Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Modification de la Constitution : «Le peuple burkinabè sait ce qui est bien pour lui»

La traditionnelle conférence de presse du gouvernement a eu lieu ce jeudi 10 juillet à la télévision nationale du Burkina. Face aux journalistes, il y avait le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Vincent Zakané, et celui de la Communication, porte-parole de l’exécutif, Alain Edouard Traoré. Au menu des échanges, de nouvelles mesures sociales touchant les personnes âgées et les travailleurs ayant perdu leur job et bien sûr l’actualité nationale et internationale.

 

Les questions d’actualité nationale et internationale qui ont été adressées au porte-parole du gouvernement avaient trait au projet de modification de la Constitution par le pouvoir, à la crise malienne, entre autres. Un confrère a demandé au ministre Traoré ce qu’il pense du fait que le sous-secrétaire d’Etat américain a déclaré que le Burkina, à l’instar de pays comme la RDC et le Cameroun, est en train de vouloir modifier sa Constitution pour permettre au président en place de continuer.

Alors que l’Oncle Sam est attaché aux principes de la limitation des mandats. «Les Américains ne maîtrisent pas le fonctionnement de nos institutions, c’est pourquoi il réagissent ainsi. De toute façon, nous n’avons pas encore été touchés par le pays ami que sont les Etats-Unis concernant cette question. Mais je pense qu’eux ont amendé à plusieurs reprises leur constitution pour l’ajuster au mieux.

Et je pense aussi que le peuple burkinabè est souverain pour savoir ce qui est bien pour lui», a répondu le ministre de la Communication. Le médiateur dans la crise malienne pour le compte de la CEDEAO, Blaise Compaoré, est en ballotage défavorable pour poursuivre la médiation. Non, selon Alain Edouard Traoré, car «le Burkina se sent concerné au premier chef par cette crise».

Avant l’arrivée du ministre Traoré, les journalistes se sont entretenus avec celui de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale des décisions prises par le Conseil des ministres du 2 juillet dernier portant sur des mesures sociales. Il a été décidé en effet la construction d’un centre gériatique. Pour le ministre en charge de la Sécurité sociale, «la décision de construire un centre gériatrique fait suite à une doléance formulée par les associations de retraités du Burkina et les personnes âgées lors de leur premier forum les 22 et 23 octobre 2012».

Cette décision, dit-il, répond à la volonté du gouvernement «d’offrir aux personnes âgées en général et aux retraités en particulier un cadre médical approprié à la prise en charge des soins de santé dont ils ont besoin». Cela entre dans la promotion et la protection des droits de cette couche de la société, notamment les droits à la santé et à la protection sociale. Le centre va coûter 400 000 000 de F CFA et sera financé par la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), ajouta-t-il.

Le ministre Zakané a aussi expliqué le décret portant validation de deux années de cotisations pour les travailleurs licenciés dans le cadre des restructurations des entreprises publiques et parapubliques et ayant 13 ans de cotisations. C’est un décret portant autorisation à faire valoir le droit à pension pour les travailleurs licenciés pour motif économique. Vincent Zakané a déclaré qu’il s’agit de la traduction juridique d’un engagement pris par le gouvernement dans le cadre des négociations avec les syndicats au titre de 2011.

Le décret évoquait un délai qui allait du 1er janvier au 31 décembre 2012, alors qu’il a été pris le 5 octobre 2012. Evidemment, des personnes concernées n’ayant pas pu exercer leur droit auprès de la CNSS, le décret a été relu pour leur permettre de le faire.

Le troisième point de l’intervention de Vincent Zakané a été le décret portant autorisation à faire valoir le droit à pension pour les travailleurs licenciés pour motif économique. Selon lui, il s’agit ici aussi d’une relecture d’un décret du 5 octobre 2012, également la traduction juridique d’un engagement du gouvernement pris en 2011. «Il autorisait les travailleurs ayant cotisé 15 ans à la CNSS et qui sont à moins de 5 ans de la retraite à faire valoir leur droit à pension auprès de la CNSS», a expliqué le ministre.

Quant au dernier point, à savoir le décret portant autorisation à faire valoir le droit à pension pour les travailleurs ayant perdu leur emploi par suite d’un accord de départ volontaire, c’est une nouvelle mesure sociale «qui s’inscrit dans la logique de la mise en œuvre du décret portant autorisation à faire valoir le droit à la pension pour les travailleurs licenciés pour motif économique».

 

M. Arnaud Ouédraogo

Commentaires   

0 #13 ka 13-07-2014 20:36
Avons-nous besoins d’imaginer le contraire ? En 2011 OBAMA mettait en garde au président Laurent GBAGBO de respecter la constitution Ivoirienne, GBAGBO a envoyer OBAMA se faire chier. Mais pour dire au prétentieux GBAGBO que les Etats Unis avertisse avant d’agir, tous les Etats Unis étaient derrières Sarkosy et sa France pour mettre GBAGBO hors d’état de nuire. Même la fille de Simone GBAGBO, épouse d’un Américain a même essayer de voir le premier représentant des Américains et demander des excuses de la part de son père, et qui n’a pas été reçu par la maison Blanche. Que tu sois allié en militaire des Américains ou amis, les américains agissent toujours sur les lois qui protège les peuples et fait avancer les pays. L’article 37 est un article de lois qui veut l’alternance au Burkina et son émergence, surtout qui protège le peuple d’un président devenu prédateurs. Les Etats Unis connaissent nos lois et nos constitutions à travers l’ONU et d’autres organismes dont le Burkina est représenté.
Le président Blaise Compaoré a intérêt de sortir honorablement pour ne pas rejoindre dans les jours ou les mois a venir, son ami boulanger a la CPI.
Citer
0 #12 Boronga 13-07-2014 11:59
Franchement ce ministre n'est plus à une gaffe près
Mais malgré tout on continue à le garder dans le gouvernement c'est normal qu'il continue d'exceller dans ses inepties
Citer
0 #11 neilson 12-07-2014 16:22
De quelle souveraineté et de quel peuple parle Edouard Traoré ? Pour que les autres respectent le Burkina et les Burkinabè, il faut que vous les gouvernants commenciez à le faire d’abord ! Nous savons tous que le gouvernement auquel tu appartiens se moque éperdument du peuple Burkinabè et si vous aviez la possibilité, vous vendriez le Burkina tout entier, le peuple avec, rien que pour vos poches ! Les Américains ont amendé à plusieurs reprises leur constitution pour l’AJUSTER au MIEUX ; et vous, vous voulez amender notre constitution pour quoi ? Pour vos intérêts personnels et ramener notre pays cinquante ans en arrière et surtout menacer la paix et la stabilité du Burkina.
Une question, Edouard : si par malheur (je touche du bois) vous arriviez à modifier l’article 37 de notre loi fondamentale, après Blaise, allez vous à nouveau modifiez la constitution pour remettre que le président du Faso est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ? C’est quoi cette valse ?!
Non, ne touchez pas à notre constitution !
Citer
0 #10 Le bon citoyen 11-07-2014 16:46
Les états qui ont une constitution qui date des années 1800 ne connait pas comment lire une constitution ? Mr le ministre c'est aux USA derrière lequel vous courrez pour demander le renouvellement du MCA que vous dites que le peuple burkinabè est souverain ?
Citer
0 #9 article 37 11-07-2014 16:37
Le peuple, heureusement n'est pas Alain Edouard. Deux prodiges de la musique Burkinabè qui rendait homage aux musiciens disparu disait '' Fo min wakato, fo min mann laaf loog''. Chacun son époque, fait ce que tu as à faire et rend le témoin.
La vie est bien faite, quand on le pouvoir on a tout, le pouvoir de ire du bien ou de vexer certaines sensibilités. En tout au Burkina, j'ai connu Lamizana, Sey Zerbo, JBO, Sankara et Blaise, Blaise, Blaise, Blaise, Alain Edouard et Blaise.
Citer
0 #8 neilson 11-07-2014 16:01
De quelle souveraineté et de quel peuple parle Edouard Traoré ? Pour que les autres respectent le Burkina et les Burkinabè, il faut que vous les gouvernants commenciez à le faire d’abord ! Nous savons tous que le gouvernement auquel tu appartiens se moque éperdument du peuple Burkinabè et si vous aviez la possibilité, vous vendriez le Burkina tout entier, le peuple avec, rien que pour vos poches ! Les Américains ont amendé à plusieurs reprises leur constitution pour l’AJUSTER au MIEUX ; et vous, vous voulez amender notre constitution pour quoi ? Pour vos intérêts personnels et ramener notre pays cinquante ans en arrière et surtout menacer la paix et la stabilité du Burkina.
Une question, Edouard : si par malheur (je touche du bois) vous arriviez à modifier l’article 37 de notre loi fondamentale, après Blaise, allez vous à nouveau modifiez la constitution pour remettre que le président du Faso est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ? C’est quoi cette valse ?!
Non, ne touchez pas à notre constitution !
Citer
0 #7 Messoh!!! 11-07-2014 14:42
"Et je pense aussi que le peuple burkinabè est souverain pour savoir ce qui est bien pour lui». Ce n'est pas en corrompant le peuple avec des miettes de biens mal acquis que le peuple sait ce qu'il veut. C'est insulter son propre peuple si on le tient en Laisse dans la pauvreté et la misère, et l'on se souvient de lui que lorsqu'on n'a besoin de ses voix. Et Vous n'avez même pas honte en plus de tout cela d’acheter la conscience pour ne pas dire la misère de ce peuple pour assouvir vos desseins politiques.
Citer
0 #6 Gaoussou 11-07-2014 11:48
Ainsi parla un griot "Les Américains ne maîtrisent pas le fonctionnement de nos institutions, c’est pourquoi il réagissent ainsi". Si seulement le ridicule tuait.
Citer
0 #5 Alex 11-07-2014 10:03
M. le Porte-parole du gouvernement, je m'inscris en faux dans votre affirmation. Les Américains maîtrisent mieux que vous le fonctionnement de nos institutions. Ils ont aussi une longue expérience de la vie constitutionnel le. Vous savez bien que vous êtes entrain de torde le cou à notre loi fondamentale. Vous n'avez pas d'arguments, donc taisez-vous. Pourquoi vous-même qui semble bien connaître Blaise Compaoré ne s'illustre pas comme son continuateur ? Pensez-y et peut être que vous serez le candidat du CDP en 2015.Je voterai pour vous.
Citer
0 #4 le soucieux 11-07-2014 09:26
Mr le ministre le peuple burkinabè sait effectivement ce qui est bien pour lui mais ce qui n'est pas aussi bien pour faire plaisir à une seule personne qui veut s'éterniser au pouvoir en tripatouillant la constitution. Il vaut mieux réfléchir sur le sens du message de l'oncle Sam au lieu de tergiverser car la vérité rougit les yeux mais ne les crève pas.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut