Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Mairie de Ouagadougou : Le groupe UPC dénonce la gestion de Béouindé

Le groupe des conseillers UPC de la ville de Ouagadougou a animé une conférence de presse hier 21 mars 2017 au siège du parti. Au cours de cette rencontre, ils ont dénoncé les incohérences dans la gestion administrative et financière de la mairie centrale qui se traduit par l'immobilisme constaté par les citoyens.

 

Le groupe municipal de l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de la capitale compte 77 conseillers parmi lesquels 5 maires d'arrondissements, un adjoint au maire central, un vice-président au conseil régional. Ce groupe a pas mal de griefs contre la gestion actuelle de la marie. D'abord sur les priorités du budget 2017. En effet sur les 26 milliards de francs CFA les «incohérences» suivantes ont été constatées :

- environs 1,3 milliard pour les études de projets alors qu'on dispose d'une direction des études et des statistiques ;

- 3 milliards 712 millions pour la propriété et l'assainissement pour des résultats qui ne seront visibles que dans le centre ville ;

- seulement 167 millions, soit 0,6% du budget, consacré à la jeunesse et à l'emploi ; "Un mépris pour cette frange de la population qui a consenti d'énormes sacrifice au cours de l'insurrection et de la résistance au putsch ;

- « seulement » 76 millions consacrés au social, soit 0,3 % du budget. Les personnes vulnérables feraient mieux de quitter la ville de Ouaga sous la gouvernance MPP ;

- chaque arrondissement recevra 56 millions pour son fonctionnement et 15 autres pour l'investissement ; ce qui représente 0,7% du budget. La mairie centrale gère tout l'investissement à réaliser à Ouagadougou, et les maires d'arrondissement se contenteront de signer des actes d'état civil.

Vu ce qui précède le président du groupe municipal Jean Léonard Bouda dans pas fait dans la dentelle : «Le budget a ainsi été voté, occultant la jeunesse et la femme sous prétexte qu'il manquerait d'argent. Mais notre plus grande déception, c'est que nous avons su que le maire Béouindé et son cercle restreint ont dépensé plus de cent millions de francs, juste pour les fêtes de fin d'année. Certes ce fut un déluge de feu d'artifice que même la dernière édition du FESPACO ne s'est pas permis. On nous a avancé l'apport des sponsors pour expliquer cette gabegie, et le seul intérêt perceptible de ce gaspillage, c'est d'avoir permis à monsieur le maire de danser le zoblazo avec la Première Dame. Nous sommes véritablement inquiets, et nous nous demandons si la population de Ouagadougou n'a pas mis à la tête de cette ville des viveurs plutôt que des travailleurs».

Au sujet des lotissements à Ouaga, la situation est selon eux une bombe à retardement prête à exploser d'un moment à l'autre, « une insurrection en latence ». «Alors que le gel des lotissements est en vigueur, nous assistons à l'accaparement des terrains par des promoteurs immobiliers qui aménagent des parcelles et construisent des villas destinées aux riches. Que restera-t-il de terres pour nos populations des non-lotis ? », ont demandé les conférenciers.

 

Quel maire a désobéi à Nathanaël

 

Preuve que les ressources de la mairie sont mal utilisées, selon le 3e adjoint au maire, Nathanaël Ouédraogo, son matériel est vétuste ou inexistant, les 4 adjoints n'ont pas de photocopieuses ni des véhicules de fonction. «Nous sommes obligés de travailler avec nos propres moyens, il y a véritablement un problème de gestion au plan administratif, ça démarre poussivement, rien ne bouge : la salubrité, le stationnement, la circulation, l'environnement sonore... on se demande combien de temps prendra ce tâtonnement ». Au sujet de l'environnement sonore, Nathanaël nous a confié qu'il a fait fermer un maquis pour nuisance sonore après des plaintes justifiés des riverains mais un maire arrondissement du MPP a outrepassé cette décision pour autoriser la réouverture de cette buvette au grand dam des plaignants.

« Je sais que dans la logique de maire d'arrondissement que je vais citer, il se dit que comme c'est un de l'UPC qui a pris la décision, je prend son contrepied. Mais je ne resterai pas les bras croisés, j'userai des voies de recours », a-t-il souligné.

Les conseillers UPC ne se sont pas contentés du chapelet de griefs, ils ont cité des actions qu'il a mené dans les arrondissements dont ils contrôlent l'exécutif : ce sont, entre autres, la formation des jeunes et des femmes ; les partenariats noués avec des institutions ou des villes, la fixation de feux tricolores, la construction de lycée, de centre de formation, de garderie, un prêt sous forme de microfinance.

Les critiques sont nombreuses, il ne reste plus aux autorités municipales qu’à se ressaisir à temps pour que les années qui passent se soient pas des années de perdues.

 

Abdou Karim Sawadogo

Commentaires   

0 #4 Kanzim 22-03-2017 14:21
Le groupe municipal de l’UPC est ici dans son rôle, l’exercice permettant de prendre connaissance des priorités et du style de management à de la Commune de Ouagadougou. En sus il faudra ajouter à ce qui est dit, un phénomène inquiétant dans l’occupation des espaces dans la ville : entre le rond-point route de Kaya et le canal direction échangeur de l’Est, il y a une pagaille qui consiste à occuper et y construire, des zones réputées inondables, et ayant même fait l’objet d’évacuation par démolition de de clôtures et maisons, dès l’évènement de M Armand BEOUINDE à la maire. Aujourd’hui tout est occupé par des vendeurs de véhicules, des bars et autres restaurants. Les espaces le long des voies longeant la clôture du CRTO semblent avoir été vendus, si on en juge les pratiques de location de ces espaces par des « propriétaires » travaillant déjà, et activistes dans la politique : les jeunes sont donc obligés de louer pour établir qui une unité de vulcanisation, qui un kiosque…etc. Je comprends que le maire M BEOUINDE, en tant que jeune ayant évolué à Ouagadougou et à Koulouba, au CDP puis au MPP, et ayant des amis au plus haut niveau de l’Etat, je comprends donc qu’il soit connu, et que par conséquent il fasse l’objet de sollicitations diverses. Mais il doit ouvrir l’œil pour ne pas se laisser prendre dans l’inacceptable pression de voyous à cols blancs et de militants paresseux plus consommateurs que producteurs. Autrement dit, Ouagadougou est en train de s’enliser dans une boue qui ne salira que lui BEOUINDE, le jour où tournera le vent. Quant au groupe municipal UPC, il aurait dû aller au fond des choses, en nous disant par exemple si les pratiques actuelles constituent une rupture négative de ce qui était fait ou un progrès par rapport à ce qui était fait. En outre et en ce qui concerne les véhicules de fonction, il faudra nous dire si un Maire adjoint y a droit et au nom de quel texte. Le MPP doit savoir que la fête est terminée depuis, et que l’émerveillemen t de l’accession au pouvoir doit céder la place au travail. Vraiment ces politiciens, on ne sait pas ce qu’ils veulent, même si nous savons depuis ce qu’ils peuvent et ce qu’ils valent : peu de choses , quel qu’en soit le logo.
Citer
+1 #3 Sacksida 22-03-2017 11:18
D’abord, nous n’avons aucune « couleur politique » affichée, même si nous nourrissons des sentiments d’obédience progressistes et de gauche qui datent depuis les années 80. Mais, nous apprécions de manière indépendante la sortie publique du groupe de l’UPC parce les affaires publiques de la citée nous concernent tous en tant que citoyens sans distinction; et si ces « dénonciations » peuvent permettre au Conseil Municipal de la Ville de Ouagadougou de se ressaisir à temps afin de mieux repartir de bon pieds dans l’intérêt des administrés. Force est de reconnaitre par exemple qu’en une année pendant la Transition, la « Délégation Spéciale » a réalisé quelques travaux formidables et visibles ; cet élan devrait continuer avec les contributions de tous les conseillers pour le bien être des Ouagavillois. Nous voudrions sans langue de bois interpeler le Maire Central de Ouaga Béouindé Armand afin qu’il se départisse du « sectarisme politique » et travail en bonne intelligence avec toutes les compétences de son conseil municipal, car le plus important étant de pouvoir relever des défis socio-économiqu es et environnementau x de la ville. Par ailleurs, l’actuel Ministre d’Etat Simon Compaoré peut lui (Béouindé) être une source référence, d’inspiration et de conseils avisés et surtout ne pas chercher à réfuter absolument des griefs des conseillers dénonciateurs. Car, ce qu’ils dénoncent ici nous semble globalement pertinent et réels. En outre, le travail d’un Conseil Municipal comme celui de Ouagadougou où il faut mettre en œuvre des politiques publiques hardies et concrètes, ne sied pas outre mesure à des « novices » en la matière et requièrent des compétences éprouvées en management public qui sont loin de celles de la gestion d’une entreprise ou d’une société privée. Courage et Salut !
Citer
0 #2 Sidzada 21-03-2017 23:37
je voulais porter un coup de gueule contre certains Maires qui refusent au nom de je ne sais quelle règle de signer les PUH! ils portent un préjudice sévère à ceux qui veulent leurs documents pour des activités. vite qu'ils nous signent ces documents
Citer
0 #1 Sidzada 21-03-2017 23:35
c'est toujours la même chanson l'un ne fait rien et nous nous travaillons. Mais rassurez-vous c'est ainsi. les investissements , ce ne sont pas les arrondissements . c'est ainsi qu'on peut coordonner. sous l'ancien régime; seul le fonctionnement était aux arrondissements mais maintenant, il y a 15 millions pour eux ça viendra avec le temps
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut