Menu

Violences faites aux femmes : Pananetugri en croisade durant 16 jours

La directrice générale de l’IPBF, Ezoma Juliette Nathalie Bakyono La directrice générale de l’IPBF, Ezoma Juliette Nathalie Bakyono

En prélude à la campagne internationale «Les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes », l’Initiative Pananetugri pour le bien-être de la femme (IPBF) a animé une conférence de presse. Objectif : donner un écho favorable avec les féministes de la sous-région francophone à la commémoration qui se tient chaque année du 25 novembre au 10 décembre. La rencontre s’est tenue le 26 novembre 2019 à Ouagadougou.

 

 

Réunis a Ouagadougou dans le cadre d’un atelier de planification d’initiatives sous-régionales en vue de promouvoir les droits des filles et des femmes, les jeunes féministes de l’Afrique de l’Ouest francophone ont décidé de commémorer à l’unissons la campagne des « 16 jours d’activisme contre les violences faits aux femmes ».

L’un des résultats escomptés durant les 16 jours d’activismes est de réunir le maximum de personnes autour de la question des violences faites aux femmes. A écouter les conférenciers, les principes-clés de la campagne sont de rendre hommage aux mouvements de femme, de ne laisser personne de côté, d’adopter une approche axée sur les survivants, de garantir une représentation multisectorielle et l’utilisation de la couleur orange qui rallie toutes les activités.

A entendre  la présidente de l’Initiative Pananetugri pour le bien- être de la femme (IPBF), Ezoma Juliette Nathalie Bakyono, oratrice principale de la rencontre, elle a déclaré que la campagne appelle les gouvernements, la société civile, les organisations de femmes, les jeunes, le secteur privé à joindre leurs forces pour faire face à la pandémie mondiale des   violences à l’égard des femmes et des filles. Elle a expliqué que la campagne s’appuie sur les cadres juridique  et politique et s’emploie à créer une synergie entre tous les bureaux et agences des Nations unies qui œuvrent contre le mal.

Selon elle, ils veulent faire leur la présente campagne. Elle a indiqué qu’ils vont partager des messages forts qui vont contribuer à l’élimination des violences faites aux filles et aux femmes, sensibiliser au  rôle  positif  des hommes et des garçons dans la promotion de l’égalité entre les sexes ainsi que dans la prévention de la violence. Par ailleurs, les conférenciers venus du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal, du Togo, du Burkina Faso ont déclaré qu’il y aura une série d’activités, à savoir la visite à une organisation de défense des droits des domestiques et aides ménagères, la visite pour manifester leur solidarité aux femmes victimes de rejet et de discrimination du centre Delwendé de Salouka, une campagne digitale de Twittathon qui consiste à publier chaque jour  un visuel avec un message fort sur twitter durant les 16 jours, entre autres.

Rappelons que la Campagne internationale « 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes » se tient chaque année. Elle a lieu du 25 novembre, qui est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, au 10 décembre qui est la journée des droits de l’homme. En effet, elle sert de cadre stratégique aux personnes et organisations du monde entier qui appellent à l’action pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles.  

Félicité Zongo

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut