Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Assemblée générale des Nations unies : L’occasion ou jamais de faire de bonnes affaires

La 72e Assemblée générale des Nations unies a, en réalité, ouvert ses portes depuis le 12 septembre dernier. C’est dire qu’actuellement, les débats battent leur plein et sont d’une grande importance, surtout pour les Etats signataires du G5 Sahel, cette force conjointe de lutte contre le terrorisme qui veut profiter de cette audience planétaire pour obtenir des financements. Lors du point de presse animé par le Centre d’information des Nations unies (CINU), le 19 septembre 2017, l’on s’est convaincu qu’il n’y avait pas meilleur cadre de rencontre que cette AG pour se faire entendre.

 

L’ancien président français Charles de Gaulle avait eu beau la nommer avec mépris « le machin », une chose reste sûre : l’Organisation des Nations unies, mise en place le 24 octobre 1945 après la Seconde Guerre mondiale, a sorti de l’impasse bien des Etats, ne serait-ce que par ses multiples missions de la paix à travers le monde. Forte de 193 Etats membres, elle organise chaque année son Assemblée générale, un événement rarement boudé par ceux qui nous gouvernent. La raison, à écouter Emile Kaboré, le chargé de Bureau du Centre d’information des Nations unies (CINU), coule de source : le cadre de ce Parlement mondial est très propice pour adresser ses préoccupations aux dirigeants et aux peuples du monde entier. Pendant cette rencontre en effet, tout pays qui le désire peut s’exprimer. Et c’est le seul organe de l’ONU où tous les Etats membres ont le même pouvoir : chacun d’eux a une voix, indépendamment de sa taille, de sa puissance ou de sa richesse.

A la présente AG, 165 points sont inscrits à l’ordre du jour autour d’un principal thème qui est « Priorité à l’être humain : paix et vie décente sur une planète préservée ». Et, cerise sur cet immense gâteau, il sera abordé différents sujets clés dont certains présentent des enjeux importants pour l’Afrique en général, et plus particulièrement pour notre sous-région. Ce sera, en effet, une grande opportunité de concertation et de plaidoyer pour la force conjointe du G5 Sahel. A ce sujet, est prévu un mini-sommet avec la participation de l’ONU, de l’Union européenne et de la France pour inciter la communauté internationale à soutenir cette force antiterroriste conjointe au moment où le déblocage financier de 423 millions d’euros devient crucial pour sa mise en place effective.

L’ONU pourrait-elle être le bras financier du G5 Sahel, mis en place par cinq pays de la sous-région que sont la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad ? Pas a priori, a tenu à préciser Emile Kaboré. L’Organisation servira plutôt de cadre pour faciliter les échanges avec les éventuels bailleurs et pour faire un plaidoyer. Par contre, si les bailleurs le souhaitaient, les différents financements pourraient passer par le canal de l’ONU.

Les réformes de l’Organisation prônées par des entités régionales ont été au menu des échanges avec les journalistes. Exemple : s’il y en a qui plaident pour l’élargissement du Conseil de sécurité, d’autres préconisent, par exemple, la suppression du droit de veto. En rappel, le Conseil de sécurité se compose de 15 membres, dont cinq sont permanents (Chine, Etats-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni). Les décisions sont prises à une majorité de neuf membres. Le hic est qu’aucune décision ne peut être prise si un des membres permanents fait un vote négatif, c’est-à-dire met son veto. « Il s’agit là d’un vieux débat à rebondissements, liés à des jeux d’intérêt entre groupes régionaux. Conséquence, les Etats n’arrivent pas à s’entendre. » C’est en tout cas l’analyse d’Emile Kaboré, notre principal interlocuteur du jour.

 

Issa K. Barry

Commentaires   

0 #1 Coulibaly Souleymane 20-09-2017 13:37
vous avez des avis très pertinents sur les sujets chauds du continents et sans langue de bois. Je tenais à vous encourager. Continuez sur cette lancée.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut