Menu
Politique

Politique (671)

Rentrée parlementaire : Discours sankariste du président Bala

 

Gravé dans le marbre de la Constitution, le premier mercredi du mois de mars est la date fixée pour l’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale. Ce 7 mars 2018, c’était l’occasion pour le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, de prononcer un discours aux accents sankaristes et de couper court aux rumeurs sur son état de santé.

En savoir plus...

Double attaque du 2 mars : Faure et Issoufou sèchent les larmes de Roch

Au nom du G5 Sahel, le président nigérien, Mahamadou Issoufou, et son homologue togolais, Faure Gnassingbé, agissant au nom de la CEDEAO dont il est le président en exercice, sont venus témoigner, hier 5 mars 2018, la solidarité de leurs institutions respectives au peuple burkinabè. Après un tour sur les lieux du crime, à l'ambassade de France et à l'état-major général des armées, ils sont repartis en promettant de mutualiser les efforts contre ce fléau du terrorisme.

En savoir plus...

Attaques terroristes du vendredi 2 mars : Ils ont osé violer le saint des saints !

Personne n’aurait parié un rond là-dessus : ils ont osé attaquer le saint des saints et en plein jour. Une double attaque terroriste, revendiquée depuis par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), a visé  le vendredi 2 mars 2018 l’état-major général des armées et l’ambassade de France  au Burkina. Retour sur une journée de terreur à Ouaga.

En savoir plus...

Enregistrement procès putsch manqué : «Vivement une réglementation avant toute autorisation conjoncturelle»

 

A l’ouverture du procès sur le coup d’Etat manqué de mi-septembre 2015, parmi les sujets qui ont suscité la polémique figure la problématique de l’enregistrement audiovisuel et sonore des débats. De quoi interpeller le juriste Amadou Traoré qui, dans cette tribune, donne un éclairage sur l’état des lieux de la publicité des débats des procès au Burkina Faso et explique pourquoi il est nécessaire de réglementer les enregistrements. 

En savoir plus...

Procès putsch manqué: « Nous ne savons pas où cette suspension va nous conduire » (Aboubacar Yelnongo, président de l’Association des parents des victimes du coup d’Etat)

 «Que d’obstacles pour des préliminaires !», ainsi avons-nous résumé les péripéties qui ont émaillé l’ouverture du jugement sur le putsch manqué de mi-septembre 2015. Beaucoup ne cachaient pas leur crainte après la suspension de l’audience qui, selon de bonnes sources, reprendra le 14 mars 2018. Mais en attendant, Aboubacar Yelnongo, président de l’Association des parents des victimes du coup d’Etat manqué (APVC), explique que ses membres pressentaient déjà cette éventualité. Les parents des 42 victimes (28 pour l’insurrection populaire et 14 pour le putsch manqué) redoutent que ce procès connaisse le même sort que celui de l’insurrection populaire dont « on ne sait plus où nous en sommes ». Celui qui a perdu son frère Salfo pendant ces journées de braises de septembre 2015  nous l’a signifié lors de l’interview qu’il nous a accordée le 28 février 2018.

En savoir plus...

Bureau politique national CDP : Eddie Komboïgo remis en selle

Le compromis trouvé par les différents protagonistes de la crise de leadership qui secoue depuis quelque temps l’ex-parti au pouvoir, le CDP a été entériné le 25 février 2018 lors de la 61e session ordinaire du Bureau politique national (BPN). Eddie Komboïgo récupère donc officiellement son « naam », qui était entre les mains d’Achille Tapsoba depuis janvier 2016.

En savoir plus...

Hermann Yaméogo sur la Justice militaire : «Avec un tribunal aux ordres du pouvoir, tout est possible»

 

 

Arrêté le 5 octobre 2015 à sa résidence de Ouaga 2000, Me Hermann Yaméogo, président de l’UNDD, était incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) et ce jusqu’au 4 août 2016, date désormais symbolique à double titre à ses yeux puisque c’est ce jour-là qu’il a bénéficié d’une liberté provisoire. Depuis lors et en attendant l’ouverture, prévue mardi prochain, du procès des accusés dans le putsch manqué du général Gilbert Diendéré, il loge dans sa villa sise à la Rotonde, à quelques encablures du Conseil de l’Entente. Pour quelqu’un qui doit réintégrer la prison dimanche prochain, c’est un accusé visiblement serein et qui n’a nullement perdu de sa verve d’antan qui nous a reçus dans la matinée du 21 février 2018.

En savoir plus...

Dossier putsch manqué : Les peines encourues

Sur les 107 personnes inculpées dans le cadre du dossier du putsch manqué du 16 septembre 2015, le tamisage de l’instruction a permis de renvoyer 84 personnes devant la chambre de jugement du tribunal militaire. Au total, une douzaine de charges sont retenues contre les accusés. Nous vous proposons ici les chefs d’accusation et les peines encourues, c’est-à-dire les tarifs qui vont avec.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS