Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Championnat national de cyclisme : Salif Bikienga fait la décision sur la ligne

Le moment tant attendu chaque année, dans le milieu de la petite reine, c’est le championnat national de cyclisme dont l’enjeu suscite toujours de l’intérêt. Détenteur du titre, Hamidou Yaméogo se devait de le défendre, mais il n’a pu le faire le dimanche 29 juin 2014. Le nouveau champion est Salif Bikienga, lequel a fait la décision sur la ligne après une arrivée groupée qui a provoqué une chute dans laquelle il était impliqué. La victoire du sociétaire de l’AS BESSEL, en grande forme depuis le début de la saison, est splendide.

 

Ce championnat national, saison 2014, a vu la participation de 73 coureurs issus de 15 clubs. Il s’est disputé en ligne sur une distance de 182 km, soit 160 km sur la Nationale 4 Ouaga-Mogtedo en aller et retour avec un circuit fermé de 4,400 km à parcourir cinq fois.

C’est à 7 h 4 mn que le départ a été donné par le président de la Fédération burkinabè de cyclisme, Alassane D. Ouangrawa, au carrefour route de Saaba.

Les concurrents partent en trombe et ralentissent quelque temps après. L‘allure n’est plus ce qu’elle était mais des audacieux tentent des échappés qui ne vont pas loin. Après le péage, on enregistre deux chutes qui provoquent momentanément le blocage de la voie. Mais il y a eu plus de peur que de mal, et l’un des deux coureurs se remet rapidement en route pour ne pas se laisser distancer.

A Koulbila (36, 400 km), le premier point chaud est remporté par Grégoire Ouédraogo de l’AJCK. Les coureurs, toujours groupés, traversent des villages pendant que des directeurs sportifs s’affairent au ravitaillement qui a commencé à 20 km de l’arrivée.

Avant d’aborder des virages qui présentent des dangers, Benjamin Traoré (AS BESSEL) s’échappe. Mais les autres ne sont pas loin et aux avant-postes les coureurs de l’AJCK mènent la chasse. A peine Benjamin est repris que quatre coureurs sortent sans qu’on leur ait laissé le temps de prendre le large.

Sur la voie de la Nationale 4, de nombreux ralentisseurs freinent l’ardeur des cyclistes, contraints de ralentir pour repartir de plus belle. Le temps est beau.

Le soleil, pour le moment, ne semble pas vouloir les gêner. A 8 h 56, le deuxième sprint intermédiaire à Mogtédo est remporté par Oumarou Minoungou.

L’échappée solitaire de Prosper Bambara

Sur le chemin du retour, les coureurs sont constamment en mouvement. Après le troisième et dernier point chaud à Kougri (107, 400 km) gagné par Aziz Nikiéma de l’USFA, Prosper Bambara tente une échappée qui s’avère payante. Sans regarder derrière, il s’éloigne inexorablement. Le chronométreur, Michel Bationo, nous annonce que l’écart est de 1’30’’.

A Koulbila et Linoghin, il est toujours seul et roule tranquillement en contournant sans problème les ralentisseurs. Prosper est même veinard puisque le soleil ne darde pas de ses rayons brûlants.

Pourra-t-il aller au bout de ses efforts, surtout que sur le boulevard Charles-de-Gaulle il y a un circuit fermé de 4, 400 km à parcourir cinq fois, soit 22 km ?

A Gonsé, l’écart passe à 1’35’’. Dans les environs d’un village, le président de la Fédération burkinabè de football, Alassane D. Ouangrawa, que nous avons croisé, nous dit que le coureur solitaire ne pourra pas gagner la course.

’’Nous pouvons parier si vous ne me croyez pas ’’, ajoute-t-il. Pour quelqu’un qui sait de quoi il parle faut-il l’accepter ? Nous nous gardons de le faire et attendons de voir si les retardataires pourraient annuler l’échappée.

A un moment donné, des informations nous parviennent que ceux-ci sont en train de réduire l’écart et qu’ils roulent même à vive allure. A l’approche de l’échangeur de l’Est, Prosper continue sa route en direction du boulevard Charles-de-Gaulle, mais on sent que ses forces l’abandonnent. Et comme l’avait dit Ouangrawa, il sera ’’avalé ’’ juste après le premier tour.

C’est maintenant que commence la bataille pour le titre. Tous les ténors sont là et, au dernier tour, il est inévitable qu’on s’achemine vers le sprint.

A l’arrivée, Salif Bikienga l’emporte d’une roue devant ses adversaires et, après le passage, on assiste à une cascade de chutes dans laquelle est impliqué le vainqueur. Le bras droit sérieusement écorché, il est fêté par ses supporters qui s’en donnent à cœur joie. Bikienga a parcouru les 82 km en 4 h 42’45’’, soit une vitesse moyenne de 38, 620 km/h.

Le coureur de l’AS BESSEL fait un beau champion et mérite amplement son titre.

Justin Daboné

 

 

Le classement

1er  Salif Bikienga  ( AS BESSEL) : un trophée, une médaille en or, un maillot du champion, 250 000 F CFA, 1 million de F CFA du ministre des Sports et des Loisirs et 1 million de F CFA de Bationo, le PDG de BESSEL

2e Rasmané Ouédraogo (Tan Aliz) : une médaille en argent et 125 000 F CFA

3e Mahamadi Balima (AS ONATEL : une médaille de bronze et 100 000 F CFA

4e Hamidou Yaméogo (AJCK) : 75 000 F CFA

5e Yacouba Yaméogo (ASSAT) : 50 000 F CFA

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut