Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Meeting du 21 octobre : « Il paraît que je serai arrêté dans les prochaines heures » (Pascal Zaïda)

Annoncer l’organisation d’un meeting le 21 octobre prochain à la Place de la Nation, voilà l’objectif de la conférence de presse tenue par le Cadre d’expression démocratique (CED). Répondant aux questions des journalistes le lundi 16 octobre 2017 à Ouagadougou, le coordonnateur national de l’organisation, Pascal Zaïda, finira par déclarer : « Il paraît que je serai arrêté dans les prochaines heures.»

 

 

Comme s’il avait hâte de dire ses quatre vérités, Pascal Zaïda, coordonnateur national du CED, va décider de mettre de côté la déclaration liminaire préalablement préparée. D’un ton indigné, il dira que leur liberté est confisquée depuis quelque temps dans ce pays. « On permet à certains de manifester et à nous, on refuse ce droit. Nous allons donc entrer dans une résistance totale pour notre liberté. Notre meeting se tiendra le 21 octobre, même sans autorisation », a-t-il déclaré. «Nous avons dit à l’état-major et à la mairie que nous n’avions plus besoin de leur permission pour manifester. On va leur montrer comment on gère un pays», a ajouté le coordonnateur national du mouvement.

De son point de vue, le pays va de plus en plus mal : «Les terres sont récupérées par des promoteurs immobiliers, le pays est attaqué tous les jours par les terroristes, le renseignement militaire n’existe plus au Burkina et depuis que les nouvelles autorités sont là, nous avons enregistré 108 morts.» Ce sont autant d’exemples cités par l’activiste qui n’a pas manqué d’ajouter : « Avec tout cela, on refuse qu’on en parle. Mieux, on essaie de nous acheter et de nous intimider.» Des propos qui ont suscité l’intérêt des journalistes. «En faisant cela, est-ce que vous ne vous inscrivez pas dans une logique de désobéissance civile ?» «Quelles propositions pouvez-vous faire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ?» En guise de réponse, notre interlocuteur dira seulement que les autorités ont refusé la solution préconisée, celle de consulter Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé.

 

«C’est Simon Compaoré et Abdoulaye Mossé qui m’en veulent…»

 

Cela veut-il dire que la sécurité du pays dépend des deux généraux ? A cette question, l’orateur, d’un ton assez ironique, a demandé à son tour : «Est-ce que le Burkina peut être géré par Roch et Simon seuls ? Ils étaient cinq autour de Blaise Compaoré et chacun avait une mission particulière…» Se lançant ensuite dans un long monologue, le principal orateur de la conférence finira par dire qu’on envisagerait de l’arrêter dans les prochaines heures. A son avis, ce serait « Simon Compaoré et Abdoulaye Mossé qui en veulent à sa personne ».

A leurs militants les responsables du cadre ont recommandé ceci : «Si vous arrivez le 21 à la place de la Nation et que vous trouvez des forces de l’ordre sur les lieux, allez chez le Moogho Naaba. Dans les arrondissements, nous allons bloquer toutes les routes.» Les militants du CED prévoient également de rencontrer le lendemain même des personnalités du pays (le Moogho Naaba, le Ouagadougou Naaba, le MPP, le CFOP, la CODER, etc.) pour leur dire que «le pays est mal géré».

 

Zalissa Soré

Commentaires   

0 #11 Kôrô Yamyélé 17-10-2017 15:40
- SIDZABDA, toi tu es aigri contre moi parce qu'une fois je t'ai allumé copieusement pour une bêtise que tu as racontée dans un de tes posts. Et tu dis qu'on m'a débarqué de la table midi pile. Non ! Il faut dire qu'on m'a jetté par-dessus bord du navire CDP qui a finit par couler. N'est-ce pas celà la vérité SIDZABDA ? Je n'en suis pas mort pourtant et je suis un grand fermier aujourd'hui moi !

SIDZABDA, quoi que tu fasses Pascal ZAIDA a aussi des droits et des devoirs comme toi. Même le droit de te pertuber quitte à ce que tu le traînes devant les tribunaux si tu n'es pas content car c'est aussi ton droit !

Par Kôrô Yamyélé
Citer
0 #10 Neilson 17-10-2017 13:08
Je ne sais pas, mais pour en vouloir à quelqu'un il faut que ce dernier soit mieux que toi sur tous ou beaucoup de plans, ou qu'il t'est offensé grandement. Alors Mr Zaïda, entre vous et Simon, qui est en très bonne posture pour en vouloir à son camarade?! Soyons sérieux. Si un quidam m'empêche de circuler le 21 parce qu'il veut créer l'anarchie, ça va être la loi du plus fort parce que je ne me laisserai pas faire advienne que pourra!
Citer
0 #9 Sidzabda 17-10-2017 12:17
j'ai l'habitude de ne pas réagir aux postes des autres car chacun est libre de réagir. Mais je demande aux uns et aux autres de ne plus parler de Yamyélé. tous ceux qui connaissent ce monsieur savent que c'est un aigri car débarqué de la table à midi-pile quand le repas était abondant. Suivez-le et bien il n'a aucune critique positive ou constructive à l'adresse des dirigeants actuels; ils étaient ses anciens camarades et comme il a été mis à la touche, il s'en prend à tout le monde. il veut tout à lui-seul sinon dis nous comment tu as eu ta ferme pour faire l'agro-business ; il faut arrêter d'insulter les autres car on sait comment tu es arrivé là où tu es.
Citer
+1 #8 SUCRETTE 17-10-2017 10:43
Voilà que tous ceux qui s'en prenaient à Safiatou LOPEZ et l'insultaient ici ont maintenant le bec dans l'eau ! Voilà que Pascal ZAIDA est plus mordant qu'elle et sur les mêmes thèses que elle aussi défendaient! Je vous le dis ! Au Burkina Faso il y a trop d'hypocrites et de manipulateurs. Safiatou LOPEZ disait la vérité ici et les gens l’insultaient ici. Voilà que Pascal ZAIDA reprend la même chose qu'elle ! En effet le pays est très mal géré et il faut être hypocrite pour ne pas le reconnaître. Qu'est-ce qui a changé depuis que mouta-mouta a prit le pouvoir ? Rien ! Tout a empiré et on nous pompe l'air tous les jours avec le PNDES ! Même la route CHU YO - Échangeur de l'Est, depuis quand l'Entreprise est dessus ? Rien n'avance et on dérange les citoyens avec a poussière et des vieilles machines qui obstruent partout !

Par Kôrô Yamyélé

Le kôrô, un peu de sincérité quand même! Donc vous ne voyez rien avancer dans ce pays là?? Ou bien c'est la précipitation vous l'avancée des choses? Ce qui n'est d'ailleurs pas à recommander! Sachez aussi que les troubles, perturbations et l'anarchie ne feront pas avancer ce pays! Il faut la participation citoyenne et républicaine de tous pour construire notre cher PATRIE!!!
Citer
+1 #7 lewang 17-10-2017 10:28
Moi je crois qu'on doit casser les cotes de cet énergumène pour qu'il nous donne la paix. qu'est ce qu'il fait dans sa vie même? j'imagine des courbettes et "griottisme" pour vivre. J'ai pitié de ta descendance!
Citer
0 #6 Kôrô Yamyélé 17-10-2017 08:41
- Voilà que tous ceux qui s'en prenaient à Safiatou LOPEZ et l'insultaient ici ont maintenant le bec dans l'eau ! Voilà que Pascal ZAIDA est plus mordant qu'elle et sur les mêmes thèses que elle aussi défendaient! Je vous le dis ! Au Burkina Faso il y a trop d'hypocrites et de manipulateurs. Safiatou LOPEZ disait la vérité ici et les gens l’insultaient ici. Voilà que Pascal ZAIDA reprend la même chose qu'elle ! En effet le pays est très mal géré et il faut être hypocrite pour ne pas le reconnaître. Qu'est-ce qui a changé depuis que mouta-mouta a prit le pouvoir ? Rien ! Tout a empiré et on nous pompe l'air tous les jours avec le PNDES ! Même la route CHU YO - Échangeur de l'Est, depuis quand l'Entreprise est dessus ? Rien n'avance et on dérange les citoyens avec a poussière et des vieilles machines qui obstruent partout !

Par Kôrô Yamyélé
Citer
-1 #5 N.A.M 17-10-2017 08:40
Pascal Zaîda doit éviter de transformer les problèmes d’Etat en conflits entre personnes. L’Etat a le droit et l’obligation d’autoriser et d’interdire des manifestations si cela s’avère utile et nécessaire. Pascal Zaida s’agite en disant que rien ne va au Burkina sous le régime Kaboré. Pour lui, c’est avec le régime Compaoré que coulent le lait et le miel. Des arguments fallacieux d’un individu manipulé par des politiques, qui n’osent pas eux –mêmes descendre dans l’arène pour manifester publiquement. Ils ont trouvé en Zaida, un énergumène fougueux, manipulable à souhait pour sales besognes. Que Zaida sache que le régime Kaboré n’est pas entaché de crimes de sang, qui sont les particularités du régime Compaoré. La vie chère dont il parle, a connu ses débuts dans les années 2008 avec le régime Compaoré, où seuls les dignitaires du régime et leurs alliés pouvaient joindre les deux bouts, dans un climat de renchérissement généralisé des prix des produits de grande consommation. Pascal Zaîda et tous les griots profiteurs du régime Compaoré, doivent apprendre à mener des activités rémunératrices de revenus pour gagner leur vie au lieu de compter éternellement sur des financements des Compaoré,Bassol é,Diendéré pour des actions subversives. Les politiciens passent et la Nation reste Il est temps que l’on inscrive désormais dans la nouvelle constitution, que tout coup d’Etat est puni de la prison à vie. Que tous ceux qui aspirent à la Présidence du Faso, se donnent les moyens de constituer une base électorale fiable pour triompher démocratiquemen t dans les urnes.
Citer
+1 #4 sidsomde 17-10-2017 08:26
Allez seulement!
Citer
-1 #3 Sidzabda 17-10-2017 08:04
j'ai la ferme et intime conviction que Pascal ZAIDA provoque les autorités pour se faire voir. Sinon, quand on se dit républicain, on se soumet aux règles de la république au lieu de vouloir intenter à l'autorité de l'Etat. je propose alors deux choses, s'il a introduit une autorisation, qu'on lui accorde cette autorisation, mais à la maison du peuple ou au palais des sport ou au stade du quatre aout. parce que l'occupation est gratuite qu'il veut la place de la Nation. s'il n'a pas introduit d'autorisation, que la rigueur de la loi lui soit appliquée car nul n'est au dessus de la loi. Mais qu'il arrête de provoquer les autorités pour se faire voir.
Citer
-1 #2 Ouédraogo I.H. P 17-10-2017 07:01
C’est clair, il ne faut plus se faire des doutes sur la volonté ferme d’acteurs du régime Compaoré suivants de déstabiliser le Burkina Faso. Ce sont : Blaise Compaoré,Franço is Compaoré,Gilber t Diendéré,Djibri l Bassolé,Fatou Diendéré).Ces personnages habitués à leurs agissements et mentalités de dictature se croient indispensables au Burkina. Les récentes déclarations du président Compaoré et de son frère, les agitations de commerçants et d’OSC serviles mus par leurs intérêts bassement matériels au détriment de la stabilité et de la cohésion nationales, veulent accélérer leurs actions de reprise du pouvoir par la force. Ils ne veulent pas de la réconciliation nationale qui passe par la justice et la vérité. Les multiples attaques terroristes qui s’opèrent dans le nord du pays sont des faits de leurs alliés terroristes, avec qui ils entretenaient par le passé, des relations sordides de business par des prises d’otages, assorties de fortes rançons. Il urge que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré prenne des mesures fortes pour arrêter les responsables des mouvements subversifs des partisans de ces sinistres personnages du régime Compaoré.Il faut même envisager la saisine de la Cour Pénale Internationale( CPI) pour ces hommes qui ont commis des crimes contre l’humanité en organisant des tirs sur la foule lors de l’insurrection de 2014 et par une série d’assassinats, dont ceux contre Thomas Sankara, Norbert Zongo, Aimé Nikiéma des droits de l’homme, David Ouédraogo etc. Tant que ces gens ne seront pas mis hors d’état de nuire, le Burkina ne connaîtra pas la paix et un développement durable. Les populations du Burkina qui ont souffert 27 ans de la tyrannie des ces hommes du régime Compaoré, doivent se mobiliser dès à présent, pour ne plus donner une seconde occasion à ces sinistres individus d’échapper à la sanction qu’ils méritent pour ne plus continuer à narguer le peuple.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut