Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Mémorial Thomas-Sankara : A vos bourses, les souscriptions sont lancées !

La cérémonie de lancement officiel des souscriptions populaires pour le projet de Mémorial Thomas-Sankara a eu lieu dans la soirée du 2 octobre 2017 (Ndlr : en référence à la date de publication du Discours d’orientation politique en 1983) dans la cuvette du stade municipal. Le premier des Burkinabè ainsi que d’autres personnalités se sont pliés à l’exercice de l’urne, encouragés en cela par le côté festif donné à l’événement par les prestations de nombreux artistes.

 

 

C’est ce qu’on peut appeler manifestation avec tambours et trompettes. Les organisateurs ont visiblement mis les petits plats dans les grands pour que l’événement soit une réussite. Beaucoup avaient des doutes sur l’affluence. Fort heureusement, la mobilisation a été au rendez-vous, pour un lundi, jour de reprise. La cause qui allait être défendue et la belle brochette d’artistes, dont la tête de proue était la cantatrice malienne Djénéba Seck, y était certainement pour quelque chose. Pour le lancement des souscriptions qui permettront l’érection du mémorial de l’ancien guide de la Révolution, Thomas Sankara, des délégations de jeunes venus de pays voisins (Bénin, Côte d’ Ivoire, Ghana, Niger) n’ont pas voulu se faire raconter l’événement.

Deux discours ont été prononcés à cette occasion : le premier fut celui du colonel-major à la retraite Bernard Sanou, président du Comité international du Mémorial Thomas-Sankara, qui a tout de suite adressé une motion au peuple nigérien qui a déjà mobilisé 1 000 000 de francs CFA pour la noble cause. Il a ensuite testé le degré de mobilisation des Burkinabè devant le défi à relever, les a invités à remplir les tirelires, les urnes et les comptes bancaires mis à disposition et les a enfin rassurés du bon usage, au franc CFA près, de l’argent qui serait collecté ; ensuite est venue à la tribune la grande attraction de la soirée, en l’occurrence l’ancien président ghanéen John Jerry Rawlings, qui a tenu en haleine les auditeurs près d’une heure durant. Son discours, prononcé d’un trait avant d’être traduit, a eu l’heur d’être fortement applaudi, surtout à l’évocation de Thomas Sankara et des autres héros de l’Afrique.

Le clou de la soirée a été la souscription pour l’exemple qui a, tout naturellement, commencé avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Ont suivi des présidents d’institution et des membres du gouvernement. Des urnes portées par d’entreprenantes hôtesses ont également fait le tour des gradins, recueillant par-ci par-là des pièces de monnaie ou quelques petites coupures. Ainsi est donc lancé le projet du mémorial qui vise principalement à sauvegarder, préserver et promouvoir l’héritage politique de la Révolution et les idées révolutionnaires de Thomas Sankara qui, selon le président du Comité international du mémorial, était surnommé « Gringo ».

 

Issa K. Barry

Hadepté Da (Stagiaire)

 

 

Encadré

Le contenu du projet

 

  • Un mausolée unique où reposeront toutes les victimes du 15 octobre 1987. Ce sera un espace solennel séparé des autres structures et dont l’accès sera réglementé. Par contre, d’autres structures seront ouvertes au public.
  • Un Bâtiment « Burkina » où s’est déroulé le drame du 15 octobre 1987 ; un monument qui va marquer positivement le paysage de la ville de Ouagadougou, symboliser la résilience du peuple burkinabè dans son histoire et à travers le temps et présenter l’espoir d’un avenir radieux ; un espace qui présente des grands chantiers innovants de la Révolution
  • Un espace multimédia, un espace culturel, un magasin de souvenirs et gadgets commémoratifs. Il est également envisagé des sites secondaires qui retracent l’historique de la vie du Président Sankara et les grands chantiers de la Révolution à Ouagadougou et dans les provinces du Burkina. A l’image du programme de l’Effort populaire d’Investissement (EPI) initié sous la révolution, la construction du Mémorial est fondée d’abord sur les espoirs de souscriptions des populations. Par exemple, «si 10 millions de Burkinabè donnent chacun 100 F CFA, en un mois de collecte, le Mémorial sera financé par le peuple à hauteur de 1 milliard de FCFA ».

Commentaires   

0 #1 de rien 03-10-2017 08:17
critiquer un tel projet est hasardeux tellement pour beaucoup de burkinabè rien n'est trop beau ni trop grand dès qu'il s'agit d'honorer la mémoire du capitaine Sankara. allons y donc! et on verra au résultat. pour ma part, je compte bien garder mes maigres sous dans ma poche. je vais attendre le projet de construction d'une maison à Ouagadougou, par le peuple, pour le Capitaine Thomas Sankara. je vais également attendre le projet de réhabilitation de sa bicoque à Téma-boquin qui s'est effondrée. Ainsi quand sa femme ou ses fils seront de passage au Burkina, ils trouveront où loger.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut