Logo
Imprimer cette page

Adotevi Akué Adokoé: Un artiste polyvalent

Adotevi Akué Adokoé: Un artiste polyvalent

Adotevi Akué Adokoé est un artiste togolais. Bédéiste, caricaturiste et peintre, il était à Ouagadougou en février 2021 dans le cadre d’une résidence de création de l’Institut Goethe. Portrait d’un artiste polyvalent et singulier.

 

 

27 février 2021, 18h. Institut Goethe Ouaga. Soirée de restitution d’une résidence de création. Un jeune homme est debout face au public. Il projette sur un écran le résultat d’un mois de retraite, une vingtaine de planches de la storyboard de son projet de BD (bande dessinée), et explique sa démarche devant un public d’invités. Un physique fluet, les bras croisés pour maîtriser l’indocilité du bras gauche, une élocution difficile. Des applaudissements nourris chaque fois qu’il vient à bout d’une phrase. Pourquoi, à cet instant, on pense à Stephen Hawking, le célèbre astrophysicien emmuré dans le silence par une dégénérescence des tissus ? Parce que ce jeune homme partage avec lui la difficulté de communiquer son savoir. Et aussi la résilience créative.

Quand on écoute Adotevi raconter sa jeune vie, on comprend qu’il vient de très loin. Il n’a pas eu l’enfance insouciante faite de jeux et de courses poursuites entre gamins dans les rues de son quartier. C’est plutôt une petite enfance volée, passée dans un lit d’hôpital, entre quatre murs blancs, entouré d’infirmières dans l’odeur entêtante des produits pharmaceutiques. C’est dans cet univers improbable qu’il découvre le dessin. Comme Basquiat après sa fracture.  C’est en effet à l’hôpital qu’il se met à couvrir les draps blancs de gribouillis innocents qui deviendront à force d’application des représentations du monde qu’il regarde de la petite fenêtre de sa chambre. Il quittera l’hôpital avec  une hémiplégie et un déficit du langage.

Dans la résidence de création à l’Institut Goethe de Ouagadougou, il est porteur d’un projet de BD futuriste dont le titre est « Jokooka, le P’tit peintre ». Cette bande dessinée traite du changement climatique et des solutions africaines au fléau. A observer les planches qu’il a présentées à la restitution, on sent sa maîtrise de l’espace, des volumes et surtout son imagination débordante. C’est l’histoire d’un jeune peintre bègue qui tombe sur un papyrus contenant des signes inconnus. En tentant de décrypter ses signes, il sera entraîné dans une grande aventure où le passé de l’Afrique, le présent et le futur s’entremêlent. Le rationnel et l’irrationnel s’entrecroisent pour ébaucher un road-movie à travers l’Afrique avec beaucoup de rebondissements. A travers cette BD, on devine que l’auteur a  une grande culture de la BD, car elle puise dans les super héros de Marvel, dans les aventures de  Tintin, et le personnage a quelque chose de Titeuf. Par ailleurs, l’auteur fait montre d’une bonne connaissance de l’histoire et des cultures africaines.

Il est aussi peintre. Nous avons pu admirer une série de tableaux de l’artiste. Ceux-ci n’ont pas besoin d’être signés de son nom tant on retrouve des invariants dans chaque tableau. Adotevi est un portraitiste, particulièrement un peintre du visage et singulièrement de l’œil. Dans chaque tableau, un œil regarde. Parfois, il y a un zoom sur une partie du visage, des lèvres, une aile du nez, une moitié de visage mais l’œil est omniprésent. C’est que le visage est avant tout le site des émotions et l’œil est le miroir de l’âme. Contrairement à l’empreinte digitale qui est unique et figée, le visage peut être gémellaire, commun mais il est le tableau de la météo des sentiments. Comme un ciel, Il est traversé par les feux d’artifice de la joie, les nuages noirs de  la peine, le tonnerre de la  peur, etc. Dans chaque tableau, il y a aussi les signes du Fa, l’écriture du vodoun.

On l’inscrirait bien dans la pop art tant sa peinture est proche de la BD et même de la photo par la variation de l’échelle de l’image avec l’utilisation du zoom. Dans sa peinture, il se révèle un satiriste qui moque les travers de la société et particulièrement de sa gent féminine addictive au maquillage, au clinquant, aux strass et paillettes. Cette même satire se retrouve dans les caricatures qu’il publie dans les journaux de son pays.

Adotevi est un artiste tout-à-tout mais il est évident que c’est véritablement dans la BD afro-futuriste que le talent de cet artiste peut vraiment se déployer et s’imposer au monde.

 

Saïdou Alcény Barry

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.