Logo
Imprimer cette page

Après la défaite des Etalons à Colombes : Le jeu et les joueurs

Charles Kaboré Charles Kaboré

Le match amical entre les Etalons et les Lions Indomptables du Cameroun , le samedi 6 juin 2015 à Colombes, a sûrement permis aux entraîneurs des deux équipes de prendre des dispositions dans la perspective de la première journée des éliminatoires de la CAN 2017. Le onze du Burkina, qui veut se relancer après une CAN décevante en Guinée Equatoriale, a montré de bonnes choses surtout en première mi-temps où il a bien maîtrisé le jeu avant de sombrer en toute fin de match. Dans cette équipe, des joueurs ont été à la hauteur de la situation et la meilleure note revient à Bertrand Traoré dont le talent s’affirme de match en match.

 

Germain Sanou : Depuis sa titularisation dans les buts, il s’efforce de bien tenir son rôle. Dans ce match, il n’a pas du tout chômé et on l’a vu à maintes reprises faire échec aux attaques camerounaises. Sur les deux derniers buts de l’adversaire, sa responsabilité n’était pas totalement engagée puisque la charnière centrale a manqué de rigueur dans le placement.

 

Steve Yago : C’est le compère de Bakary Koné dans l’axe et il a su faire l’essuie- glace quand il le fallait. Mais sur certaines balles, il a souvent été pris de court et il n’a pas bien assuré la couverture sur les transversales. Il gagnerait désormais à réagir à temps, pour éviter un quelconque cafouillage dans les 18 mètres.

 

Bakary Koné : un match un peu propre au sein d’une défense qui a été beaucoup mise en danger en deuxième période. On l’a souvent vu couper quelques trajectoires, mais sur les buts camerounais il était souvent absent. Comme Steve, il devrait rester vigilant jusqu’au terme de la rencontre.

 

Narcisse Bambara : avant sa sortie sur blessure à la 44e minute, il s’est montré teigneux dans son couloir gauche. Et puis, il réussissait quelques montées pour faire des centres qui perturbaient la défense adverse. Il a été remplacé par Jean Noël Lingani qui a beaucoup peiné à freiner les virevoltants attaquants des Lions.

 

Charles Kaboré : son match n’a pas été mauvais et il ne rechignait pas à la tâche dans le carré dit magique. Il aurait pu ouvrir la marque à la 15e minute s’il avait mis de la puissance à son tir, lequel était trop faible pour obliger Assembe Guy-Rolland à constater les dégâts.

En deuxième mi-temps, il a connu une petite baisse de régime qui a permis aux Camerounais de se mettre en position d’attaque.

 

Djakaridia Koné : un gros travail dans l’entrejeu qui a eu pour effet d’empêcher les quadruples champions d’Afrique de prendre le contrôle des opérations d’entrée. Il a eu de l’abattage avant sa sortie à la 59e minute.

Adama Guira qui l’a remplacé fut timide et souvent perdu face au jeu que les Camerounais avaient densifié après leur but égalisateur par Njie Clinton à la 84e minute.

 

Aziz Kaboré : le sociétaire de Valenciennes (France) est l’un des nouveaux venus en sélection nationale et en l’absence de Mohamed Koffi, il a été commis à la tâche de latéral droit. Un peu crispé en début de match, il commettait des fautes évitables et ne semblait pas être à l’aise. C’est au fil du jeu qu’il s’est ressaisi, mais sur le troisième but camerounais il n’a pas su se replacer.

Pour son premier match officiel avec la sélection, il n’a pas totalement convaincu et on ne serait pas surpris que Mohamed Koffi retrouve son poste contre les Comores le 13 juin 2015.

 

Prejuce Nakoulma : sa première période a été impeccable et la seconde un peu moins réussie. Mais dans l’ensemble, il s’est montré combatif et il a fait preuve d’un calme insolent pour ouvrir la marque à la 17e minute. Sur le front de l’attaque, il a beaucoup percuté et gêné constamment les défenseurs adverses.

 

Jonathan Zongo : comme Prejuce, il a accéléré le jeu devant en mettant en avant sa pointe de vitesse. Il s’est souvent trouvé en bonne position pour marquer sans succès. Trouvera-t-il le chemin des filets samedi face aux Comores ?

 

Bertrand Traoré : jeu court, jeu long, le milieu offensif a éclairé le jeu de son équipe dont il fut véritablement l’interrupteur. Précieux dans la conservation comme dans l’orientation du jeu, Bertrand fut l’homme du match côté burkinabè. Constant dans l’effort, c’est le prototype de joueur sur qui on peut compter pour provoquer des brèches.

Samedi, on attend de lui un grand match pour que l’équipe se positionne dans ce groupe D des éliminatoires de la CAN 2017.

 

Aristide Bancé : D’habitude brouillon sur des actions de but, il a su mettre à profit une balle de son capitaine Charles Kaboré pour inscrire le deuxième but burkinabè à sept minutes de la fin de la première mi-temps. Dès le début de la deuxième période, il a touché la transversale après une accélération rageuse.

Cette fois, Bancé a été précieux dans le jeu et il s’offrait même des boulevards pour mettre le feu dans le camp adverse. Remplacé à la 64e minute, il a été ovationné par le public qui ne semblait pas être content de sa sortie.

Celui qui a pris sa place sur le terrain n’est autre qu’Issiaka Ouédraogo, lequel a été inexistant jusqu’à la fin du match. Un véritable poids mort qui n’arrivait pas à tisser une toile en attaque.

 

Justin Daboné

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.