Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Béréwoudougou T. Gabriel, dit Sanchot, président central de l’ASFA-Yennenga : « J’ai fait venir Malick Jabir pour nous aider à construire une nouvelle équipe »

La saison sportive 2017 est presque arrivée à son terme avec la fin, le week-end dernier, du championnat national de D1. Eliminée de la coupe du Faso et classée onzième à l’issue du championnat, l’ASFA Yennenga est loin d’avoir répondu aux attentes de son public. Face à ces nombreuses contre-performances qui n’honorent pas la grande famille jaune et vert, les dirigeants de l’équipe semblent plus que jamais décidés à rebâtir une équipe à la hauteur de leurs ambitions. C’est du moins ce qui ressort de cette interview que nous a accordée le président central de l’ASFA-Y, Béréwoudougou T. Gabriel, dit Sanchot.

 

 

Quel bilan faites-vous de cette saison ?

 

Le bilan est négatif, comme vous pouvez le constater. On nous a éliminés de la coupe du Faso et on termine le championnat dans la deuxième moitié du classement. Pour une équipe comme l’ASFA, je dirai que ce n’est pas bon parce qu’il y a quelques années, l’équipe avait toujours joué les premiers rôles dans les différentes compétitions. Mais ce n’est plus le cas. Nous avons régressé, vu les résultats. Nous sommes conscients de la situation et travaillons à redonner à l’équipe son lustre d’antan.

 

Concrètement, qu’est-ce qui sera fait pour rebâtir une grande équipe ASFA ?

 

Aujourd’hui, une bonne équipe repose sur des joueurs de qualité. Nous pensons renforcer l’effectif avec de nouvelles recrues. Nous irons dans des pays voisins et même au-delà pour trouver les joueurs qu’il nous faut, parce que la saison prochaine, l’ASFA compte reconquérir sa place de leader sur l’échiquier du football national. Nous sommes en train de travailler à tous les niveaux pour mettre en place quelque chose de consistant et qui puisse véritablement répondre à nos attentes et à celles de nos supporters.

 

Qu’en sera-t-il de l’encadrement technique ?

 

Je sais à quoi vous faites allusion. Et justement, j’ai fait venir Malick Jabir du Ghana pour nous aider à construire une nouvelle équipe. Il est déjà à pied d’œuvre et je ne peux rien vous dire sur le travail qu’il est en train de mener sur le terrain. Il a une feuille de route et il vous dira en temps opportun ce qu’il a pu faire.

 

Il est donc le futur entraîneur de l’ASFA-Y ?

 

Pour l’instant, il a une autre mission que celle d’entraîneur. Nous l’avons fait venir parce qu’il connaît bien la maison et même le Burkina où il a séjourné pendant des années. Nous pensons qu’il saura mettre à profit son expérience pour nous permettre de rebâtir une grande formation. Il est venu à Bobo pour suivre le dernier match de l’équipe qui s’est soldé par une défaite face à l’AJEB. Il y a aussi des dirigeants qui ont effectué le voyage à Bobo. C’est vous dire que nous sommes en train de travailler et en temps opportun on pourra vous dire si c’est à Malick Jabir que doit revenir l’encadrement technique de l’équipe.

 

D’aucuns affirment aussi que la famille jaune et vert connaît des dissensions, ce qui pourrait expliquer en partie les mauvais résultats !

 

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de dire qui a fait quoi et contre qui. Le président Diakité et moi travaillons à rassembler la grande famille de l’ASFA. Je profite d’ailleurs de votre micro pour demander à tous nos supporters et sympathisants de se départir de certaines considérations et de se donner la main pour reconstituer la famille. Notre force sera notre union et nous allons tout mettre en œuvre pour atteindre cet objectif. Par conséquent, j’invite tous les supporters et les dirigeants à cultiver la paix et l’union. C’est à ce prix que nous pourrons enregistrer de grands résultats. L’ASFA-Yennenga ne saurait être l’affaire d’un seul individu.

 

Propos recueillis par JAK

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut