Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL

Marathon Ouaga-Laye : A la recherche d'un tracée

Le doute est levé depuis un certain temps sur l’organisation de l’édition 2014 du marathon Ouaga-Laye de l’Observateur Paalga. En tout cas, cette randonnée pédestre aura bel et bien lieu, et la date de sa tenue est le 6 décembre prochain. En attendant les inscriptions à partir du 1er octobre, les techniciens de la Fédération burkinabè d’athlétisme ont fait une sortie hier jeudi 25 septembre pour une reconnaissance du parcours à l’intérieur de la ville.

 

 Le lancement des travaux de construction de la voie de délestage et des voies de déviation dans le cadre du projet de construction de l’échangeur porte du Nord (Tampouy) empêchera-t-il la tenue du marathon Ouaga-Laye ?

La question a obsédé un moment le comité d’organisation, mais après avoir exploré d’autres pistes, celui-ci s’est rendu compte que des solutions existent pour contourner la difficulté. Ne dit-on pas que tous les chemins peuvent mènent à Rome ? Si tel est le cas, il en est de même pour aller à Laye où se termine le marathon dans une ambiance de fête avant la retransmission de l’événement dans la soirée en direct à la télévision du Burkina.

Le pont de Baskuy étant un casse-tête ajouté aux travaux de l’échangeur, les techniciens n’ont pas hésité à l’écarter du parcours.

Hier jeudi 25 septembre, c’est à de 9 h 30 qu’ils ont quitté le siège du journal (c’est le lieu du départ du marathon) en chronométrant la distance à faire à l’intérieur de la ville.

20 km 400 : c’est ce qui a été enregistré jusqu’au panneau qui indique la direction de Yagma. Or quand on sait que de l’ancien poste de péage à Laye, la distance est de 22 km, il y a donc un léger réajustement à faire pour avoir 42, 195 km, la distance réelle du marathon.

Pour la première fois, les techniciens ont pris la direction de la grande route allant à Kaya. A quelques mètres de l’hôtel Silmandé, c’est la petite voie pavée qui a été empruntée, laquelle débouche sur l’avenue Sœur Joséphine Kaboré (route de Ricardo).

Cette bretelle nous conduit jusqu’à la rue 22.02 (maquis la plage) et après le commissariat de Tampouy (Rue 22. 71), on bifurque à droite ; nous sommes alors sur la route Paga Tenga (route de Koungoussi) où les marathoniens arriveront au niveau du monument des Martyrs vers les rails.

Une fois sur l’avenue du Passoré, ils passeront à côté du lycée municipal de Sig-Noghin (12 km 500). La route est en ligne droite jusqu’à un rond-point où il faut par la suite tourner à gauche.

Les habitués de cette voie savent que c’est l’avenue de la Brigade Verte, où est située la mairie de Sig-Noghin. Elle mène directement au grand rond-point où il est prévu des travaux. De là, les concurrents virent à droite pour prendre la direction de Laye.

Voilà succinctement dévoilé le parcours du marathon Ouaga-Laye, et il n’est pas exclu que des modifications y soient apportées avant l’entrée en scène du mesureur international, Sylvestre Zaré.

Dans tous les cas, les marathoniens sont désormais situés, et il ne leur reste plus qu’à s’inscrire massivement à partir du 1er octobre et à commencer les entraînements en vue d’être d’attaque le jour J.

Le mois de décembre est généralement clément que celui de mai où la chaleur est torride. Raison de plus pour ne pas rater l’édition 2014 qui est placé sous le parrainage d’EBOMAF. Sidnaaba, le P.D.G de Savane FM, qui prétextait la canicule n’a plus cette fois des arguments pour être spectateur.

Rappelons qu’ils étaient plus de 500 inscrits et le vainqueur de l’édition 2013, est l’Ethiopien Alemayeu Degushe Gurmecha avec un chrono de 2 h 31’04’’.

Il était suivi de près par le Marocain Khalid Lablaq, le vainqueur en 2012, qui est arrivé juste derrière avec un retard de 49’’, soit un temps mis de 2 h 31’ 53’’.

Le troisième à l’arrivée est le Kenyan, Bernard Bosuben, qui a fait la distance en 2 h 38’ 17’’.

Le quatrième coureur au classement et le premier de l’Afrique de l’Ouest est le Nigérian  Sharubutu Philibus. Son temps est de 2 h 39’ 46’’. Avec un temps de 2 h 51’ 12’’, le Marocain Said El Baazouzi se classe cinquième. L’Ethiopien Aduga Bekele Bule est sixième pendant que le Togolais Dalouba Nikabou occupe le septième rang.

Le premier burkinabè à l’arrivée était le caporal Sévérin Ouédraogo du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP).

 

Les prix

1er : Un trophée, une moto et 1 million de F CFA

2e : 500 000 F CFA

3e : 400 000 F CFA

4: 300 000 F CFA

5e 250 000 F CFA

 

NB : les 20 premiers au classement sont primés.

 

Justin Daboné

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut