Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Assemblée générale du JCB: Le président Sanogo exfiltré par la police

La crise qui secoue le jeunesse club de Bobo-Dioulasso (JCB) a pris une autre dimension le mardi 12 septembre 2017 dans l’après-midi. L’assemblée générale longtemps réclamée par la quasi-totalité des supporters n’a finalement pas eu lieu. La raison ? Les conditions de présentation du bilan moral et financier  ne semblaient pas réunies pour la tenue de cette rencontre. Une A G à laquelle le public n’avait qu’un souhait : la démission pure et simple du président Sory Sanogo. Ce dernier, qui ne l’entendait pas de cette oreille, a dû quitter les lieux sous escorte policière.

 

 

 

De mémoire de Bobolais, jamais une assemblée générale du JCB, depuis sa création en 1953, n’avait auparavant connu pareille mobilisation et passion. Cela dénote donc l’ampleur de cette crise qui couvait depuis quelques mois et qui est apparue au grand jour avec le point de presse donné en août dernier par le président d’honneur, Lassina Traoré. Ce dernier, on se le rappelle, avait dénoncé dans sa déclaration liminaire des malversations financières portant sur les bourses allouées par le ministère des Sports aux joueurs de l’équipe. Le principal mis en cause dans cette affaire n’était autre que  le président du comité directeur, Sory Sanogo, à qui il était reproché un détournement d’environ quatre millions de francs. Depuis, le fossé n’a cessé de se creuser entre l’accusé, qui dit être victime d’une cabale, et le président d’honneur, Lassina Traoré, lequel réclamait la démission pure et simple de celui-ci avec l’éventualité de poursuites judiciaires.  Saisie de l’affaire, la ligue professionnelle de football de l’Ouest entreprend une médiation qui débouchera sur l’assemblée générale du mardi 12 septembre 2017. Outre les nombreuses accusations dont il fait l’objet, le président contesté semble s’être attiré les foudres de supporters en délocalisant cette AG de Sikasso-Cira, fief de l’équipe, à Lafiabougou. « Un piège qu’il nous fallait déjouer en sonnant la mobilisation à la base, c'est-à-dire à Sikasso-cira. Cela exigeait de nous des  moyens supplémentaires pour une plus grande participation à cette rencontre », a déclaré Lassina Traoré. Une chose est sûre, la maison des Jeunes de Lafiabougou a refusé du monde mardi l’après-midi, des véhicules ayant fait la navette entre Sikasso-Cira et Lafiabougou, y convoyant du monde. En effet, on voyait des minibus déverser leurs passagers à proximité du bâtiment où devait se tenir la réunion. Ainsi, la salle, sous haute protection policière, était devenue trop exiguë pour la circonstance et de nombreux supporters surexcités scandaient : « Sory, voleur ! Sory, démissionne ! » C’est dans cette ambiance très électrique que les principaux protagonistes de cette crise au JCB font leur apparition en compagnie du Dr Benjamin Bonkoungou, président de la ligue  régionale de football des Hauts-Bassins, du président du district, d’un représentant de la fédération, de représentants de clubs invités et, plus tard, du directeur régional des Sports des Hauts-Bassins. Vite, la délégation s’engouffre dans une salle pour une rencontre préliminaire à huis clos. Objectif : accorder leurs violons pour la tenue de cette AG. Une rencontre qui a duré plus de deux heures mais qui n’a finalement débouché que sur un report de ladite AG, tant les positions étaient tranchées, à en croire des participants.  C’est finalement la date du 19 septembre 2017 qui a été retenue pour la prochaine Assemblée générale. Et cette fois, l’accès à la salle sera subordonné à la présentation d’une carte de membre. Des directives ont été données au président Sory Sanogo pour la confection de ces « laissez-passer » et leur mise à disposition de tous les supporters qui le désirent avant mardi.  

                                                                                                             

Jonas Apollinaire Kaboré

Commentaires   

0 #1 Kôrô Yamyélé 14-09-2017 10:23
- Très bien fait ! Il faut traiter ainsi tous les voleurs qui passent le temps à gruger les gens ! Regardez son visage tout honteux. Heureusement que la police était là.

Par Kôrô Yamyélé
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut