Menu
Politique

Politique (668)

Conférence de presse jeunes du CDP : Et ce fut l’affrontement !

 

Si des rumeurs couraient comme quoi rien ne vas plus au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), maintenant les choses sont confirmées. En lieu et place d’une conférence de presse, la jeunesse de ce parti, qui avait donné rendez-vous aux médias le jeudi 23 septembre 2021 au siège du parti pour se prononcer  sur la situation nationale avec son lot d’insécurité et de crise liée à la fermeture du Zinda,  a lavé son linge  sale en public : agressions verbales   et affrontement entre conférenciers et entre militants ont eu lieu en live. Afin que les choses ne dégénèrent pas davantage, les agents de la CRS ont mis fin à la conférence de presse. Face à ce fiasco, un nom est scandé par les « purs cédépistes » : Eddie a dont certains , très remontés n’ont pas  hésité à affirmer qu’il entend rejoindre le MPP.

En savoir plus...

Gouvernance MPP : «Celui qui fait du fonfonfon et est épinglé…» (Simon Compaoré, président)

 

Dans la livraison d’hier, nous vous avons proposé le premier volet de l’entretien avec le président du MPP, Simon Compaoré. Entre autres sujets abordés, son bilan à la tête du parti au pouvoir, la stratégie de lutte contre les forces du Mal, décriée par une certaine opinion,  ainsi que le récent jugement des présumés terroristes. Pour cette édition, il sera question des dossiers judiciaires les plus emblématiques (Norbert Zongo et Thomas Sankara), l’actuelle gouvernance impulsée par le MPP et la chute d’Alpha Condé.

En savoir plus...

Fermeture du lycée Zinda : Le CFOP exige sa réouverture cette année scolaire

 

Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) vient de prendre fait et cause pour les élèves et le personnel du lycée  Philippe Zinda Kaboré, lesquels ne digèrent toujours pas la décision du gouvernement de réaffecter les pensionnaires dudit lycée dans  d’autres établissements de la capitale. Au cours d’une conférence de presse organisée le 14 septembre 2021 à son siège, le CFOP a en effet exigé  la «réouverture immédiate et pour le compte de cette année scolaire 2021-2022» du Zinda. Cette sortie médiatique entrait dans le cadre de la rentrée politique des opposants au cours de laquelle Eddie Komboïgo et ses camarades ont également abordé leurs sujets de prédilection, à savoir l’insécurité et la vie chère.

En savoir plus...

Municipales de 2022 :Le PUR bâtira sa stratégie en octobre

 

En attendant son congrès extraordinaire des 7 et 8 octobre 2021, le parti Progressistes unis pour le renouveau (PUR) a rencontré les hommes des médias le 4 septembre dernier. Au-delà de l’annonce de ce rassemblement, le parti du Cheval blanc a installé son président du comité d’organisation, en la personne de Désiré Traoré.

En savoir plus...

Rentrée gouvernementale : La chicotte pour les adeptes de l’école buissonnière

 

Merde ! La rentrée scolaire s’annonce encore avec cette angoisse accrue des géniteurs. Il faut délier le cordon d’une bourse déjà douloureuse pour payer frais de scolarité, fournitures et autres tenues scolaires et goûters. Trois mois après c’est sur la bourse traumatisée qu’on doit farfouiller pour Noël, la fin d’année, le Ramadan, la Tabaski… et le cycle reprend. Les années passent inexorablement et l’on se retrouve groggy. Pas même le temps de se la couler douce. Et au soir de ta vie, au moment où tu aspires au repos, c’est le même garnement devenu grand et ingrat qui te rappelle ceci : « Papa, le médecin n’a pas dit de ne plus boire la bière et d’éviter les sucreries ?».

En savoir plus...

Lutte contre le terrorisme:L’UPR suggère un forum pour une riposte appropriée

 

Les membres du Bureau exécutif national de l’Union pour la république (UPR) ont donné une conférence de presse le 21 août 2021 au siège de l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) à Ouagadougou. Ce fut l’occasion pour Me Toussaint Abel Coulibaly, président dudit parti, d’annoncer, dans un premier temps, la tenue prochaine de leur congrès extraordinaire et d’opiner, dans un second temps, sur une situation nationale marquée, entre autres, par des attaques terroristes. Relativement à ce point, l’avocat a plaidé pour la tenue d’un forum qui regroupera majorité, opposition et société civile en vue de dégager « ensemble une riposte à la hauteur de la menace ».

En savoir plus...

Retard du langage chez l’enfant : Mères, parlez à vos bébés dès la grossesse !

 

Chaque enfant se développe à son rythme. Concernant l’apprentissage du langage, il arrive que certains manifestent un retard plus ou moins important par rapport aux autres du même âge. Ce genre de décalage est souvent source d’angoisse pour les parents, mais quand faut-il réellement s’en inquiéter ? Pour en savoir plus, nous avons réalisé une interview le mardi 3 août avec Salam Sana, attaché de santé en pédiatrie au Bureau santé de l’enfant à la Direction de la santé de la famille. Il conseille aux mamans de beaucoup parler à leurs bébés dès la grossesse jusqu’après la naissance. 

En savoir plus...

Présidence de la CENI : Les 15 commissaires prêtent enfin serment

 

Un «léger retard» qui vaut 1h 45 minutes. C’est ce qui a été donné à voir le 29 juillet 2021 dans la salle d’audience du Conseil constitutionnel où s’est tenue la cérémonie solennelle de prestation de serment des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Une longue période d’attente qui a laissé planer l’ombre du boycott de l’opposition politique ; elle qui dès le départ a récusé le Sao Naaba, Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo à l’état civil, jugé très proche du parti au pouvoir même s’il y siègera au compte de la chefferie coutumière. Mais finalement les 15 commissaires étaient bel et bien là et ont juré main droite levée.

En savoir plus...

Présidence de la CENI : Roch met la main dans le cambouis

 

Présidence de la CENI

 

Le Sao Naaba retiré de la course

 

 

 

Le Sao Naaba, à l’état civil Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo, ne sera pas candidat à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’annonce a été faite par le chef de file de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, le jeudi 29 juillet 2021, qui récusait ce chef coutumier, lui reprochant d’avoir battu campagne pour le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) aux élections passées.  

 

 

 

C’est finalement à Kosyam que le bras de fer qui opposait depuis quelques jours  l’opposition politique au ministre de l’Administration territoriale, Clément Sawadogo, prendra fin. Si le premier camp récuse le chef coutumier, le Sao Naaba pour son impartialité, l’autre partie demande de s’en tenir au Code électoral, qui dit que chaque camp désigne son représentant.

 

Rencontrés dans la matinée du 29 juillet dernier, le chef de l’Etat a annoncé au représentant de l’Alliance des partis et formations de la majorité présidentielle (APMP), Simon Compaoré, et au Chef de file de l’opposition politique, (CFOP) Eddie Komboïgo, que le « bonnet rouge » ne sera pas président de la CENI. C’est le compromis qui a été trouvé au sommet de l’Etat avec les chefs coutumiers, à qui la présidence devait revenir, selon une règle non écrite.  « Nous nous en tenons au consensus entre le chef de l’Etat et la chefferie coutumière. Le CFOP n’est pas là pour bloquer les institutions. Nous sommes là pour travailler à l’enracinement de la démocratie dans la vérité », a affirmé Eddie lors du point de presse au siège du CFOP, avant de faire cette précision : « La démarche du CFOP, ce n’était pas de renier à la chefferie coutumière le droit de diriger la CENI. Le fait d’empêcher le commissaire de la chefferie coutumière, le Sao Naaba, de candidater pourrait amener certains à penser que nous ne voulons pas que  la chefferie coutumière prenne la tête de la CENI. Ce n’est pas le cas ; nous avons demandé simplement  qu’on change le Sao Naaba. »

 

L’organe dirigeant de la CENI est composé de 5 commissaires de la majorité, 5 de l’opposition et 5 autres de la société civile. Le président de cette institution sera choisi, selon le patron du CFOP, parmi les quatre commissaires de la société civile.  «C’est ce qui nous a été dit. Après analyse, nous avons donné notre accord», a-t-il confié.

 

Concernant d’autres questions abordées, sans donner de détails, le président du CDP a affirmé que le chef de l’Etat a assuré qu’il prendrait des dispositions d’ici septembre pour que la CENI soit «ce qu’ils veulent».  

 

 

 

Akodia Ezékiel Ada

 

 

 

Encadré :

 

Roch met la main dans le cambouis

 

 

 

A l’issue de la rencontre avec le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) et le représentant de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a fait la déclaration dont teneur suit.

 

 

 

« J’ai demandé ce matin à rencontrer le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) et le président de la l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) afin de leur faire une communication dans le sens de trouver une solution apaisée à la question du renouvellement de la CENI.

 

En effet, en tant que président du Faso, je n’avais pas de raison de m’impliquer dans la résolution de cette question. Mais au regard du rôle de la CENI dans le renforcement de la démocratie dans notre pays, j’ai pris la responsabilité de demander à rencontrer sa Majesté le Mogho Naaba Baongo pour échanger avec lui sur cette question, afin qu’ensemble nous puissions trouver une solution apaisée à la situation qui prévaut.

 

C’est ainsi que j’ai demandé à sa Majesté de bien vouloir accepter que le représentant de la chefferie coutumière ne soit pas candidat à la présidence de la CENI. Je voudrais à cette occasion le remercier très sincèrement de sa compréhension, qui a permis que nous puissions aboutir à cette conclusion.

 

Il me paraissait tout à fait normal que j’en informe les représentants des partis politiques, de manière à ce que nous fassions tous en sorte de sauver l’essentiel.

 

Pour le reste, nous avons convenu, majorité et opposition, de tout faire pour qu’en septembre nous puissions résoudre l’ensemble des questions relatives à la CENI afin d’y apporter la confiance et la sérénité qui doivent permettre un fonctionnement efficace de cette institution.

 

Je voudrais tout simplement dire qu’aujourd’hui l’ensemble des commissaires devront prêter serment. Comme vous le savez, lors de la première prestation, le chef de file de l’opposition politique n’avait pas fait participer les membres de l’opposition politique  à cette prestation pour les raisons que vous savez. J’ai demandé de faire cet effort pour que nous puissions aujourd’hui procéder à la prestation de serment de tous les membres afin que cet après-midi puisse se dérouler l’élection du nouveau président de la CENI qui sera choisi parmi les autres composantes de la société civile.

 

Voilà ce que je voulais très sommairement déclarer parce qu’il était important que je donne cette information et que l’on comprenne bien que nous avons tous compris la nécessité de pouvoir faire en sorte que la CENI joue son rôle dans l’organisation des élections dans notre pays. »

 

 

 

A.E.A.

 

En savoir plus...

9e TAC : Les travaux des experts à la loupe des patrons de la diplomatie

 

Débutée le samedi 24 juillet 2021 à Abijan, la neuvième Conférence du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire s’est poursuivie hier  lundi 26 juillet 2021 avec la réunion des deux ministres des Affaires étrangères, Alpha Barry et Kandia Camara Kamissoko. 

 

A l’ordre du jour de cette réunion des chefs de la diplomatie des deux Etats : valider les dossiers préparés par les experts.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS