Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Découverte d’une cache d’armes à Abidjan: L’arsenal se mettait au vert au gymnase

La Côte d’Ivoire se serait-elle peu à peu hérissée de caches d’armes ? C’est la question qu’on ne peut manquer de se poser après la découverte, hier à Abidjan, d’un important dépôt illégal dans un gymnase désaffecté d’Attécoubé. C’est un véritable arsenal de guerre qui a été mis au jour par l’armée ivoirienne. Il comprenait bien sûr les incontournables AK 47 ou kalachnikovs, des grenades, lance-roquettes, obus et munitions ainsi que 300 treillis et de fausses plaques d’immatriculation. Mais le plus précieux pour les enquêteurs est l’interpellation de quatre personnes ainsi que la découverte de cartes de membres d’une mystérieuse organisation dénommée « Groupement guerrier pour la dignité et la justice en Côte d’Ivoire ». De quoi rappeler la saisie, il y a quelques semaines, de documents similaires appartenant à une tout aussi obscure « Division nationale pour la défense du territoire » après l’attaque de l’Ecole de police.

En attendant qu’une enquête en bonne et due forme soit menée et que les quatre individus pris dans la nasse se mettent à table, on ne peut que se poser des questions sur l’origine de ce matériel de guerre, sa destination et l’identité de ceux qui avaient cherché à le dissimuler.

Quoi qu’il en soit, cette affaire ne va pas contribuer à ramener la sérénité dans un pays secoué depuis de longs mois par des mutineries à répétition, des braquages de brigades de gendarmerie et de commissariats de police ainsi que des vols d’armes.

Cette trouvaille n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle faite courant mai à Bouaké au domicile de « Soul to Soul », alias Souleymane Kamaraté, qui n’est autre que le directeur du protocole du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Certes, la responsabilité de l’occupant du perchoir n’a jamais été établie dans cette affaire, mais il se trouve qu’elle touche un de ses plus proches collaborateurs dans ce qui fut jadis le foyer incandescent de la rébellion des Forces nouvelles. Cela ne pouvait qu’éclabousser l’enfant de Ferké, qui pataugeait déjà dans mille et une difficultés politiques et judiciaires. Et si d’aventure son nom ou encore celui d’un de ses proches devait être mêlé d’une manière ou d’une autre à cette nouvelle découverte, il aurait du mal à se tirer de ce mauvais pétrin. Il faut dire que l’affaire de la cache d’armes d’Attécoubé survient dans un contexte de « guerre ouverte », quoique pour le moment sans armes ni effusion de sang, entre Guillaume Soro et les porte-flingues du président Alassane Ouattara si ce n’est avec ce dernier lui-même.

On ne serait pas étonné non plus que les responsables ivoiriens pointent un doigt accusateur sur les fidèles de l’ancien président Laurent Gbagbo comme ce fut le cas après l’attaque de l’Ecole de police.

Les hypothèses sont nombreuses mais une chose est sûre, un tel arsenal n’était certainement pas destiné à un quelconque projet de braquage, encore moins à la chasse au gros gibier. Venu se mettre au vert dans ce gymnase oublié, il attendait son heure, celle de l’étincelle qui pourrait bien remettre le feu aux poudres.

 

Marie Ouédraogo

Commentaires   

0 #1 Neilson 28-09-2017 17:55
Qui est vraiment surpris par cette découverte de cache d'armes après avoir vu Mangou hier dans les nouvelles brèves du 20h de la TNB faire « ses » déballages? Le meilleur reste à venir!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut