Logo
Imprimer cette page

Campagne vaccination covid-19: Comment vaincre le scepticisme des Burkinabè ?

Campagne vaccination covid-19: Comment vaincre le scepticisme des Burkinabè ?

Cest le graal que tous les pays attendent depuis maintenant de longs mois. Le Burkina a fini par décrocher le sien. Dans la nuit de dimanche à lundi, une précieuse cargaison de 115 000 doses du vaccin AstraZeneca a été réceptionnée par le ministre de la Santé. Trois jours après, le Pr Charlemagne Ouédraogo a reçu la première dose au cours de la cérémonie officielle de lancement de la campagne nationale de vaccination. Et comme lui, dautres personnalités à limage de la représentante résidente de lOMS, le Pr Diarra-Nama Jeanne Alimata, du ministre des Sports et des Loisirs, André Dominique Nana, du maire Armand Béouindé ou du président du comité de suivi du pèlerinage, Abdoul Moumine Ilboudo Zoundi. Autant de bras prestigieux qui montrent pour ainsi dire la voie à suivre à tous les Burkinabè, notamment aux cibles prioritaires que sont les personnels de santé, les personnes vulnérables, les candidats au hadj, etc. Des doses qui seront administrées sur la base du volontariat car le vaccin est recommandé sans être obligatoire. 115 000 flacons, cest si peu pour tout le Burkina ! Sans doute faudra-t-il dautres cargaisons pour couvrir lensemble des besoins.

Encore faut-il que les Burkinabè se bousculent devant les centres y dédiés. Et là, force est de reconnaître quon est loin, très loin des files interminables observées dans certains pays comme les Etats-Unis, pour recevoir le liquide salvateur.

Il faut dire que dans de nombreux pays africains comme le Burkina Faso, épargnés par les vagues mortelles successives qui ont déferlé sur lEurope, les Amériques et lAsie, beaucoup ont toujours douté, dès le début, de lampleur du péril sanitaire. Dautres, indécrottables pyrrhoniens sil en est, sont même allés jusqu’à en nier lexistence. Et ce ne sont pas les arguments souvent spécieux qui leur manquaient pour soutenir leurs positions. Et ils sont tout aussi nombreux à ne pas prendre dassaut les vaccinodrômes, surtout quAstraZeneca est arrivé précédé dune mauvaise réputation. Il a suffi, en effet, que quelques personnes développent des effets secondaires parfois graves comme des thromboses, pour quune véritable campagne de dénigrement de la fiole suédo-britannique soit menée tambours battants, notamment par des adeptes de la théorie du complot. Et il faudra bien plus quun bras ministériel pour convaincre les sceptiques de tendre les leurs. Même si après avoir reçu sa dose le ministre sest montré très confiant et serein : «Je me porte très bien, jai reçu des explications avant de me faire vacciner, ensuite on ma recommandé 15 minutes de repos. Je me sens bien, je nai ni céphalées ni vertiges. Je nai pas non plus mal au point dinjection et je suis très content, car je naurai plus langoisse de contracter une forme grave de covid-19 ».

Certes, il y a eu des lacunes dans la communication à travers le monde pour faire pièce aux thèses complotistes. Mais force est de reconnaître quau stade actuel, au-delà des mesures barrières qui nont pas toujours barré la route au virus à couronne, le seul antidote efficace reste le vaccin, AstraZeneca ou pas, tant les inconvénients, quand ils surviennent, sont minimes par rapport aux avantages que lon peut en tirer.

 

H. Marie Ouédraogo

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.