Menu
Politique

Politique (397)

Situation des déplacés internes : Une enveloppe de 117 millions venue du Ghana

Pour témoigner sa solidarité au peuple du Burkina Faso, qui fait actuellement face à la crise humanitaire née de l’insécurité, le Ghana a fait parler son cœur à travers un don de 117 millions de francs CFA. Cette somme  va servir à soutenir les déplacés et les militaires. La cérémonie de remise s’est tenue le 17 octobre 2019 au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.

En savoir plus...

Soutien aux déplacés internes : Le plan « Marchal » du gouvernement

Il y a plus de 480 000 personnes déplacées internes au Burkina. Près de 2 500 000 000 FCFA ont été mobilisés pour leur venir en aide.  Le 17 octobre 2019, le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire a, au cours d’un point de presse, fait le bilan de la situation humanitaire née de l’insécurité dans certaines zones du pays. Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, qui avait à ses côtés le ministre de la Communication (Remis Fulgance Dandjinou), a aussi décliné les actions menées sur le terrain.

En savoir plus...

Mariam Sankara ou la force de l’espoir

Un peu plus de trois décennies après l’assassinat du capitaine Thomas Sankara, l’espoir de son épouse, Mariam Sankara, reste vivace quant à la manifestation de la vérité. C’est ce que l’on peut lire dans un message en date du 13 octobre 2019, à l’occasion du 32e anniversaire du tragique évènement du 15 octobre 1987. Cet espoir, dame Sankara l’adresse à la justice de son pays qui, pour avoir pu tenir le procès du putsch manqué de septembre 2015, donne l’espérance de voir juger d’autres affaires comme celle qui porte le nom de son époux. In extenso  son écrit.

En savoir plus...

Dossier Thomas Sankara : Les regards tournés vers Paris et Abidjan

Il y a 32 ans, le capitaine Thomas Sankara a été assassiné, de même que ses douze compagnons d’infortune. 10 ans après le drame, une plainte a été déposée contre X devenu par la suite Blaise Compaoré dit Jubal, Hyacinthe Kafando et bien d’autres. Mais depuis, la justice se fait attendre. Le 14 octobre 2019 à Ouagadougou, le Collectif d’avocats constitués aux côtés des ayants droit ont animé une conférence de presse où il a été question de l’évolution du dossier judiciaire. Me Bénéwendé Sankara l’a dit : « Le dossier suit normalement son cours avec de nouvelles inculpations et le reversement par la France de deux lots de documents déclassifiés ». Constituerait tout de même un blocus l’attente d’un troisième lot de l’Hexagone auquel il faut ajouter la non-exécution de mandats d’arrêt lancés contre des mis en cause hors du pays, dont «Jubal » en exil en Côte d’Ivoire.

En savoir plus...

Crise au CDP : «Nous allons œuvrer à rapporter les sanctions» (Achille Tapsoba, vice-président du parti)

La crise qui secoue le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et ses derniers développements que sont les correspondances du président d’honneur, Blaise Compaoré, envoyées aux protagonistes dans le but de les réconcilier ont été l’objet d’une conférence de presse hier 14 octobre 2019 au siège du parti. Achille Tapsoba, vice-président de l’ex-parti majoritaire, a signalé de prime abord que ces écrits sont authentiques et ne constituent aucunement un désaveu de la direction politique nationale ni des décisions issues du congrès extraordinaire ; lequel a prononcé des sanctions contre des militants. Mieux, ces responsables entendent œuvrer à rapporter les punitions.

En savoir plus...

Crise au CDP : Une médiation qui vient… tout gnagami ?

Blaise Compaoré a donc tranché. Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), devra rapporter, autrement dit annuler, les sanctions prises par le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 contre certains de ses militants, et non des moindres, pour manquement à la discipline du parti.

En savoir plus...

Attaques terroristes au Centre-Nord : Le Bam lance sa résistance populaire

Un meeting de conscientisation et de sensibilisation des populations du Bam à la résilience au terrorisme a eu lieu le samedi 5 octobre 2019 au rond-point central de Kongoussi. Initiée par le Mouvement populaire pour la résistance du Bam récemment créé, cette manifestation a mobilisé un grand monde dont des déplacés internes et des ressortissants de la province. On notait également la présence de responsables d’OSC telles que l’Organisation démocratique pour la jeunesse (ODJ), le Balais citoyen et le Mouvement plus rien ne sera comme avant (MPRSCA).

En savoir plus...

Lutte contre le terrorisme au Burkina : Le couteau à double tranchant de la résistance populaire

Tragique, éprouvante, révoltante : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la situation burlesque d’insécurité vécue par le Burkina, particulièrement les populations des régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord. Pas un jour ne  passe sans qu’on dénombre des macchabées tombés sous les balles assassines « d’individus armés non identifiés », pour emprunter le vocabulaire officiel. Eléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), agents de l’administration publique, travailleurs des mines et carrières, paysans, etc., les victimes de ces meurtriers sans foi ni loi se recensent dans tous les milieux.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS