Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Bourzanga : La brigade de gendarmerie attaquée par des individus armés

La brigade de gendarmerie de Bourzanga, commune rurale de la province du Bam (Centre-Nord) frontalière du Soum (région du Sahel), a été attaquée dans la nuit du lundi 06 novembre 2017 par un groupe d’individus armés. Le bilan provisoire : pas de perte en vie humaine et aucun blessé ; d’importants dégâts matériels enregistrés dans l’enceinte de la brigade après le passage des assaillants, venus sur les lieux à moto.

 

La région du Centre-Nord, qui abrite la première région militaire, la première région de gendarmerie et la troisième région de la police nationale, a enregistré dans la nuit du lundi 06 novembre 2017 sa première attaque armée qui s’apparente à celles perpétrées depuis un certain temps par les terroristes dans les localités frontalières avec le Mali. En effet, les forces du mal ont fait parler d’elles dans la commune rurale de Bourzanga, située à 50 km de Djibo (capitale du Soum), à 40 km de Kongoussi (chef-lieu du Bam) et à 100 km de Kaya (capitale du Centre-Nord). Selon des indiscrétions, c’est aux environs de 22h 30 que les premiers tirs nourris d’armes de guerre ont été entendus dans la zone qui abrite la brigade de gendarmerie de la localité et une école primaire medersa. Les assaillants ont effectué leur opération au moment où certains noctambules se trouvaient encore en ville. Selon des témoignages, lourdement armés et au nombre de 08, ils sont arrivés remorqués deux à deux sur 04 motocyclettes de grosse cylindrée. N’ayant pas rencontré de résistance lors de leur attaque de la brigade de gendarmerie, les visiteurs ‘‘terroristes’’ de la cité des foulssé (Ndlr : ethnie majoritaire à Bourzanga) ont pris pour cible le bâtiment, incendié le matériel, notamment les documents, les motos et les vélos qui s’y trouvaient, et emporté deux (02) motos. Au dire des témoins, les assaillants ont, avant de quitter Bourzanga, effectué des tirs en l’air dans la ville. Pris de peur, les habitants sont restés, dans leur majorité, terrés chez eux jusqu’au lever du soleil le mardi 07 novembre.

Les autorités administratives et sécuritaires de la région du Centre-Nord et de la province du Bam, à savoir le gouverneur Nandy Somé/Diallo, le haut-commissaire Ambroise Ouédraogo, le commandant de la 1re région de gendarmerie, le colonel Bérenger Kondé et le directeur régional de la police, le commissaire Luc Soulama, se sont rendues à Bourzanga dans la matinée d’hier mardi. Après avoir constaté l’ampleur des dégâts à la brigade, les responsables administratifs et sécuritaires régionaux et provinciaux ont tenu des rencontres de réconfort et d’encouragement avec les éléments de la gendarmerie, les autorités communales et les représentants des différentes couches sociales de Bourzanga. En plus des conseils qui leur ont été prodigués, les populations ont été invitées à collaborer avec les forces de défense et de sécurité dans le cadre de la lutte contre les forces du mal qui sèment la terreur dans la sous-région, notamment au Burkina Faso.

 

Goussyamba Sambiga

Commentaires   

0 #2 z 08-11-2017 08:47
si la région du Centre-Nord, qui abrite la première région militaire, la première région de gendarmerie est attaqueé sans le moindre risposte nous devons nous dire que nous riquons sérieusement de perdre cette partie du territoire
Citer
+1 #1 Ali 08-11-2017 08:28
C'est curieux mais après chaque attaque, le nombre d'assaillants est connu avec précision. Où se trouvait le témoin qui a procédé au décompte surtout que c'était à 22 h 30 environs.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut