Elections couplées de 2012 : Quitus pour la biométrie PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 06 Octobre 2011 22:32

Le Premier ministre, chef du gouvernement, a réuni hier 6 octobre 2011 à la primature le président de la CENI et plusieurs ministres, dont celui en charge de l'Administration territoriale et de la Sécurité et le titulaire des Réformes politiques. Il a été décidé lors de ce conclave que les élections couplées de 2012  se feraient  sous le sceau de la biométrie, qu'elles seraient repoussées de quelques mois (novembre) et qu'il faudra impérativement un concours extérieur pour boucler le budget de ce scrutin.

"C'est une étape importante pour nous que de clarifier la manière dont nous allons aborder les élections de 2012... Lorsque nous avons exposé notre position au Premier ministre, le gouvernement a clairement signifié qu'il marquait son accord pour la biométrie". Paroles de Me Barthélemy Kéré, président de la CENI, sur le perron du premier ministère, au sortir de cette réunion de travail.

Va donc pour la carte biométrique à cette cuvée électorale version 2012 qui aura un coût énorme qui "serait, rien que pour  l'aspect biométrique, de plus de 23 milliards de FCFA". Toujours selon le patron de la CENI. Où lever ces fonds ?

"Nous allons approcher les partenaires financiers pour avoir des ressources complémentaires", répond Jérôme Bougouma, le ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité (MATS).

Sur ce point, on s'achemine vers ce qu'avait subodoré L'Observateur paalga (cf. : Une Lettre pour Laye du 16 septembre 2011) qui avait évoqué tous les aspects liés à ces élections.

L'objectif pour la CENI est que "les Burkinabè puissent se réconcilier définitivement avec le fichier électoral", dira Me Barthélemy Kéré.

Ainsi donc, cette itérative réclamation de la classe politique et de la société civile sera une réalité. Et lorsqu'on se montre dubitatif sur la volonté des partenaires à épauler sous forme de financement une élection d'un pays qui n'est pas en post-crise tel le BF, Jérôme Bougouma se veut confiant et prévoyant : "Nous ne sommes pas en crise, mais il faut éviter de l'être à cause des élections mal organisées et contestées... que nos partenaires nous aident à ne pas tomber dans ce genre de crise".

Et même si le ministre Bougouma estime que la biométrie n'est pas la panacée, il pense que les acteurs politiques la présentent comme "la voie permettant de minimiser les contestations posélectorales".

Le cénacle circonstanciel d'hier a retenu également que le timing électoral ne pouvait plus être respecté. Ces élections n'auront plus lieu en avril, mais plus tard, peut-être en novembre  (Lire "Une Lettre pour Laye") ?"Un projet de loi y relatif sera proposé au Parlement", précisera Jérôme Bougouma.

C'est dire que la Constitution sera  retoquée, notamment l'article 81 ayant trait au mandat de députés.

De même que le Code électoral : "L'enrôlement biométrique des électeurs aura pour conséquence la modification des textes électoraux", poursuit le même ministre. Sur cet aspect d'ailleurs, c'est l'acte de naissance qui sera retenu comme le document pour cet enrôlement et une formule sera trouvée pour éviter la double inscription.

CENI et gouvernement ont aussi planché sur le mode opératoire de ces élections couplées : il faudra déterminer si ce couplage signifie la juxtaposition des 2 élections (législatives et municipales) avec des bureaux de vote unique, et un vote en 2 temps.

Ou, "des votes plus synthétiques" avec un seul vote dans un seul bureau selon le mot de Jérôme Bougouma.

Le menu de cette réunion a comporté également le principe de la mise en place de groupes thématiques  (gouvernement-CENI) pour travailler sur le budget. L'objectif étant d'affiner les dépenses, et de faire des économies.

Alea jacta est ! Ainsi les dés sont jetés ! Le Burkina qui a œuvré pour que d'autres pays votent avec la carte  biométrique aura probablement (si les questions financières sont résolues) la sienne qui lui coûtera  la peau des fesses, même avec le concours des PTF. Mais si le spectre d'une crise, voire d'un conflit, peut être éloigné par ce document informatisé...

Qui s'en plaindrait ?

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

 
Commentaires (6)
1 Vendredi, 07 Octobre 2011 07:50
unouagalais
ainsi le cordonnier du village sera d'ici là bien chaussé! pour peu que les sorties des opposants aient été pris en compte on se serait depuis un bon bout de temps engagé sur la voix d'élections bcp plus fiables et transparentes. reste maintenant à trouver le blé et surtout à trouver la panacée afin que le burkinabè lambda puisse correctement voter. déjà avec une seule c'est pratiquement la pagaille, là on passe à deux. Que les burkinabè sauvent le Burkina
2 Vendredi, 07 Octobre 2011 10:41
vvm
Si la carte Bio est gagnée, il reste une autre bataille à gagner. Celle contre la manipulation des votes qui se deroulent entre 18H heure de fermeture des bureau de vote et le lendemain matin. Koudou a été pris la main dans le sac avec celà en son temps. Içi la prochaine bataille est donc celle du mode de transmission des resultats du vote qui reste à gagner afin que ce soient les meilleurs d'entre nous qui soient elus. Puis après celle de la prise en charge des represents des partis politiques dans les bureau de vote. L'emergence commence par là.
3 Vendredi, 07 Octobre 2011 11:01
ancien commissaire indigné G.G
par un ancien commissaire ceni indigné G ..G
si j’etais membre de commission devant examiné le budget pour le rendre acceptable ,je commencerai par le projet de budget ceni deposé à l’assemblée pour adoption au cour de cette session.il est ecrit ceci
prise encharge des commissaires CENI en session 30 000 avant ils avait 15 000 soit 100% d’augmentation
les commissaires non membres du bureau non permanents 3 500 00 au lieu de 50000avant soit 600% d’augmentation ou sommes nous, ?
soit 1.250.000 par mois contre 500.000 avant soit près 150% d’augmentation.etes vous venu pour vous servir ou servir le peuple en cette saison mauvaisedans un pays en crise ou tout esr à reconstruire
4 Vendredi, 07 Octobre 2011 11:07
ancien commissaire indigné G.G
par un ancien commissaire ceni indigné G ..G
si j’etais membre de commission devant examiné le budget pour le rendre acceptable ,je commencerai par le projet de budget ceni deposé à l’assemblée pour adoption au cour de cette session.il est ecrit ceci
prise encharge des commissaires CENI en session 30 000 avant ils avait 15 000 soit 100% d’augmentation
les commissaires non membres du bureau non permanents 3 500 00 au lieu de 50000avant soit 600% d’augmentation ou sommes nous, ?
soit 1.250.000 par mois contre 500.000 avant soit près 150% d’augmentation.etes vous venu pour vous servir ou servir le peuple en cette saison mauvaisedans un pays en crise ou tout esr à reconstruire
5 Vendredi, 07 Octobre 2011 17:10
Personnel administratif sidéré
Franchement cette nouvelle équipe de la ceni est à qualifier de " rapaces "
Que dire alors du personnel administratif qui travaille dur mais ne gagne pas une bonne prise en charge
Pire le personnel contractuel n'est même pas immatriculé !!!!! et ce depuis 2002
ceci n'est guerre leur problème
6 Jeudi, 03 Novembre 2011 17:32
the guy
yo man ses super cool

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Commentaire:

Images de l'actu

  • bobo 1.jpg
  • bobo 3.jpg
  • bobo 4.jpg
  • bobo 5.jpg
  • bobo 6.jpg
  • bobo 8.jpg
  • bobo 10.jpg
  • bobo 11.jpg
  • bobo 12.jpg
  • bobo 13.jpg