Logo
Imprimer cette page

Situation nationale : Mahamadi Koanda fustige les «déclarations incendiaires»

Situation nationale : Mahamadi Koanda fustige  les «déclarations incendiaires»

 

Les propos tenus par des bonzes du milieu politique national ces derniers temps continuent de défrayer la chronique. Dans les lignes qui suivent, Mahamadi Lamine Koanda s’insurge contre les «déclarations incendiaires» de certains d’entre eux. A un moment où le Burkina fait face à l’adversité que lui impose le terrorisme, il invite les Burkinabè à privilégier l’union et la cohésion afin de sauver le pays qui leur est tous cher.

 

 

 

 

Peuple du Burkina Faso,

 

Depuis un certain temps, nous assistons à des déclarations incendiaires, pleines de haine, d’acteurs politiques et pas des moindres, au moment où notre pays, le Burkina Faso, est ébranlé.

 

Nous déplorons la sortie médiatique de M. Simon Compaoré qui n’honore pas un homme de son âge et de surcroît un homme politique de son rang.

 

S’agissant de M. Eddie Komboïgo, même si on est  novice en politique, quand on n’a  rien de constructif à dire, mieux vaut se taire.

 

Quant à M. Bénéwendé Sankara, même s’il se satisfait  à dire qu’il était le seul opposant au président Blaise Compaoré, il doit  reconnaître qu’il est aujourd’hui partenaire de ceux qui ont travaillé avec lui, pendant 27 ans. Sa sortie médiatique avec  le terme de radio « mille collines » n’honore pas l’homme de gauche dont il se réclame. Il en est de même des propos tenus par Clément Sawadogo qui invite Eddie Komboïgo à aller demander à Djibril Bassolet les identités des terroristes. Venant de lui, nous sommes étonnés, car il incarnait l’esprit de conciliation.

 

Ces déclarations sont contraires aux aspirations profondes des populations qui ne souhaitent que vivre dans la paix, la dignité, l’unité et la cohésion.

 

Le peuple burkinabè attend de nous tous une certaine responsabilité, le travail, la vérité à son égard.

 

Comme le dit un adage populaire, « la vérité rougit les yeux mais ne les crève pas ». Nous sommes interpellés, à tous les niveaux, à l’union sacrée autour de nos forces de défense et de sécurité, au-delà de nos divergences  et des calculs opportunistes individuels. Pour sauver notre pays bien-aimé, nous avons intérêt à être soudés et à abandonner tous les comportements non rassembleurs.

 

Nous appelons de tous nos vœux les personnes-ressources, les coutumiers, religieux, femmes, hommes, jeunes, anciens qui peuvent œuvrer à la réconciliation de tous les filles et fils du Burkina Faso en général et en particulier Leurs Excellences, MM. Blaise Compaoré, ex-président du Faso, et Roch Marc Christian Kaboré, chef de l’Etat. C’est ensemble, main dans la main, que nous allons réussir notre marche radieuse pour léguer un pays de paix et de prospérité aux générations futures.

 

Nous devons inscrire nos actes dans une dynamique de recherche de la paix et de vivre-ensemble.

Justice oui, mais la patrie d’abord !

Dernière modification lemercredi, 27 novembre 2019 17:51

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.