Logo
Imprimer cette page

Burkina Faso : « C’est la 3e fenêtre de l’enfer qui s’est ouverte » (Laurent Bado à Banfora)

Burkina Faso : « C’est la 3e fenêtre de l’enfer qui s’est ouverte » (Laurent Bado à Banfora)

Les militants du Parti de la renaissance nationale (PAREN) dans la Comoé étaient en assemblée générale ce 8 févier 2020. La vie du parti, les élections couplées du 22 novembre prochain étaient au menu de cette AG tenue en présence du fondateur du parti, le professeur Laurent Bado, et du président, Michel P. Béré. Le professeur a insisté et persisté à dire que : « c’est la 3e fenêtre de l’enfer qui s’est ouverte pour le Faso. »

 

 

La salle de conférences de la nouvelle mairie de Banfora a refusé du monde à l’occasion de cette AG tenue avec en toile de fond la dynamisation du parti. Il s’agissait, selon Ouattara Bamassa, coordonnateur régional du PAREN/Cascades, d’une AG qui a regroupé l’ensemble des structures de base du parti dans les différentes communes de la Comoé et l’ensemble des secteurs de Banfora. L’objectif « était d’échanger sur le sujet très important que constituent notamment les élections et évoquer les difficultés rencontrées », a précisé Bamassa Ouattara. Les débats ont donc porté naturellement sur les questions de la CNIB, comment acquérir ce document précieux, le déroulement des élections,  comment s’inscrire sur les listes électorales et comment accomplir même son vote.

 

A quelque 10 mois des élections, comment fidéliser les militants pour une victoire éclatante ? C’est la lancinante question que se pose le coordonnateur régional du parti qui a eu, pour la circonstance, l’appui inestimable du président du parti, Michel P. Béré, et de son fondateur, Laurent Bado, dont les présences avaient pour objectif de soutenir leurs militants et les responsables de la région. « Vraiment ils ont fait un très beau travail, nous sommes contents de cette mobilisation de taille, nous ne pouvons que les encourager », s’est réjoui le président du PAREN. Ces responsables ont surtout expliqué aux militants leur vision à travers leur document intitulé « 29 propositions et leurs 213 mesures de mise en œuvre pour transformer le Burkina en profondeur ».

 

Le professeur Bado a salué et encouragé les militants pour cette grande mobilisation et, dans son franc-parler ponctué d’ambiance et de cris de soutien, il a asséné ses vérités. Il dira que le monde est pourri du fait que les gens n’aiment pas la vérité, mais plutôt le vol, et que le mal est partout. « Je suis venu vous rencontrer probablement pour la dernière fois, mon âge ne me permet plus de me battre. Combien de fois j’ai passé le temps à vous dire que le monde qui va venir sera un mauvais monde ? Vous vous rappelez que j’ai eu à dire que les portes de l’enfer vont s’ouvrir aux Burkinabè. Vous savez, ce n’est pas encore les portes de l’enfer, c’est la 3e fenêtre de l’enfer. L’avenir sera beaucoup plus cruel si nous n’avons pas le courage de nous lever pour savoir où nous devrons aller », a encore averti Laurent Bado.

 

Pour le professeur de droit constitutionnel, notre solution est là, on peut s’en sortir rapidement. Pour ce faire, il faut combattre la corruption et les populations seront plus heureuses, faire revenir les milliards volés à la faveur de l’insurrection, développer l’agriculture. Le PAREN, une fois au pouvoir, va développer rapidement le Burkina, promet-il. «Il n’y aura plus de voleurs de l’Etat. Si tu voles des millions, je te fais fusiller », dira-t-il, dans des cris de joie. Pour ce faire, Laurent Bado a invité les militants à se lever et à se battre pour leur parti.

 

Luc Ouattara

Dernière modification lelundi, 10 février 2020 21:55

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.