Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Deuxième session ordinaire de l’Assemblée: L’heure du grand bain a sonné pour Alassane

La 2e session ordinaire de l’Assemblée nationale a ouvert ses portes l’après-midi du mercredi 27 septembre 2017. Prévue pour se refermer le 22 décembre prochain, elle a pour principale mission le vote du budget de l’Etat, gestion 2018. Elle était aussi pleine de symbolisme vu qu’il s’agit de la toute première qui se tient sur convocation du nouveau président, Alassane Bala Sakandé.

 

 

Conformément à l’article 87 de la Constitution, « l’Assemblée nationale se réunit de plein droit chaque année en deux sessions ordinaires sur convocation de son Président… La première session s’ouvre le premier mercredi du mois de mars et la seconde le dernier mercredi du mois de septembre ». Au cours des 90 jours de travaux, elle aura pour principal objet l’examen et le vote du budget de l’Etat, gestion 2018. Et le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, de rassurer le ministre d’Etat, Simon Compaoré, qui représentait le chef du gouvernement : « Mes collègues députés et moi-même mettrons toute la rigueur qui sied pour l’examiner et l’adopter en vue de conférer au gouvernement un budget à la hauteur de ses ambitions telles que définies par le PNDES. » Bémol à cette promesse, il a prévenu qu’il ne s’agissait nullement d’un blanc-seing ou d’un chèque en blanc qu’ils signeraient et que la législature serait regardante sur l’usage qui en serait fait.

L’actualité nationale a été également au rendez-vous avec cette récurrence d’attaques terroristes dans le pays. Et le déterminé Sakandé de sonner le rassemblement : « L’hydre terroriste est entrée dans la maison Burkina par portes et fenêtres. Elle en ressortira par la cheminée. Dans l’implacable lutte contre les forces du Mal de tout acabit, nous aurons besoin d’un peuple de convaincus et non d’un peuple de vaincus, comme le disait Thomas Sankara. »

Elu le 8 septembre dernier par ses pairs pour mener la 7e législature à son terme après la disparition subite, le 19 août 2017 à Paris, de son prédécesseur, Salifou Diallo, Alassane Bala Sakandé essaie de mettre ses petits pas dans ceux géants laissés par Salifou Diallo. C’est en tout cas l’occasion ou jamais de le faire avec cette deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale qui s’est ouverte dans l’après-midi d’hier à l’hémicycle. L’ombre de l’enfant terrible du Yatenga a une fois encore plané ce jour-là avec l’hymne national, le moment de recueillement en hommage aux disparus et ce discours du nouvel occupant du perchoir dans lequel un grand chapitre a été réservé à l’œuvre inachevée de Salifou Diallo. L’ouverture de cette session a aussi été agrémentée par une autre adresse, provenant du Parlement d’un pays ami, le Ghana, prononcée par son premier vice-président, Joseph Osei Owusu, qui était accompagné d’une importante délégation.

 

Issa K. Barry

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut