Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Fronde des cotonculteurs à Boromo

Cher Wambi,

 

J'avais juré par tous les dieux de ne plus épiloguer sur la saison pluvieuse, tant de nos espoirs sont déçus, mais pourquoi se taire quand elle peine à s'installer, servant aux braves paysans un désert aux limites inconnues ? Pas une seule région de notre cher Burkina n'en est épargnée; pas même les Hauts-Bassins, le Sud-Ouest  ou le Centre-Sud qui, jadis, avaient les faveurs des premières pluies et prenaient une longueur d'avance sur les autres ;  si fait que, dans certaines contrées, telles Réo, Léo ou encore Gaoua à ce que l'on me dit, les jeunes, désespérément oisifs, restent quotidiennement scotchés aux kiosques à liqueurs, regardant jalousement les nuages stériles défier le temps.

En savoir plus...

Large ratissage au camp Sangoulé Lamizana

Cher Wambi,

Ça y est ; il tombe enfin des cordes à "Ra-Mõ-NKongé", ce village qui a vu naître nos ancêtres, et dont les habitants, depuis de longs mois, ployaient sous un soleil de plomb. Mais combien de boucs, de coqs et de taureaux noirs aura-t-on sacrifiés aux fétiches pour cela ? Combien de dieux aura-t-on implorés avant que le ciel daigne ouvrir ses vannes ?Depuis ce jeudi 16 juin en effet, la capitale burkinabè baigne dans l'eau, ce qui a réveillé en bien de citadins le douloureux souvenir du déluge du 1er septembre 2009, dont les traces demeurent indélébiles.

En savoir plus...