Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Rapports Gendarmerie/Médias : Communiquer pour mieux se comprendre

La gendarmerie nationale a organisé une conférence de presse à son état-major le 8 juillet 2014. A l’ordre du jour, une information parue dans les médias faisant cas d’un instituteur cocufié par un gendarme et transféré au parquet par celui-ci, et   la qualité des relations entre les journalistes et cette institution.

 

Communiquer pour mieux se comprendre et éviter les malentendus, c’est ainsi que l’on pourrait résumer la rencontre entre la gendarmerie nationale et la Presse organisée le 8 juillet à l’état- major de cette institution à Ouagadougou.

Les responsables de ce corps ont réuni les hommes de médias à propos de deux sujets. Le premier est relatif à une information publiée dans les colonnes du journal Le quotidien du vendredi 4 au dimanche 6 juillet 2014 faisant cas du transfèrement au parquet d’un enseignant cocufié par un pandore. Selon les officiers de la maréchaussée qui ont animé cette rencontre, la dame en question (une institutrice) a posé une plainte contre son compagnon pour menace de mort, dégradation de bien, violation de domicile, coups et blessures volontaires. C’est suite à cela que l’enseignant a été transféré au parquet et non par la volonté d’un quelconque gendarme. Comme l’ont souligné les conférenciers, un pandore ne peut aucunément de son propre chef déférer une personne sans en référé préalablement au procureur du Faso. Pour eux donc, la gendarmerie nationale (GN) n’a pas abusé de ses prérogatives.

La qualité des relations entre cette institution et la presse était le second sujet au cœur de cette rencontre. Notamment, les différents malentendus et désagréments lors de certains événements. En effet, lors de leurs missions respectives, ils sont amenés à se côtoyer. Mais cela ne passe pas souvent sans frustrations. Chose que les journalistes font quelques fois ressortir dans leurs articles. Pour les responsables de la GN, ils n’ont nullement l’intention d’empêcher les hommes de médias de faire leur travail. Bien au contraire, la société a besoin d’être informée y compris eux-mêmes. Alors, les employés de presse doivent les comprendre, dans l’exercice de leur fonction. A savoir assurer la protection des personnalités lors des événements. Ils les ont ainsi appelés à faire preuve de compréhension et à s’en référer à la hiérarchie en cas d’incidents.

Joseph Bambara (stagiaire)

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut