Logo
Imprimer cette page

Forte pluie à Ouagadougou : « Maintenant les larmes du ciel nous font trop pleurer »

Forte pluie à Ouagadougou : « Maintenant les larmes du ciel nous font trop pleurer »

La capitale burkinabè a été inondée la semaine du lundi 31 août au samedi 05 septembre par des fortes précipitations qui se sont abattues sur la ville. Les agents de la municipalité de Ouagadougou, notamment le maire central, celui de l’arrondissement 4 et la Direction générale des services techniques municipaux (DGTM) se sont hâtés sur le terrain après la pluie du samedi 5 septembre 2020 pour, de visu, évaluer l’ampleur des inondations. En plus des dégâts matériels, cette dernière manifestation pluvieuse a causé une perte en vie humaine : une femme enceinte, Balkissa Kientga épouse Derra, emportée par les eaux devant sa cour à Tanghin. Une de ses coépouses, dépassée par le drame, a éclaté en sanglots : « Maintenant, les larmes du ciel nous font trop pleurer ».

 

 

 

La station météorologique de Ouagadougou-Somgandé a enregistré la quantité de 90,5 mm d’eau tombée entre 04h 30 et 08h00, le samedi 5 septembre 2020. D’aucuns qualifieraient la situation de mini 1er septembre 2009. Les riverains des zones sinistrées, notamment de l’arrondissement 4, ne diront pas le contraire. Les principaux canaux d’évacuation des eaux à travers la ville de Ouagadougou ont largement été débordés. C’est ainsi que Balkissa a fait une chute dans un caniveau débordé devant sa cour, les eaux ayant emporté les planches que la famille avait utilisées pour couvrir le fossé. La jadis future maman a été repêchée, mais sans vie, par les sapeurs-pompiers à plus de 1 km de l’endroit de sa chute.  Le maire de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, a dépêché dans la famille endeuillée une équipe pour lui manifester sa compassion et celle de toute la municipalité.

 

 

Selon le bourgmestre central, ces précipitions, qui avaient été annoncées par la météo, sont exceptionnelles et vont couvrir tout le pays et même au-delà. Et ce, jusqu’en mi-septembre. La mairie avait déjà pris des dispositions de protection de la population à travers des sensibilisations, invitant les citadins à quitter les zones inondables. Et également comme anticipation les principaux caniveaux de la ville de Ouagadougou ont été curés. Selon l’édile principal de la capitale burkinabè, les lignes vont bouger encore dans les jours à venir en matière d’assainissement de la ville. « Nous allons continuer à dégager les voies d’eaux au maximum pour éviter les dégâts causés par les fortes pluies », a-t-il souligné avant d’ajouter que des chantiers vont démarrer dès octobre pour la réfection de l’exutoire principal des eaux pluviales de la ville de Ouagadougou, qui traverse le parc Bangrewéogo. Armand Roland Pierre Béouindé a terminé en lançant un appel à la vigilance et à la citoyenneté pour le respect des consignes de sécurité et à éviter les zones dangereuses quand les pluies abondantes s’annoncent.

 

Dans la même veine, le maire de l’arrondissement 4, Anatole Bonkoungou, a exhorté les habitants à observer véritablement la prudence et la vigilance en ces périodes de fortes pluies. Le premier responsable de cet arrondissement a identifié les zones de Somgandé, de Toukin et de Nioko comme celles qui ont subi des dégâts causés par le flux des eaux. La mairie ayant été pointée du doigt dans la famille de la défunte Balkissa pour avoir laissé devant les cours des caniveaux à ciel ouvert, Anatole Bonkoungou dit pour l’instant pallier le problème par le projet de mise en place de balises. Ensuite suivront des dalles de couverture complète.

 

 

Alhaji Ousmane Traoré, parent de la regrettée Balkissa et témoin du drame, a remercié le premier responsable de la municipalité d’être venu réconforter la famille éprouvée. Il les a, par ailleurs, invités à prendre leurs responsabilités pour réduire les risques liés aux caniveaux non couverts. « J’ai failli moi-même être emporté par les eaux dans ma tentative de la sauver », a-t-il lâché, la tristesse sur le visage.

 

Didier Sallé

(Stagiaire)

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.