Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Tour du Faso 2017 : Echec burkinabè, bravoure allemande et réussite marocaine

Le tour du Faso 2017 a connu son épilogue hier dimanche 5 novembre sur l’avenue de l’Indépendance avec la 10e étape et la 5e victoire de l’Allemand Benjamin Stauder. Mais le plus heureux est le Marocain Salaheddine Mraouni, vainqueur du maillot jaune. Devant le président Roch Kaboré, les Etalons n’ont pas pu faire mieux qu’un zéro pointé dans la conquête des différents tricots.

 

Les coureurs de la 30e édition du tour du Faso, ou du moins les 73 restants sur les 94 au départ, ont mis le pied au sol ce dimanche à l’issue de la 10e et dernière étape. Le résultat, on le connaît. Le maillot jaune a pris la direction du Maroc et c’est le Lion de l’Atlas, Salaheddine Mraouni, qui est le grand vainqueur. Il avait déjà enfilé ce maillot lors de la 2e étape (Garango-Zorgho) avant de le céder à l’Allemand Benjamin Stauder et à l’Erythréen Saymon Musie. Mais à Dédougou, lors de la 8e étape, il a récupéré son bien et ne l’a plus lâché.

On pouvait imaginer que dans le mano à mano en vue de la conquête du maillot doré, la victoire allait revenir au royaume chérifien. Son directeur sportif, Hamed Rhaili, soulignait déjà, à 4 étapes de la fin, que l’or irait à Casablanca. Il fallait le croire au vu de la démonstration de l’équipe marocaine. Dans le peloton, elle attaquait quand elle voulait et ralentissait à souhait. Sa rivale la plus sérieuse était l’équipe d’Erythrée avec le jeune Saymon.

Pour le clap de la fin, après le départ de Korsimoro, on s’attendait à un sursaut des Burkinabè, d’autant qu’à l’arrivée finale il y avait comme invité de marque le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Malheureusement, l’orgueil n’aura pas suffi. Aziz n’a pas fait le poids devant Stauder. Il lui fallait être plus mordant, à l’image de l’Ivoirien Abou Sanogo qui a réussi avec panache à remporter 2 victoires ; à Tenkodogo et à Koudougou. Avec Aziz Nikièma, ce sont les 2 coureurs ouest-africains à s’être imposés à une étape. La victoire à Ouaga est revenue à Benjamin Stauder, qui a bouclé les 110 km en 2h 38 nm 47s, soit une vitesse de 41,566 km/h.

Le Burkina aura été l’ombre de lui-même à cette édition. Ni Seydou Bamogo (qui avait donné des signes d’espoir) ni Mathias Sorgho n’ont pu bousculer les baroudeurs. Le dernier cité s’est contenté de la 3e place au classement général à 1mn 50s du Marocain Mraouni, le vice-champion étant Saymon Musie (à 25s). Tout compte fait, le président du Faso, dans un fair-play sportif, a salué le champion de l’édition. Selon Roch Marc Christian Kaboré, le niveau de la course était très relevé, «ce qui a permis aux Burkinabè de se mettre au diapason des réalités du cyclisme africain». Il a pris l’engagement de faire en sorte que le Tour du Faso garde sa place et, mieux, qu’il monte au 1er rang des compétitions africaines.

Les Etalons sont donc passés à côté de leur tour. Zéro maillot : ni le jaune de la victoire ni le vert des points, encore moins le rose des sprints. C’est une vraie disette de prix, même si le président de la fédération et président du comité d’organisation, Yasnémanégré Sawadogo, se satisfait de la parfaite organisation. «Nous sommes à une école et nous allons apprendre auprès des meilleurs», a-t-il déclaré. Pourvu que les garçons assimilent bien leurs cours.

 

Sur les routes du Tour,

Kader Traoré

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut