Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Semaine nationale de l’Internet 2017 : A la recherche d’un antivirus contre l’insécurité

Du 7 au 11 novembre 2017 se tient à Ouagadougou la Semaine nationale de l’internet (SNI). Actualité oblige, le thème de la 13e édition de la fête de l’internet est « TIC et sécurité ». La cérémonie d’ouverture de la semaine a eu lieu ce mardi 7 novembre 2017 au SIAO. A la fin de cette semaine, il est attendu des e-solutions sécuritaires.  

 

Peut-on lutter contre l’insécurité en occultant les TIC ? Une question qui trotte dans bien des esprits et qui a poussé le comité d’organisation de la SNI à choisir : « TIC et sécurité » comme thème de la 13e édition. « La présente édition de la SNI se tient dans un contexte mondial marqué par une demande croissante de sécurité sous toutes ses formes», a fait remarquer le président du comité national d’organisation, Kisito Traoré. Et de justifier : «Ce thème va permettre une meilleure prise en compte de cette problématique de la sécurité dans le secteur des TIC.» A en croire le président du comité d’organisation, les acteurs se sont mobilisés pour faire de cette semaine un grand rendez-vous d’échanges de bonnes expériences et d’expertises dans le domaine des TIC. Il a par ailleurs invité toute la population à s’approprier l’évènement « afin qu’une bonne mobilisation du potentiel des TIC constitue un puissant levier pour impulser non seulement le développement économique et social mais aussi une sécurité durable pour notre pays ».

Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, s’est réjoui du choix porté sur sa personne pour parrainer la 13e édition de la SNI. « En me choisissant comme parrain de cette cérémonie, c’est une invite au ministère de la Sécurité à accroître son implication dans le processus d’édification d’une société de l’information inclusive, moderne et sécurisé en cours dans notre pays », a-t-il souligné. Selon Simon Compaoré, la question de la sécurité est et demeure pour toute société un élément fondamental. C’est donc convaincu que, de nos jours, la sécurité n’est plus considérée comme un état acquis à conserver mais plutôt comme un processus qui se construit, se répare et s’améliore en permanence que le ministre de la Sécurité a soutenu que l’importance et la complexité des préoccupations sécuritaires remettent en cause les manières de gouverner, de communiquer, de penser et d’agir au quotidien. «Le besoin de maintenir l’intégrité territoriale, l’intégrité de l’information et de protéger les actifs informatiques exige un processus de gestion de la sécurité. Les services de sécurité ont besoin de la technologie de communication», a-t-il admis. Il a illustré ses propos avec l’exemple des analyses vidéo intelligentes pour assurer la sécurité publique. Le ministre de la Sécurité a par ailleurs regretté que les TIC soient utilisés à des fins hostiles et non pacifiques. «Les organisations terroristes se sont judicieusement approprié ces technologies à leur profit», a-t-il reconnu.

 

Les TIC, un sujet qui inspire le PM…

 

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, patron de la 13e édition de la SNI, pour sa part, a durant 30 mn, détaillé de long en large les avantages pour un pays comme le Burkina Faso de réduire sa fracture numérique. En faisant noter que plus de 6 milliards de personnes sur 7 au monde utilisent la téléphonie mobile, le chef du gouvernement affirme que l’économie numérique est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie mondiale. Une réalité qui a amené le Burkina Faso à repenser le secteur TelecomTIC à travers une réforme il y a une vingtaine d’années. S’agissant des chiffres au Burkina Faso, Paul Kaba Thiéba a cité ceux de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Celle-ci donne un taux de pénétration du téléphone mobile de 83,47%. Le taux d’accès Internet est de 19% contre une moyenne africaine d’environ 25%. Le coût moyen de la connexion au Burkina se situe entre 20 000 et 25 000F CFA. Le taux d’accès à Internet et la contribution de ce secteur à l’économie nationale sont respectivement de 4,8% et 4% du PIB. Le Premier ministre a dit que le Plan national de développement économique et social (PNDES) a l’ambition de placer l’évolution des TIC au cœur de la stratégie de développement. «Ici et maintenant, je marque ma détermination avec vous, acteurs du numérique, à hisser le Burkina Faso au rang des pays qui ont su saisir les technologies numériques pour bâtir des économies dynamiques», s’est-il engagé.

Pour mémoire, la Semaine nationale de l’Internet (SNI) a été instituée par Décret 
n° 2003-348/PRES/PM du 10 juillet 2003 pour promouvoir et vulgariser l’internet et les autres technologies de l’information et de la communication.

 

J. Benjamine Kaboré (Stagiaire)

 

 

Encadré

Programme de la 13e SNI

 

  • Une campagne nationale d’initiation aux TIC
  • Des concours des meilleurs sites web
  • Le concours des meilleurs logiciels
  • Le concours du développement d’applications sur le thème de la sécurité
  • Le Salon international des TIC de Ouagadougou (SITICO)
  • Des ateliers et une quinzaine de communications sur le thème « TIC et sécurité »
  • Un débat télévisé sur le thème avec des experts en TIC et en sécurité
  • Une journée dédiée aux acteurs des TIC (networking day)
  • Soirée de gala ou nuit des TIC

 

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut