mais comme apparemment tout le monde a peur de lui, notamment les puissants du moment, on a préféré le garder bien au gnouf, ça arrangeait tout le monde, sauf lui bien sûr. Mais il y a une justice divine. N'allez pas pensez que je suis pro-Bassolé mais quand même. Et puis on attend quoi même pour ouvrir le procès. Sita Sangaré a bine dit que toutes les auditions sont bouclées non? Allons au procès. Mais en attendant libérez le gars là il va rejoindre sa famille
Citer
+1 #2 Megd 07-08-2017 13:54
L'erreur du peuple burkinabè a été de ne pas prolonger la transition. On aurait dû prolonger la transition pour évacuer tous les dossiers pendants avant d'organiser les élections.

Les responsables actuels sont aussi comptable de la situation qu'a vécu le Burkina pendant le règne de Blaise. A ce titre, nos célèbres prisonniers savent ce que les RSS savent.

Si jamais il y a procès, c'est que les négociations auraient été engagées avec les différentes parties pour savoir ce qui devrait sortir du prétoire.

Peuple mouton, mérite dirigeants moutons
Citer
+1 #1 Neilson 07-08-2017 08:21
Question à l'interlocuteur proche du dossier de Issa K Barry:entre le dernier soldat qui doit obéissance en tout temps et en tout lieu à son ou à un supérieur et un General de gendarmerie qui donne ou coordonne les ordres, qui est plus responsable dans le dossier dont on parle? Qui des deux a les moyens de vivre en exil? Non, son exemple est ridicule et très mal choisi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut