Menu

Bank of Africa - Burkina Faso : A nouveau siège, nouvelles ambitions

La forme du bâtiment est inspirée des contours de la poupée ashanti qu’on retrouve dans le logo de la BOA La forme du bâtiment est inspirée des contours de la poupée ashanti qu’on retrouve dans le logo de la BOA

Bank of Africa - Burkina Faso (BOA) s’est dotée d’un nouveau siège à la hauteur de ses ambitions : un R+6 élégant, authentique, moderne, voire futuriste. Ce bijou d’urbanisme sorti de l’imagination des architectes du cabinet Arcade a été officiellement inauguré le vendredi 14 février 2020 en présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

 

Impossible de ne pas le remarquer. Par son style particulier et ses courbes épurées, le siège de BOA est désormais une curiosité  qu’on admire dans la Zone d’activités commerciales et administratives (ZACA) de la capitale burkinabè. Si le bâtiment étincelle par sa modernité, ses lignes plongent leurs racines dans la tradition africaine, particulièrement burkinabè. On retrouve dans son architecture nombre de symboles de chez nous comme le grand calao de savane, réputé pour son pouvoir de fécondité. Sur sa façade serpente un boa, animal réputé pour son pouvoir protecteur et qu’on retrouve également dans  la décoration des concessions kasséna. Et que dire de la forme générale du bâtiment, inspirée de la poupée ashanti, principal élément du logo de la banque et connue aussi pour être un symbole de fécondité ?

Pour ce qui est des chiffres, l’infrastructure a une emprise au sol de 3600 m2 sur une parcelle de 5038 m2. Elle comporte 6 étages, un sous-sol à usage de parkings, un rez-de-chaussée et une mezzanine, pour une superficie utile de 13 000 m2. Selon le cabinet Arcade, qui en a dessiné les plans après avoir remporté le concours d’architecture face à 12 autres concurrents, l’édifice peut accueillir un millier d’occupants, personnel et clients compris. Le coût total des travaux, a indiqué le directeur général de Bank of Africa - Burkina Faso,  Faustin Amoussou, est estimé à près de 10 milliards de francs CFA. L’édifice, a-t-il annoncé, regroupera l’ensemble des services et départements de la banque et 4 points de vente, à savoir une agence Retail, le Centre d’affaires, l’Agence Elite et un espace PME/PMI.

La construction de ce nouveau siège répond, selon Faustin Amoussou, au désir d’améliorer le bien-être des agents mais  aussi de se rapprocher de la clientèle, de lui offrir des espaces adaptés et modernes. « Nous avons souhaité que chacun trouve ici les moyens de travailler dans de meilleures conditions de confort, de convivialité mais aussi rassembler la majorité des collaborateurs », a-t-il ajouté. Le DG n’a pas manqué de souligner les performances réalisées par BOA qui, depuis son ouverture le 23 mars 1998 avec une seule agence, n’a cessé de croître pour atteindre en fin 2019, 53 points de vente pour plus de 500 000 comptes bancaires. La ministre déléguée chargée du Budget, Clémence Yaka, représentant le ministre de l’Economie et des Finances, a salué le mérite de la banque qui « a su s’imposer parmi les banques les plus dynamiques et les plus performantes du Burkina ». Elle a rappelé l’action de BOA dans le  développement et la consolidation de l’économie nationale par le financement de grands projets structurants de l’Etat à travers les PPP, l’offre de produits adaptés aux particuliers ainsi qu’aux PME et grandes entreprises, et les projets de la fondation BOA dans divers domaines comme l’éduction, la santé et la culture. « BOA fait partie de ceux qui bougent pour la transformation structurelle de l’économie au profit du bien-être des populations », s’est-elle félicitée.

Le président du Faso, après un tour de la propriété, en compagnie notamment des maîtres des lieux, de nombreux invités de marque ainsi que de l’associé gérant du cabinet Arcade, Fabien Ouédraogo, a lui aussi loué le rôle majeur joué par cet établissement bancaire dans l’économie burkinabè. Un rôle qu’entend accroître le groupe BOA, à en croire son directeur général, Amine Bouabid, malgré le contexte sécuritaire difficile. « Nous n’avons pas peur de l’insécurité », a-t-il déclaré, annonçant de grands défis comme le financement des PME/PMI, notamment  une hausse de financement au profit du secteur primaire et de celui de la transformation.

 

Hugues Richard Sama

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut