Menu
Regard sur l'actualité

Regard sur l'actualité (199)

Sommet d’urgence sur le Soudan et la Libye : Al-Sissi, un pompier pas si désintéressé que ça

 

Hier, mardi 23 avril 2019, la capitale égyptienne a abrité, l’un après l’autre, deux sommets d’urgence sur le Soudan et la Libye. Deux Etats en proie à une crise, l’un depuis seulement quelques semaines et l’autre depuis 2011 avec la chute de Kadhafi.

Ces rencontres visaient, selon un communiqué des autorités égyptiennes, à éviter le dérapage et à assurer la stabilité et la paix dans les deux pays concernés. Initiées par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi en sa qualité de président en exercice de l’Union africaine (UA), elles ont connu la participation d’une bonne brochette de chefs d’Etat africains qui ont fait le déplacement sur les rives du Nil afin de trouver des «solutions africaines» aux équations soudanaise et libyenne.

En savoir plus...

Avancées démocratiques en Afrique : A quand le tour de l’Afrique centrale ?

 

En l’espace d’une semaine, les Africains ont envoyé dans les poubelles de l’histoire deux véritables dinosaures  qui avaient fini par pousser des racines sur leur fauteuil présidentiel, même si la transition ouverte par leur départ s’annonce chaotique ici et là. Au rébus donc Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril dernier pour avoir voulu briguer un 5e  mandat  alors qu’il n’avait pas pu dignement gérer le 4e pour cause de maladie, et Omar el-Béchir, destitué par l’armée le 11 avril 2019 après quelque quatre mois  de manifestations continues.

En savoir plus...

Soudan : Le réveil inopportun de l’UA

Le despote est tombé mais les manifestations qui l’ont fait partir ne sont pas près de s’estomper. Presque une semaine après la destitution d’Omar el-Bechir par les militaires, ils étaient encore nombreux hier aux traditionnels sit-in devant le QG de l’armée, qui multiplie pourtant les signes de bonne volonté après avoir adopté une posture somme toute républicaine, puisqu’elle avait fini par fraterniser avec le peuple insurgé et a refusé de tirer sur la foule.

En savoir plus...

Dinosaures africains : Encore un de moins !

 

«A qui le tour?». Tel était le titre de notre édito du vendredi 5 avril 2019 après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, poussé par la rue et l’armée, laquelle avait fini par voler au secours de la victoire populaire, après presque deux mois de manifestations ininterrompues. On a la réponse à notre question depuis hier.

En savoir plus...

Algérie : Bensalha, l’indésirable intérimaire

 

C’est maintenant acté. La page Bouteflika est définitivement  tournée. Sept jours après la démission du zaïm, poussé à la sortie sous une clameur publique accentuée par le lâchage de l’armée, le Parlement algérien a officiellement constaté, ce mardi 9 avril 2019, la vacance du pouvoir à la tête de l’Etat en désignant Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, président par intérim pour une durée de quatre-vingt-dix jours au cours desquels une élection présidentielle devrait être organisée.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS